13 C
Bruxelles
dimanche, avril 14, 2024
AccueilFrançaisACTUALITERapport du PE - Persécution des minorités pour des raisons de croyance...

Rapport du PE – Persécution des minorités pour des raisons de croyance ou de religion, présenté par Karol Karski

Publié le

Le 2 mai, le Parlement européen a fait une brève présentation de son rapport Persécution des minorités pour des motifs de conviction ou de religion (brève présentation), dont The European Times a transcrit la version anglaise des présentations. Pour toute incohérence, veuillez vérifier par rapport à l’original (ici).

L’eurodéputé Roberts ZĪLE : Nous passons maintenant au point suivant de l’ordre du jour d’aujourd’hui. C’est une courte présentation. Brève présentation d’un rapport par M. Karol Karski. Persécution des minorités pour des raisons de croyance ou de religion. Je vous donne la parole pour 4 minutes.

L’eurodéputé Karol KARSKI : Merci beaucoup, Madame la Présidente. Mesdames et Messieurs, au cours de cette session, nous discutons de ce rapport sur la persécution des minorités religieuses dans le monde. C’est un sujet très vaste, et il est également difficile de le résumer dans un seul document. Lorsque nous travaillions sur le texte, je voulais montrer une image complète de la situation sur différents continents et une certaine carte des problèmes pour différentes religions ou athées. J’avais besoin d’utiliser une certaine méthodologie. J’avais besoin de classer les problèmes, et j’avais besoin de voir quelles religions sont le plus attaquées et les pays dans lesquels ces événements sont les plus fréquents. Et après avoir analysé de nombreux documents, je pense que j’ai pu le faire. Il s’avère, ce qui n’est sans doute pas surprenant, que les groupes religieux les plus persécutés sont les chrétiens, puis les musulmans et enfin les juifs. Les premiers ont été persécutés dans pas moins de 145 pays. Et par exemple, les athées ont été réprimés et persécutés dans 18 pays. Je parle de cela parce que cette information n’a pas été incluse dans la forme finale du rapport. Je ne sais pas si c’était à cause du politiquement correct ou quoi, mais dans le rapport, la plupart des groupes politiques n’ont pas voulu mentionner de minorités ou de pays où la persécution a lieu. Et c’est devenu une norme en ce moment pour les documents, y compris les rapports sur les droits de l’homme, où pendant de nombreuses années, nous n’avons pas parlé de pays concrets.

Et je pense que cela affaiblit notre position. Cependant, le rapport que nous avons pu négocier comporte encore de nombreux points importants. Il énumère de manière exhaustive les formes de persécution. Il souligne la situation difficile des femmes dans de nombreux pays, et il souligne également que toute persécution doit rencontrer une réaction décisive de la part du pays lui-même et de la communauté internationale. Il parle des sites religieux et des artefacts religieux. Nous soumettons également des propositions très concrètes aux institutions européennes sur la manière de réagir aux persécutions et aux violations des droits, y compris la coopération avec les églises, les groupes religieux et les défenseurs des droits de l’homme. Ce qui est également important, ce sont les recommandations, qui devraient être périodiquement évaluées et mises à jour en coopération avec tous ces groupes. La persécution religieuse fondée sur la religion devrait également faire partie des stratégies nationales de l’UE, et nos délégations devraient prêter attention à ces questions.

En résumé, je pense que ce rapport remplit son rôle. Il devrait attirer l’attention de l’opinion publique et des institutions de l’UE sur la persécution des groupes religieux, des athées et des attaques qui leur sont dirigées dans de nombreux endroits du monde. Je regrette que nous n’ayons pas pu être plus précis et concrets en montrant des pays particuliers et des régions particulières, même si à de nombreux endroits dans le rapport en lisant le contexte, vous pouvez comprendre de quoi je parle. Je sais que dans plusieurs articles, certains députés voulaient voter séparément. Il y a aussi quelques amendements. Je pense que vous pouvez les soutenir. Je vous conseillerais de soutenir ces amendements. Et je veux aussi contribuer à remercier tous les rapporteurs fictifs. Merci beaucoup.

L’eurodéputé Peter Van Dalen : Merci, président. J’ai collaboré à ce rapport. L’attention particulière portée à la persécution des minorités religieuses est rare dans ce Parlement. J’ai été ravi de participer à la production de ce rapport. Nous devons examiner les noms spécifiques et les organisations persécutées en raison de leurs croyances religieuses. Aucun nom n’a été mentionné dans le rapport et c’est dommage. Je citerai un rapport élaboré par l’Intergroupe pour les libertés religieuses. Je suis coprésident avec un autre député européen et dans ce rapport, vous pouvez voir ce qui s’est passé entre 2017 et 2021 et vous verrez de nombreux exemples concrets d’individus persécutés pour leurs croyances religieuses. Je vous invite donc à télécharger ce rapport et à le lire. Nous, au Parlement, devons assurer le suivi de cette question, et j’inviterais instamment la Commission à se pencher sur la persécution religieuse. Cela a pris beaucoup trop de temps.

