-1.5 C
Bruxelles
mardi, février 7, 2023
AccueilACTUALITEPlus de financement nécessaire pour l'adaptation au climat, alors que les risques...

Plus de financement nécessaire pour l’adaptation au climat, alors que les risques augmentent

-

La Rapport sur les écarts d’adaptation 2022 a été publié avant la conférence des Nations Unies sur le climat COP27, qui s’ouvre ce week-end à Charm el-Cheikh, en Égypte.

Il appelle à un financement accru et à la mise en œuvre d’actions visant à aider les nations et les communautés vulnérables à s’adapter à l’urgence climatique face à des risques croissants.

Les besoins d’adaptation annuels estimés se situent entre 160 et 340 milliards de dollars d’ici la fin de la décennie, et jusqu’à 565 milliards de dollars d’ici 2050.

Action urgente maintenant

« Le changement climatique est en train d’atterrir coup après coup sur l’humanité, comme nous l’avons vu tout au long de 2022 : le plus viscéralement dans les inondations qui ont submergé une grande partie du Pakistan », a déclaré Inger Andersen, directrice exécutive du PNUE.

« Le monde doit réduire d’urgence les émissions de gaz à effet de serre pour limiter les impacts du changement climatique. Mais nous devons aussi de toute urgence intensifier nos efforts pour nous adapter aux impacts déjà présents et à venir. »

Le rapport souligne que l’adaptation, ainsi que l’atténuation, doivent être au cœur de la réponse mondiale à la crise climatique.

Les impacts vont s’intensifier

Dans le cadre de l’accord historique de Paris de 2015 sur le changement climatique, les pays se sont engagés à limiter le réchauffement climatique à 1,5 °C au-dessus des températures préindustrielles, mais sont loin d’être sur la bonne voie.

Les inondations au Pakistan et d’autres impacts actuels, tels que la sécheresse historique dans la Corne de l’Afrique, se produisent alors que l’augmentation de la température mondiale n’est que de 1,1 ° Celsius au-dessus des niveaux préindustriels.

Dans un rapport d’accompagnement publié plus tôt cette semaine, le PNUE a déclaré que les contributions déterminées au niveau national (NDC) – les plans nationaux des gouvernements pour lutter contre le changement climatique – indiquent un réchauffement climatique pouvant atteindre 2,6 ° C d’ici la fin du siècle.

De plus, les recherches du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) montrent que les risques climatiques s’intensifieront à chaque dixième de degré.

Défaut de protection

Pour le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, le rapport indique clairement que le monde ne parvient pas à protéger les gens contre ce qu’il a appelé les « impacts ici et maintenant » du changement climatique.

« Les besoins d’adaptation dans le monde en développement vont monter en flèche pour jusqu’à 340 milliards de dollars par an d’ici 2030. Pourtant, le soutien à l’adaptation se situe aujourd’hui à moins d’un dixième de ce montant », a-t-il déclaré dans un message marquant le lancement.

« Les personnes et les communautés les plus vulnérables en paient le prix. C’est inacceptable. »

Le rapport a constaté que les progrès en matière d’adaptation ont été « lents et irréguliers ».

Quatre-vingt pour cent des pays disposent d’au moins un instrument national de planification de l’adaptation, tandis qu’un tiers des 197 gouvernements parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) ont incorporé des objectifs quantifiés et assortis de délais en matière d’adaptation.

Financement en cause

De plus, près de 90 % des instruments de planification étudiés tiennent compte du sexe et des groupes défavorisés, comme les peuples autochtones.

Cependant, le financement de ces plans reste le point d’achoppement. Les coûts d’adaptation estimés sont cinq à dix fois supérieurs aux flux internationaux de financement de l’adaptation vers les pays en développement, qui ont atteint 29 milliards en 2020, soit une augmentation de 4 % par rapport à l’année précédente.

En 2020, les flux financiers combinés d’adaptation et d’atténuation ont été inférieurs d’au moins 17 milliards de dollars aux 100 milliards de dollars promis chaque année aux pays en développement.

Le PNUE a déclaré qu’une augmentation significative est nécessaire pour atteindre l’objectif de doubler les flux de financement de 2019 d’ici 2025, comme souligné dans les résultats de la conférence mondiale sur le climat COP26, qui s’est tenue l’année dernière à Glasgow, en Écosse.

« Les nations doivent accompagner les paroles fortes du Pacte climatique de Glasgow par des actions fortes pour accroître les investissements et les résultats en matière d’adaptation, à partir de la COP27 », a déclaré Mme Andersen.

