6.3 C
Bruxelles
mercredi, avril 24, 2024
AccueilFrançaisACTUALITEFemme de 24 ans, 2 mois "enfermée" en psychiatrie contre son gré...

Femme de 24 ans, 2 mois « enfermée » en psychiatrie contre son gré et sans diagnostic psychiatrique

Publié le

Rocío Muñoz, la mère de Carla, raconte Europe Hoy une histoire qui ne vous laissera pas indifférent. Une jeune fille de 24 ans, détenue contre son gré à l’HUBU, plus précisément dans le service psychiatrique de l’hôpital universitaire de Burgos (HUBU), maintenant depuis deux mois depuis le 10 juin et sous traitement psychiatrique alors qu’en réalité elle souffre d’une maladie physique et aucun trouble mental comme confirmé encore et encore du HUBU à la famille.

En ce moment, nous dit Rocío, Carla est sous médication psychiatrique sans raison logique. « Le vrai diagnostic est avancé maladie de Lymetransmise par la piqûre d’une tique, selon des tests de diagnostic effectués par des médecins extérieurs à l’hôpital.

Les symptômes de cette maladie sont très variés : des symptômes digestifs, vasculaires, neurologiques, endocriniens aux symptômes de type fibromyalgie, ainsi qu’une baisse du système immunitaire. Le type de test nécessaire pour détecter cette maladie n’est pas effectué par la Sécurité sociale en raison de son taux élevé de faux négatifs, et il est donc nécessaire de se rendre dans des laboratoires externes où des tests tels que elispot, phagos test, Galaxy nanotrap antigen test et Paldispot, entre autres, sont réalisés.

Comme cela a été documenté, Carla, atteinte de cette maladie infectieuse et multisystémique, se présente au service de santé avec de multiples symptômes organiques : perte de poids involontaire, douleurs musculaires et articulaires, ulcères vasculaires, œdème des membres inférieurs, livédo réticulaire, fractures vertébrales, rétrécissement de l’artère mésentérique à la jonction avec le tronc coeliaque et des infections récurrentes dues à son immunosuppression.

Ce service, incapable de trouver la raison des maux organiques détectés et voyant la détérioration physique progressive et irrésistible dont elle souffre, a décidé, de manière incompréhensible pour tous les professionnels de santé que nous avons sollicités, de la transférer au service psychiatrique sous prétexte qu’elle était en un endroit plus aseptique.

Il ne semble pas logique d’ignorer le recours aux soins intensifs où le suivi et le traitement de sa maladie pourraient être adéquats.

Au lieu de cela, elle est transférée en psychiatrie, ses intraveineuses sont retirées (Carla est également diabétique), elle est isolée du monde extérieur, elle est empêchée d’avoir un téléphone, de recevoir les visites nécessaires et même pas de communiquer librement avec ses proches ( ce qui viole tout ce que l’ONU et l’Organisation mondiale de la santé réclament dans leur programme « Qualité et droits »). Entre-temps, Carla voit ses collègues de cet étage interagir entre eux et avec le monde extérieur, faire des activités avec l’ergothérapeute, socialiser et même pouvoir recevoir des appels téléphoniques qui lui sont refusés afin qu’elle ne puisse pas contacter la presse « comme il y a est une procédure judiciaire ouverte contre cet hôpital », forcée d’être seule 24 heures sur 24 à fixer les quatre murs de sa chambre blanche et triste.

De plus, ces dernières semaines, selon les informations fournies par Rocío à Europa Hoy, elle a été expropriée par le personnel hospitalier. Elle reçoit un traitement inutile avec des effets secondaires contre-productifs et « qui non seulement n’aide pas à améliorer les pathologies physiques de Carla, mais peut également causer des dommages irréversibles en l’empêchant de recevoir les soins médicaux appropriés ou en masquant des symptômes importants qui doivent être traités ». Tout cela sans le consentement de Carla et en totale violation des droits de Carla en tant que patiente, comme l’explique la Junta de Castilla y León sur son site internet :

