5.1 C
Bruxelles
mercredi, novembre 30, 2022
AccueilACTUALITECommuniqué: Tous contre l’exploitation des enfants dans les camps de Tindouf

Communiqué: Tous contre l’exploitation des enfants dans les camps de Tindouf

-

À l’occasion de ‘’la Journée Mondiale Contre le Travail des Enfants’’

Le 12 juin de chaque année, Journée Mondiale Contre le Travail des Enfants, est l’occasion pour les gouvernements, les organisations d’employeurs et de travailleurs, la société civile ainsi que des millions de personnes du monde entier de faire la lumière sur la situation des enfants, contraints de travailler, et sur la manière de les aider. Cette année, le thème de la Journée internationale appelle à ‘’un investissement accru dans les systèmes et régimes de protection sociale afin d’établir des socles de protection sociale solides et de protéger les enfants’’.

Cette journée internationale constitue un moment important pour évoquer et faire la lumière sur la situation des droits de l’enfant d’une manière générale, au moment où 160 millions d’enfants dans le monde, sont encore impliqués dans le travail des enfants dès un âge précoce ne dépassant pas dans certains cas l’âge de cinq ans; et en particulier, sur la situation des enfants des camps de Tindouf dans le sud-ouest de l’Algérie, qui sont toujours soumis à des formes d’exploitation très dures par l’organisation Polisario. Et ce, dans le silence suspect et complice du pays hôte, l’État algérien.

Malgré le fait que l’Algérie ait pris plusieurs mesures dans le domaine des droits de l’enfant à travers la promotion de la législation, notamment, dans le domaine de la protection, par le biais de la loi 12-15 du 15 juillet 2015, qui comprend des principes clés de la Convention relative aux droits de l’enfant, dans laquelle « l’enfant réfugié » fait partie des acceptions bénéficiant de protection   contre toute forme de discrimination, d’abandon, de violence, d’abus, ou de toute forme d’atteinte physique, morale ou sexuelle. L’impact de ces mesures prises au niveau législatif et institutionnel, en matière de protection des enfants, ne bénéficient pas aux enfants des camps de Tindouf qui continuent de subir de nombreuses formes d’exploitation :

Depuis l’installation des camps de Tindouf sur le sol algérien, les responsables de l’organisation Polisario ont ciblé des groupes d’enfants et de jeunes qui ont fait l’objet de déplacements forcés vers d’autres pays, sous le prétexte de la scolarisation. Cette période a marqué le début d’une déchirure familiale, identitaire et sociale sans précédent dans la région, ce qui a privé ces enfants de la chaleur familiale et d’un développement psychologique normal. Des enfants soumis, pendant leur séjour prolongé sur place, à une politique d’endoctrinement par des cours intensifs d’idéologie de milice et d’entraînement militaire, et contraints à l’obligation de travailler dans de vastes champs dans des conditions extrêmes, forcés au service militaire dès leur plus jeune âge. Des enfants qui ont souffert d’abus sexuelles récurrents selon des témoignages relatés par d’anciennes victimes.

Bien que la loi 12-15 ait mis l’accent sur la protection des droits de l’enfant victime du conflit armé, l’État algérien reste insensible aux crimes, contre les enfants, qui se produisent dans les camps de Tindouf où les responsables du Polisario exploitent délibérément des enfants dans un conflit régional en les endoctrinant à l’idéologie de l’organisation et en leur inculquant les idées appelant à la violence et à la haine au lieu d’une éducation aux principes et valeurs de liberté, d’égalité et de tolérance. Ces enfants sont privés de leur enfance et s’engagent très tôt dans un dur travail militaire, avec toutes les complications physiques et psychologiques qui en découlent, en violation flagrante de toutes les normes et conventions internationales.

La communauté internationale est appelée à intervenir auprès du pays hôte, l’État algérien, afin qu’il assume sa responsabilité juridique et morale pour les violations commises contre les enfants des camps de Tindouf sur son territoire, de mettre un terme à ce phénomène, et de garantir une protection à ces enfants en leur offrant les services sociaux de base.  

 

Aicha Douihi

LATEST POSTS

Moines du Bhoutan en voyage en Inde

Par — Webnews desk La Confédération bouddhiste internationale (IBC), en coordination avec le Corps monastique central du Bhoutan, accueillera une délégation de 24 membres de moines...

Dolly Parton est un ange

Talia Hill, 9 ans, était trop occupée à siroter son chocolat chaud pour remarquer que le véhicule se précipitait vers elle quand soudain une paire...

Les plus populaires

spot_img

Archives

Le jeûne de Noël du point de vue orthodoxe

Le jeûne de Noël a commencé le 15 novembre et se termine le 24 décembre. Le jeûne de Noël de quarante jours est le dernier...

Les États membres de l’ONU demandent à l’Inde de protéger les minorités religieuses

Les États membres de l'ONU ont appelé l'Inde à protéger les musulmans, les chrétiens et les autres minorités religieuses contre l'augmentation des discours de...

Dolly Parton est un ange

Talia Hill, 9 ans, était trop occupée à siroter son chocolat chaud pour remarquer que le véhicule se précipitait vers elle quand soudain une...