7.1 C
Bruxelles
vendredi, avril 19, 2024
AccueilFrançaisACTUALITEBelgique: un coeur salafiste bat au centre de l'Europe

Belgique: un coeur salafiste bat au centre de l’Europe

Publié le

La Belgique , un pays qui héberge le siège du gouvernement de l’ Union européenne, a de nombreuses caractéristiques uniques qui rendent le pays flamand une sorte de bastion salafiste sur le continent de l’ Islam.

À Bruxelles, en 1999, à l’initiative de Redouane Ahrouch , un musulman chiite immigré dans le pays au début des années 90, le parti islamiste Noor est né , qui a tenté de grimper dans les consultations électorales des municipalités. La tentative échoua lamentablement mais après plusieurs tentatives de représentation dans les administrations municipales du pays flamand, en 2012, la formation changea de nom et de programme, devenant le Parti islamique, acronyme de « Intégrité, Solidarité, Liberté, Authenticité, moralité ». Toujours sous la direction d’Ahrouch, les islamistes obtiennent peu de temps l’élection de deux représentants dans les administrations municipales, bien qu’ils ne reçoivent pas le succès souhaité par les dirigeants de la formation politique.

L’idéologie propagée par le parti islamique suit celle d’autres formations islamistes, fondée sur l’indivisibilité de la conviction religieuse par le facteur politique et poursuivant l’idéal d’imposer Sha’aria même aux non-croyants. À de nombreux égards, il aborde les partis iraniens classiques et, précisément du régime de Téhéran, reçoit un financement par l’intermédiaire des légations présentes en Belgique.

Le président du parti, Abdelhay Bakkali Tahiri, a donné à plusieurs reprises des entretiens dans lesquels il avait exprimé franchement ses objectifs: la mise en place de Sha’aria, la « ségrégation des femmes » dans les transports en commun (pour les protéger …), la réintroduction de la peine. la mort.

Selon la récente déclaration, Tahiri a déclaré: « Nous avons parfaitement le droit d’imposer Sha’aria ici en Belgique, de la manière que nous voulons. »   Un moyen comme un autre d’imposer un processus d’islamisation ascendante déjà adopté au cours des 30 dernières années, du Maghreb à la Tchétchénie, qui est devenu le précurseur d’idéologies fortement caractérisées par la conviction salafiste.

Au même moment, les déclarations de Fouad Belkacem, ancien dirigeant du groupe « Sha’aria4Belgium », clairement salafiste, proposées par le groupe Sharia4UK du même nom, ont été formulées à l’initiative du célèbre imam islamiste Omar Bakri Mohammad , qui a à plusieurs reprises accru le Nous parlons d’une application littérale de Sha’aria avec l’introduction de punitions corporelles telles que des amputations pour voleurs, la lapidation de femmes pour adultère et la peine de mort pour homosexuels.

Le groupe, qui s’est rapidement répandu dans toute l’Europe, est devenu le protagoniste de proclamations faisant l’éloge du califat qui, dans le cas de Sharia4Italy, a conduit à l’arrestation du résident marocain Anas el-Abboubi, arrêté en 2013 et, avouons-le. « Evidemment » libéré de prison faute de preuves sérieuses de justice, il est donc parti d ‘ »innocent », parti pour la Syrie pour rejoindre les milices de l’État islamique, le faisant ainsi perdre ses traces.

Mais revenons au présent. Le chef du parti islamique a souvent illustré certaines des propositions du mouvement. En fait, le projet ne manque pas de l’intention de séparer les femmes dans les transports en commun, de propager des aliments halal et de stimuler la prédication visant à de nouvelles conversions également des autochtones. « Il y a beaucoup de plaintes en particulier concernant le harcèlement, nous devrions donc mettre les femmes dans des bus réservés », a-t-il conclu.