« C’est le droit de choisir librement, après avoir reçu une information adéquate, entre les différentes possibilités d’application d’un acte diagnostique, pronostique ou thérapeutique qui me sont présentées par le professionnel responsable, et de ne faire entreprendre aucune action affectant ma santé sans mon consentement préalable. »

Et il semble que ce n’est pas que la preuve médicale de la maladie de Carla n’ait pas été présentée, « c’est simplement la négligence ou l’incapacité d’accepter les erreurs ou les corrections qui empêche l’équipe médicale qui a soigné Carla en médecine interne et maintenant en psychiatrie, d’écouter ; écouter les autres professionnels de santé ou les appels à l’aide de Carla et de sa famille ».

La direction de l’HUBU, poursuit Rocío, est au courant des poursuites judiciaires et ordonne aux médecins de restreindre tous les droits de la jeune femme et l’autonomie du patient, tandis que Carla languit dans la fleur de l’âge, sans défense, souffrante, s’évanouissant.

Des liens entre la direction de HUBU et Justice à Bruges ?

Qui est intéressé par le maintien de Carla en psychiatrie alors qu’elle souhaite être transférée dans un autre hôpital en qui elle a confiance afin de recevoir les soins adaptés à ses pathologies ? se demande Rocio.

Quels intérêts cachés y a-t-il dans cette affaire où d’autres personnes décident pour Carla sans la laisser participer au processus de prise de décision concernant sa santé, au mépris total de ses droits humains ?

Comment est-il possible que nous nous retrouvions avec une situation d’impuissance juridique d’une telle ampleur dans un État de droit tel que Espagne est censé être? Cela a-t-il quelque chose à voir avec le fait que la juge chargée de l’enquête sur le cas de Carla est la sœur du responsable de la pneumologie à l’HUBU ?

Qui va en assumer la responsabilité si une issue fatale telle que celle documentée ci-dessous se produit ?

Toutes ces questions sont constamment dans l’esprit de la mère et des proches de Carla, car ils ressentent l’impuissance typique d’une lutte entre David et Goliath.

Ce que Carla veut, dit sa mère, c’est sortir de la psychiatrie et aller dans un hôpital de confiance avec des professionnels capables et désireux d’examiner sa situation médicale physique réelle sans préjugés et qui feront de leur mieux pour rétablir sa santé.

Alors qu’elle se voit refuser un traitement correct et que ses droits humains sont violés de manière flagrante, Rocío raconte à Europa Hoy, Carla se détériore physiquement et émotionnellement de manière irréversible. Il n’y a pas si longtemps, nous pouvions oublier l’issue fatale du cas d’Andreas Fernández, décédé à l’âge de 26 ans, physiquement malade et, comme Carla, privé de soins appropriés et admis sans justification en psychiatrie.

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

Expulsions vers le Rwanda : tollé après l’adoption de la loi britannique

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak a salué l'adoption, dans la nuit du lundi...

Le premier médicament qui ralentit la maladie d’Alzheimer existe déjà, mais pourquoi les médecins sont sceptiques ?

Neuf mois après son introduction aux États-Unis, le médicament contre la maladie d'Alzheimer d'Eisai...

La Régie des Bâtiments investit dans des laboratoires de l’Institut national de Criminalistique et de Criminologie

Étant donné la vétusté du complexe, la Régie des Bâtiments prévoit une nouvelle construction...

Les nouvelles règles budgétaires de l’UE approuvées par les députés | Nouvelles

Les nouvelles règles, approuvées mardi, ont été provisoirement convenu entre le Parlement européen et...

autres articles

Expulsions vers le Rwanda : tollé après l’adoption de la loi britannique

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak a salué l'adoption, dans la nuit du lundi...

Le premier médicament qui ralentit la maladie d’Alzheimer existe déjà, mais pourquoi les médecins sont sceptiques ?

Neuf mois après son introduction aux États-Unis, le médicament contre la maladie d'Alzheimer d'Eisai...

La Régie des Bâtiments investit dans des laboratoires de l’Institut national de Criminalistique et de Criminologie

Étant donné la vétusté du complexe, la Régie des Bâtiments prévoit une nouvelle construction...