-2.4 C
Bruxelles
mardi, février 7, 2023
AccueilACTUALITELes pays ont maintenu la ligne contre les cas et les décès...

Les pays ont maintenu la ligne contre les cas et les décès dus au paludisme en 2021: rapport de l’OMS

-

risques, renforcer la résilience et accélérer la recherche, il y a toutes les raisons de rêver d’un avenir sans paludisme ».

Moustiquaires salvatrices

En 2020, plus de moustiquaires imprégnées d’insecticide (MII) – la principale défense dans la plupart des pays d’endémie palustre – ont été distribuées qu’au cours de toute autre année enregistrée.

Et les distributions en 2021 étaient globalement fortes, similaires aux niveaux pré-pandémiques.

Cependant, le Bénin, l’Érythrée, l’Indonésie, le Nigéria, les Îles Salomon, la Thaïlande, l’Ouganda et le Vanuatu ont distribué moins de 60 % de leurs MII et le Botswana, la République centrafricaine, le Tchad, Haïti, l’Inde, le Pakistan et la Sierra Leone n’en ont pas distribué.

Suivi des autres interventions

En 2021, la chimioprévention saisonnière du paludisme – une intervention communautaire très efficace – a atteint près de 45 millions d’enfants dans 15 pays africains, ce qui représente une augmentation substantielle par rapport à 33,4 millions en 2020 et 22,1 millions en 2019.

Et malgré les défis de la chaîne d’approvisionnement et de la logistique pendant le COVID, un nombre record de tests de diagnostic rapide du paludisme ont été distribués aux établissements de santé en 2020.

On estime que 242 millions de thérapies combinées à base d’artémisinine – le traitement le plus efficace contre le paludisme à P. falciparum – ont été délivrées dans le monde en 2021, contre 239 millions en 2019.

Source : Rapport mondial sur le paludisme 202

Les moustiquaires imprégnées d’insecticide (ITN) sont le principal outil de lutte antivectorielle utilisé dans la plupart des pays où le paludisme est endémique. Le rapport de l’OMS compare deux années de niveaux de distribution.

Convergence des menaces

Malgré les succès, les défis se sont poursuivis et ont conduit le domaine statistique, en particulier dans Afriquequi épaulé environ 95% des cas et 96% des décès dans le monde en 2021.

Les perturbations pendant la pandémie et les crises humanitaires convergentes, les défis du système de santé, le financement restreint, la montée des menaces biologiques et une baisse de l’efficacité des principaux outils de lutte contre les maladies ont menacé la réponse mondiale.

« Malgré les progrès, la région africaine continue d’être la plus durement touchée par cette maladie mortelle », a déclaré la directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, Matshidiso Moeti, notant que les outils d’information et le financement pour les déployer sont « nécessaires de toute urgence pour nous aider à vaincre le paludisme ».

Le financement de la lutte contre le paludisme en 2021 s’élevait à 3,5 milliards de dollars, une augmentation par rapport aux deux années précédentes, mais bien en deçà des 7,3 milliards de dollars estimés nécessaires dans le monde pour rester sur la bonne voie.

Autres obstacles

À la fois, une baisse de l’efficacité des principaux outils de lutte contre le paludismesurtout les MII, est entraver de nouveaux progrès dans la lutte contre le paludisme.

Parmi les menaces figurent la résistance aux insecticides, l’accès insuffisant et la perte de MII en raison du stress de l’utilisation quotidienne qui dépasse le remplacement.

D’autres risques croissants impliquent des mutations parasitaires affectant les tests de diagnostic rapide ; la résistance croissante des parasites aux médicaments contre le paludisme ; et une invasion d’un moustique résistant aux insecticides.

Source : Rapport mondial sur le paludisme 202

Tendances des cas de paludisme et des décès dans 11 pays fortement touchés, entre 2015 et 2021.

De nouvelles pistes d’espoir

Pour que les pays africains élaborent une réponse plus résiliente, l’OMS a récemment lancé une stratégie de lutte contre la résistance aux médicaments antipaludiques et une initiative visant à stopper la propagation du vecteur du paludisme Anopheles stephensi.

En outre, un nouveau cadre mondial de lutte contre le paludisme dans les zones urbaines, élaboré conjointement par l’OMS et ONU-Habitat, fournit des orientations aux dirigeants municipaux et aux parties prenantes du paludisme.

Entre-temps, un solide pipeline de recherche et développement est en place pour apporter une nouvelle génération de lutte contre le paludisme des outils qui pourraient aider à accélérer les progrès vers les objectifs mondiaux, y compris des moustiquaires de longue durée avec de nouvelles combinaisons d’insecticides ; répulsifs spatiaux; et le génie génétique des moustiques.

De nouveaux tests de diagnostic, des médicaments de nouvelle génération pour lutter contre la résistance aux médicaments et d’autres vaccins contre le paludisme sont également en préparation.

Selon le rapport, les pays où le paludisme est endémique devraient continuer à utiliser une approche de soins de santé primaires pour renforcer les systèmes de santé et garantir des services et des interventions de qualité pour tous ceux qui en ont besoin.

Nourrisson au Ghana protégé du paludisme par une moustiquaire.

Nourrisson au Ghana protégé du paludisme par une moustiquaire.

Lien de Etoile d’Europe publié le 2022-12-08 14:35:36

LATEST POSTS

Un nouveau colorant fluorescent peut éclairer le cerveau

Le colorant à petites molécules NIR-II développé par le laboratoire du chimiste de l'Université Rice Han Xiao est présenté sur la couverture du numéro du...

Purtroppo, sì – Malheureusement, oui

« Purtroppo, sì. » « Malheureusement, oui. », ce sont les mots utilisés par la Ministre italienne de la Famille et de l'Egalité des Chances,...

Les déplacements domicile-travail : le vélo continue son ascension avec +80 % en 16 ans

Entre la dernière édition de l’enquête en 2017 et cette nouvelle en 2021, les effets des mesures sanitaires liées au coronavirus se font ressentir sur...
spot_img

Autres articles d'interest

spot_img