L’eurodéputé Bert-Jan RUISSEN : Merci, Président. Je remercie également le rapporteur pour la présentation de ce rapport. Un rapport utile sur la persécution des minorités religieuses. Je partage ses préoccupations avec M. Van Dalen. Les chrétiens sont à peine nommés dans ce rapport. Je pense que c’est une honte. Je ne comprends vraiment pas que dans ce rapport les fidèles soient critiqués pour leur position sur l’avortement. C’est indéfendable. C’est un sujet qui dépasse le cadre de ce rapport. Ce n’est pas l’objet du rapport. Enfin et surtout, il est important que nous protégions la vie, y compris la vie de l’enfant à naître. Nous ne devrions pas critiquer les fidèles. Nous devrions les féliciter pour leurs préoccupations et leur souci de la vie de tous. Merci.

L’eurodéputée Soraya RODRIGUEZ RAMOS : Dans ce Parlement, nous avons parlé des minorités religieuses, de plusieurs rapports différents sur les droits de l’homme, qui traitent de la persécution de toutes les minorités, religieuses et autres. Mais nous avons aussi voulu dans ce rapport particulier ne pas hiérarchiser la souffrance, mais nous avons voulu parler de l’instrument fécondation de la croyance ou de la religion dans la création de législations qui persécutent délibérément des individus. La criminalisation de différents groupes va désormais au-delà des religions et des confessions. Mais les groupes LGBT, par exemple, en Ouganda et la législation qui est également discriminatoire à l’égard des femmes. Et ici, il faut rappeler qu’il y a un certain nombre de pays qui n’ont toujours pas ratifié la convention d’Istanbul. Alors effectivement, c’est très important. Mais allons aussi au-delà de la foi. Merci beaucoup au rapporteur.

L’eurodéputée Miriam LEXMANN : Merci beaucoup. Chers collègues, du Nigéria à la Chine, l’état de la liberté religieuse continue de se détériorer, passant du génocide aux restrictions légales. Des centaines de millions de croyants, qu’ils soient chrétiens, musulmans, bouddhistes ou autres, font face chaque jour à de terribles souffrances. Pourquoi? Notre accueil. Le rapport du PE sur la persécution de la liberté religieuse. Je ne peux m’empêcher d’exprimer ma consternation face à la manière dont ce rapport a été détourné pour stigmatiser la religion elle-même. Aujourd’hui, la persécution religieuse est l’un des principaux moteurs de nombreux défis auxquels le monde est confronté. Et c’est pourquoi ce n’est pas une position idéologique anti-religieuse, mais un soutien ferme aux persécutés dans le monde, ainsi que la nomination d’un nouvel envoyé spécial pour la liberté de religion, soutenu par les bons instruments, doivent être la priorité. Merci.

MPE Carlo FIDANZA : Merci, Président. A l’Intergroupe Liberté Religieuse, nous attendions ce rapport depuis un certain temps. Et je voudrais vraiment remercier mon collègue M. Karski, qui a travaillé très dur sur ce rapport et aussi sur les négociations qui en ont découlé. Malheureusement, je suis d’accord avec mes collègues que malgré les efforts exceptionnels, cette négociation s’est avérée très difficile. Autant de références dénonçant la situation dans laquelle des millions de fidèles, chrétiens en premier lieu à 80%, mais aussi bahaïs, ouïghours, rohingyas et bien d’autres ont été emmenés. Et aussi les références aux régimes de la Chine, du Nigeria au Pakistan responsables de cela ont été supprimées. Nous disons qu’ils souffrent pour leur foi, mais nous ne disons pas à qui est la faute. De plus, le sujet de l’avortement, une résolution, une résolution très importante, est utilisé pour affirmer un agenda idéologique. Pour cette raison, et je termine avec Monsieur le Président, avec d’autres collègues, nous avons déposé un certain nombre d’amendements par vote séparé parce que nous voulons être libres de défendre ceux qui souffrent à cause de leur foi sans avoir à suivre la seule voie de regarder des choses ou quitter la maison.

Le député européen Stanislav POLČÁK : Oui. Merci, Président. J’appelle également à la liberté de religion, qui est liée à la liberté d’expression, et ce sont des droits humains fondamentaux. Et violer ces droits est inacceptable. Il est tout aussi inacceptable de dire essayer de persécuter des croyants en restreignant leurs droits humains ou en portant atteinte à leur vie ou à leur intégrité. Tous ces crimes doivent être poursuivis. Malheureusement, nombre de ces crimes ne sont pas signalés ou restent impunis. Il est surprenant qu’en ce siècle, dans cette décennie, nous ayons encore des pays où les lois religieuses, par exemple sur le blasphème, ont priorité sur la loi nationale. C’est inacceptable. Et nous devrions nous concentrer sur les outils dont nous disposons et que j’ai mentionnés dans le rapport. L’aide au développement et, euh, les accords commerciaux. Nous devrions utiliser ces outils pour faire du 26 mars une journée des victimes de la persécution religieuse afin que nous fassions vraiment quelque chose.

