7.7 C
Bruxelles
lundi, novembre 28, 2022
AccueilACTUALITEL’étonnant parcours de Sahle-Work Zewde, présidente de l’Ethiopie

L’étonnant parcours de Sahle-Work Zewde, présidente de l’Ethiopie

-

Sahle-Work Zewde prête serment devant le Parlement éthiopien après son élection, le 25 octobre 2018.
© REUTERS/Tiksa Negeri

Alors que l’Union africaine a proclamé il y a maintenant huit ans la « décennie de la femme africaine » (2010-2020), l’Ethiopie joue depuis quelques mois aux bons élèves. En octobre, le Premier ministre Abiy Ahmed nommait le premier gouvernement paritaire du continent avec notamment des femmes au ministère de la Défense et à celui de la Paix. Quelques semaines plus tard, une femme prenait les rênes de la Cour suprême puis une autre, de la commission électorale. Entre-temps, le géant de la Corne de l’Afrique s’était choisi une présidente : Sahle-Work Zewde. Un poste essentiellement honorifique mais très symbolique pour cette diplomate qui a traversé les époques.

Elle occupe la chambre d’Hailé Sélassié Ier que son père a servi comme haut gradé dans l’armée impériale. Bac en poche au lycée français d’Addis-Abeba, en 1967, à 17 ans, la jeune Sahle-Work part pour Montpellier, dans le sud de la France. Elle restera neuf ans dans l’Hexagone. Elle y reviendra entre 2002 et 2006 comme ambassadrice.

Qu’a-t-elle fait entre-temps ? Sahle-Work Zewde est devenue une « grande commis de l’Etat ». « Le service public est au cœur de ma vie », expliquait-elle l’an dernier sur le blog du ministère éthiopien des Affaires étrangères.

Ambassadrice au Sénégal de 1989 à 1993, elle passe ensuite neuf ans à Djibouti. Ses « meilleures années de diplomate », dit-elle.

Puis vient l’ONU, preuve d’une certaine reconnaissance internationale pour cette polyglotte, aussi à l’aise en amharique qu’en français ou en anglais. C’est peut-être l’une des raisons qui ont poussé Abiy Ahmed à la choisir.

Quand on lui demande pourquoi elle a accepté cette fonction, Sahle-Work avoue en privé : « Je n’ai pas eu le temps de réfléchir. »

A 68 ans, cette Amhara a probablement aussi servi à équilibrer le partage ethnique des postes de pouvoir. Elle est un symbole – trait d’union entre les époques, comme Abiy l’est, sur le papier en tout cas, entre communautés et religions. Elle voit la cohésion nationale comme le principal enjeu en Ethiopie. Il faudra davantage que des symboles pour s’y attaquer.

Sahle-Work Zewde sera l’invitée exclusive de l’émission Internationales de RFI et TV5 Monde ce dimanche 10 mars 2019.

Source RFI

LATEST POSTS

Travailleurs salariés : élargissement de l’activité rémunérée autorisée avec une pension de survie

Le projet d’arrêté royal vise à augmenter les limites de l’activité autorisée pour les bénéficiaires (de moins de 65 ans) d’une ou plusieurs pensions de...

Accord de coopération sur le partage des objectifs belges climat et énergie

Ce projet d'accord de coopération règle les éléments suivants : 1. La répartition des revenus issus de la mise aux enchères des droits d’émission pour les...

Contribution de solidarité temporaire à charge du secteur pétrolier – Deuxième lecture

Faisant suite à la hausse des prix du pétrole brut et des produits pétroliers, qui a permis aux sociétés pétrolières de réaliser un chiffre d’affaires...

Les plus populaires

spot_img

Archives

Guérir Haïti face à une recrudescence des violences sexuelles

Claudine * regarde à travers une vallée panoramique au-dessus de la capitale haïtienne Port-au-Prince. La végétation tropicale luxuriante, l’air frais et les nuages...

Biodiversité : l’Etat fédéral passe à l’action

Biodiversité - Reverduriser les zones urbaines et périurbaines fait partie des grands objectifs de la Belgian Biodiversity Alliance, cette initiative nationale lancée fin octobre...