Recrutement en prison dans le rapport des services de renseignement belges

Tout cela alors que la Belgique est confrontée à une « menace terroriste persistante » et à une « vague de djihadisme », également en raison du phénomène persistant de radicalisation en prison, comme l’a rappelé le plus important service de renseignement du pays. Selon le rapport, le pays du centre de l’Europe compte désormais « une population de prisonniers jamais vue pour terrorisme », ce qui représente une menace de plus en plus grande de « contagion ».

À plus d’une occasion, cependant, il a été frappé par des attaques revendiquées par l’État islamique. Parmi celles-ci, les attaques de Bruxelles en mars 2016 ont coûté la vie à 32 civils et celle de Liège à trois victimes. De plus, les cellules belges opéraient en parfaite synergie avec les françaises, pleinement impliquées dans les attentats de Paris. Selon les données statistiques fournies par le ministère de l’Intérieur, la population de confession islamique est en forte croissance et les principales agglomérations urbaines risquent de devenir dans un proche avenir des « gymnases » d’extrémistes prêts à imposer leurs convictions. 

Dans ce cas également, les services de renseignement belges ont continué à souligner que ceux qui quitteront la prison dans les prochaines années pourraient déclencher « une nouvelle vague d’extrémisme djihadiste dans notre pays ». Dans le rapport sur la période 2017-2018, les services secrets belges ont observé que le phénomène du terrorisme récurrent était une constante parmi les prisonniers de conviction islamique, déclenchant une spirale dangereuse d’endoctrinement et de recrutement dans l’enceinte de la prison.

Le djihadiste Benjamin Herman, auteur du meurtre de deux policiers et d’une femme le 29 mai 2018 à Liège, purgeait une peine pour des crimes de droit commun et avait reçu un permis spécial.   Au sein du pénitencier, il avait eu des contacts avec des dirigeants du mouvement djihadiste belge, les Tunisiens Amor Sliti et Nizar Trabelsi, militants de longue date du réseau Al-Qaïda. En particulier, Sliti, après avoir recouvré sa liberté, avait rejoint les milices de l’État islamique et Trabelsi avait été extradé aux États-Unis pour y être jugé, accusé d’avoir planifié des actions contre les intérêts américains en Europe.

Suite à l’endoctrinement apporté par les deux extrémistes, Herman s’est converti à l’islam radical et, précisément du fait de son adhésion à l’idéologie djihadiste, dès qu’il en a eu l’occasion, il a essayé de prouver sa fidélité au serment prêté en se mettant au combat Liège. 

Belgique et combattants étrangers

En proportion de sa population, la Belgique était l’une des principales bases pour le lancement de combattants en Syrie, avec plus de 400 unités rien qu’en 2012, alors que d’autres statistiques montrent que les citoyens belges qui ont rejoint l’ISIS en allant en Syrie pour Le djihad serait estimé à 800 unités et parmi celles-ci plus de la moitié semble être partie de Molenbeek-Saint-Jean, une petite ville de l’arrière-pays bruxellois, également rebaptisée « belgistan » avec une population de 35% d’immigrés d’origine arabe . Just Molembeek avait été le lieu de résidence de Salah Abdeslam, co-auteur des attentats de Paris, arrêté dans la ville belge le 18 mars 2016 après une longue traque de la police, puis extradé en France pour y être poursuivi en justice pour les massacres de novembre 2015.

Une vingtaine de mosquées ont été enquêtées à Molembeek, parmi lesquelles se distingue le « al Khalil », connu pour être dirigé par Bassam Ayachi, un prédicateur-recruteur syrien arrêté à Bari avec Raphael Gendron pour avoir détenu des documents propagande djihadiste. Une fois libérés de prison, ils s’étaient rendus en Syrie et avaient inscrit le premier dans les rangs de Jabhat al Nusra, tandis que Gendron faisait partie de la milice du califat. Ce dernier est mort au combat en 2015 alors que la dernière photo d’Ayachi le dépeignait avec une Kalachnikov dans ses bras en 2016.