Pendant ce temps, bien que la mise en œuvre d’actions d’adaptation – principalement dans l’agriculture, l’eau, les écosystèmes et les secteurs transversaux – augmente, elle ne suit pas les impacts climatiques et pourraient être dépassés par l’accélération des risques climatiques.

‘Pas de temps a perdre’

Soulignant la nécessité d’une volonté politique forte pour accroître les investissements et les résultats, le Secrétaire général a déclaré que le déficit d’adaptation doit être comblé de quatre manières essentielles.

« Le monde doit intensifier et protéger les personnes et les communautés contre les risques immédiats et toujours croissants de l’urgence climatique. Nous n’avons pas de temps à perdre », a-t-il prévenu.

Le chef de l’ONU a appelé à augmenter considérablement la quantité et la qualité du financement afin que les pays développés atteignent l’objectif de doubler le soutien à l’adaptation à 40 milliards de dollars par an d’ici 2025.

« A la COP27, ils doivent présenter une feuille de route crédible avec des jalons clairs sur la manière dont cela sera réalisé – de préférence sous forme de subventions, et non de prêts », a déclaré M. Guterres.

« Ils doivent également user de leur influence en tant que gouvernements actionnaires des banques multilatérales de développement pour donner la priorité à l’adaptation, à la résilience et à la vulnérabilité. Au moins la moitié de tous les financements climatiques devraient être consacrés à l’adaptation.

« Débloquer » le pipeline d’investissement

Le monde a un besoin urgent d’un nouveau modèle commercial pour transformer les priorités d’adaptation en projets pouvant être investis, a-t-il poursuivi, soulignant le décalage entre ce que les gouvernements proposent et ce que les financiers considèrent comme pouvant être investis.

« Le pipeline d’investissement est bloqué ; nous devons le débloquer maintenant. Nous avons besoin une augmentation mondiale des investissements dans l’adaptation pour sauver des millions de vies du carnage climatique. Il est grand temps d’instaurer une coordination sans précédent entre les gouvernements bénéficiaires, les partenaires au développement et les autres bailleurs de fonds », a-t-il déclaré.

Dans le même ordre d’idées, le Secrétaire général a demandé au Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), au Partenariat NDC et à plusieurs fonds climatiques de travailler avec des bailleurs de fonds publics et privés pour piloter un nouvel accélérateur de pipeline d’adaptation pour les pays ciblés.

© UNICEF/Inti Ocon/AFP-Services

Des enfants cherchent des bouts de bois pour aider leurs parents à reconstruire leur maison après qu’elle ait été détruite par les vents violents de l’ouragan Iota au Nicaragua.

L’alerte précoce sauve des vies

M. Guterres a souligné la nécessité de « bien meilleures données et informations sur les risques climatiques », son troisième point, qui sont essentielles pour protéger les vies et les moyens de subsistance dans les pays et les communautés vulnérables.

Pour son dernier point, le chef de l’ONU a souligné l’importance de répondre à son appel pour des systèmes universels d’alerte précoce dans les cinq ans. Il a appelé à apporter le soutien financier et technique nécessaire à la mise en œuvre d’un plan d’action que l’Organisation météorologique mondiale (OMM) présentera à la COP27.

Bien que ces domaines prioritaires exigent une coopération et un soutien internationaux sans précédent, il a également reconnu que dans de nombreux endroits, il est trop tard pour s’adapter.

Par conséquent, la COP27 doit fournir une feuille de route claire et assortie de délais pour combler le déficit de financement pour faire face aux pertes et aux dommagesune question qui, selon lui, sera « un test décisif pour le succès » en Égypte.

Lien de Etoile d’Europe publié le 2022-11-29 15:53:37

LATEST POSTS

Un nouveau colorant fluorescent peut éclairer le cerveau

Le colorant à petites molécules NIR-II développé par le laboratoire du chimiste de l'Université Rice Han Xiao est présenté sur la couverture du numéro du...

Purtroppo, sì – Malheureusement, oui

« Purtroppo, sì. » « Malheureusement, oui. », ce sont les mots utilisés par la Ministre italienne de la Famille et de l'Egalité des Chances,...

Les déplacements domicile-travail : le vélo continue son ascension avec +80 % en 16 ans

Entre la dernière édition de l’enquête en 2017 et cette nouvelle en 2021, les effets des mesures sanitaires liées au coronavirus se font ressentir sur...
spot_img

Autres articles d'interest

spot_img