L’eurodéputé Eugène TOMAC : Merci, Président. J’ai grandi à l’époque soviétique en URSS en Ukraine, et je sais qu’il y avait cette interdiction de l’identité spirituelle avec des églises interdites alors et maintenant. Il y a la situation que nous voyons lorsque le patriarche Kirill, aux côtés de Poutine, est pour des intérêts que nous ne comprenons pas, permettant ces attaques contre les chrétiens en Ukraine et la démolition d’églises. J’ai été dans un certain nombre de pays avec le Parlement européen en Irak, où j’ai rencontré le patriarche de Babylone et j’ai vu ce que signifie être chrétien en Irak et ce que cela signifie d’avoir cette identité là-bas. Et c’est l’importance de débattre de ces sujets. Et je félicite ceux qui ont initié ce rapport. Merci.

Commissaire Janusz Wojciechowski : Merci beaucoup. Monsieur le Président, honorables membres du Parlement européen. L’Union européenne défend le droit de chaque individu à la liberté de religion et de conviction. La marginalisation et le bouc émissaire des personnes appartenant à des minorités religieuses et des athées peuvent être un avertissement précoce ou déjà le signe d’une persécution plus grave qui, à son tour, peut conduire à des conflits et même à une répression plus large de l’ensemble de la société. Je voudrais remercier le rapporteur, M. Karski, et tous les membres du Parlement européen qui ont contribué à ce rapport opportun sur la persécution des minorités pour des motifs de conviction ou de religion, qui fournit des recommandations claires sur la manière dont l’Union européenne devrait continuer à jouer un rôle de premier plan la protection et la promotion de la liberté de religion ou de conviction. Son. Nous prenons bonne note de certaines recommandations clés, telles que la nécessité d’accroître la diplomatie publique sur la liberté de religion ou de conviction, de travailler sur la situation des minorités en situation de conflit et la protection des citoyens religieux, ainsi que l’appel fort à l’Union européenne l’Union européenne à poursuivre son action ferme au niveau multilatéral conformément au plan d’action de l’Union européenne sur les droits de l’homme et la démocratie. La liberté de religion ou de conviction demeure une priorité essentielle de notre politique extérieure en matière de droits de l’homme. En conséquence, de nombreuses délégations de l’UE en ont fait une priorité dans leurs stratégies nationales en matière de droits de l’homme. Permettez-moi de vous assurer que l’UE est solidaire des victimes.

La ligne avec tous nos partenaires à travers le monde est claire. L’Union européenne a constamment et équivoquement condamné la discrimination, l’intolérance, la persécution et la violence contre ou par toute personne fondées sur la religion ou les convictions. Nous appelons les pays à protéger le droit de chacun d’avoir ou non une religion ou une conviction de manifester ou de changer de religion ou de conviction. Tout en condamnant la criminalisation de l’apostasie et l’abus des lois sur le blasphème. Au cours de l’année écoulée, nous avons mené des actions clés pour promouvoir et protéger la liberté de religion ou de conviction, notamment en faisant part de nos préoccupations concernant les violations violentes dans une vingtaine de dialogues sur les droits de l’homme. Publier des déclarations de haut niveau telles qu’une déclaration de l’UE à l’occasion de la Journée internationale de commémoration des victimes de persécutions religieuses. Et malgré tout notre travail dans les enceintes multilatérales, la dernière résolution sur la liberté de religion ou de conviction adoptée par consensus lors de la dernière session du Conseil des droits de l’homme a renouvelé le mandat du rapporteur spécial des Nations unies sur la liberté de religion ou de conviction. En outre, nous échangeons également étroitement sur la liberté de religion ou de conviction avec des organisations régionales, en particulier l’Organisation de la coopération islamique par le biais de réunions régulières de hauts fonctionnaires ou du Processus d’Istanbul. Nous attendons avec intérêt de continuer à coopérer étroitement avec le Parlement européen pour identifier et traiter les violations les plus graves de la liberté de religion ou de conviction dans le monde. Merci.

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

Le modèle d’IA a le potentiel de détecter le risque de trouble de stress post-traumatique lié à l’accouchement

Les chercheurs ont adapté un programme d'intelligence artificielle (IA) pour identifier les signes de...

Pérenniser votre entreprise : le rôle de l’IA dans les services cloud

Au cœur de cette transformation se trouve la fusion de l’IA dans les services...

Pérenniser votre entreprise : le rôle de l’IA dans les services cloud

Imaginez votre entreprise comme une machine bien huilée, s’adaptant continuellement aux changements du marché...

La Régie des Bâtiments restaure la façade arrière du bâtiment du Conseil d’État à Bruxelles

Le siège du Conseil d’État se trouve depuis 1948 dans le quartier européen à...

autres articles

Le modèle d’IA a le potentiel de détecter le risque de trouble de stress post-traumatique lié à l’accouchement

Les chercheurs ont adapté un programme d'intelligence artificielle (IA) pour identifier les signes de...

Pérenniser votre entreprise : le rôle de l’IA dans les services cloud

Au cœur de cette transformation se trouve la fusion de l’IA dans les services...

Pérenniser votre entreprise : le rôle de l’IA dans les services cloud

Imaginez votre entreprise comme une machine bien huilée, s’adaptant continuellement aux changements du marché...