Parmi les sujets unis à l’État islamique, environ un tiers sont morts ou sont revenus, tandis que 150 autres seraient toujours actifs dans les différents théâtres syro-irakiens.   Selon les rédacteurs du rapport, l’implosion du califat n’a cependant pas entraîné un retour massif de combattants européens, mais une capillarisation des cellules qui se sont heurtées à d’autres « territoires de jihad », du Sinaï à la Libye, ainsi que de la Somalie au Tchad. 

La brigade Amniyat al-Kharji, légion étrangère d’Isis

Mais parmi les combattants «européens» étrangers qui sont restés fidèles au calife et ont survécu aux attaques de la coalition   occidentale, beaucoup se seraient concentrés dans une autre initiative d’un État islamique visant à recruter et à perpétuer le jihad.

En fait, selon des sources reconnues d’antiterrorisme israélien, ils créeraient en Syrie et en Irak des camps d’entraînement ad hoc pour la formation de terroristes destinés à être utilisés en Europe. La brigade « Amniyat al-Kharji », créée en 2017 mais reconditionnée après la chute du califat, est une structure hiérarchique très organisée au sein de l’Etat islamique, chargée de sélectionner et de former des agents opérationnels pour mener des opérations terroristes à l’étranger, avec un intérêt particulier pour sur le continent européen. 

Le modèle d’organisation est librement inspiré des idées véhiculées par le prédicateur djihadiste Abu Musab al Suri qui incitait les militants à frapper l’ennemi avec « tous les moyens et au prix de leur propre vie » pour causer le plus grand nombre de victimes parmi les incroyants.

Un pont a ainsi été créé entre les militants et l’organisation. Les planificateurs virtuels permettent aux acteurs solitaires d’atteindre les objectifs fixés par ISIS, tout en exigeant un minimum de ressources de la part de l’organisation et en transformant les acteurs des actions en ambassadeurs de la marque Isis, tout en provoquant un effet de terreur parmi les rangs «ennemis» et élargir la couverture médiatique de l’attaque.

La formation des recrues vise deux objectifs différents: sélectionner la plupart des suiveurs pour créer de véritables machines de guerre, présentant des caractéristiques particulières, visant à mener des attaques en Europe même au prix de leur vie (cellules d’inghimasi) d’autres, considérés comme particulièrement bien au courant de « l’islamisation » et formés par la propagande, seraient engagés dans l’expansion du projet djihadiste par la radicalisation, le recrutement et la formation de nouveaux sujets sur le continent européen.

Un panorama qui ramène à la Belgique en tant que pays où le ferment de l’islam radical est plus prononcé et plus évident , mais qui nous amène à réfléchir à l’avenir d’un élargissement du feu à travers le continent. Italie inclus.

Publicité
spot_img

Autres articles

L’État belge et les organismes nucléaires fédéraux SCK CEN et IRE signent un contrat de gestion

L'État belge ainsi que les deux institutions IRE et SCK CEN s'engagent à tenir...

Évoluer vers des soins de santé guidés par les besoins : temps forts de la conférence de haut niveau belge

Au sein de l’Union européenne, des moyens publics considérables sont investis pour répondre aux...

Le Parlement adopte sa position sur la réforme pharmaceutique de l’UE | Nouvelles

Le paquet législatif, couvrant les médicaments à usage humain, se compose d'une nouvelle directive...

La science des références : tirer parti des logiciels de défense des clients

Imaginez ceci : vous êtes submergé de choix, bombardé de publicités et vous ne savez...

autres articles

L’État belge et les organismes nucléaires fédéraux SCK CEN et IRE signent un contrat de gestion

L'État belge ainsi que les deux institutions IRE et SCK CEN s'engagent à tenir...

Évoluer vers des soins de santé guidés par les besoins : temps forts de la conférence de haut niveau belge

Au sein de l’Union européenne, des moyens publics considérables sont investis pour répondre aux...

Le Parlement adopte sa position sur la réforme pharmaceutique de l’UE | Nouvelles

Le paquet législatif, couvrant les médicaments à usage humain, se compose d'une nouvelle directive...