10.5 C
Bruxelles
vendredi, février 3, 2023
AccueilACTUALITEau milieu de la tourmente mondiale, l'ONU poursuit obstinément les accords internationaux...

au milieu de la tourmente mondiale, l’ONU poursuit obstinément les accords internationaux sur le climat

-

Fin 2021, lorsque la conférence des Nations unies sur le climat (COP26) s’est terminée à Glasgow, aucun des présents n’aurait pu se douter qu’une guerre en Ukraine plongerait l’économie mondiale dans la tourmente, convainquant de nombreux pays de suspendre leurs engagements en faveur d’une économie à faibles émissions de carbone. l’économie, alors qu’ils s’efforçaient de réduire leur dépendance vis-à-vis des approvisionnements russes en pétrole et en gaz, et de sécuriser leurs approvisionnements en combustibles fossiles ailleurs.

Pendant ce temps, une foule d’études ont souligné le réchauffement continu de la Terre et l’incapacité de l’humanité à réduire les émissions de carbone et à faire face à la menace existentielle de l’urgence climatique.

Néanmoins, l’ONU a continué à diriger la tâche lente, laborieuse mais essentielle de parvenir à des accords internationaux sur le climat, tout en exerçant une pression soutenue sur les grandes économies pour qu’elles redoublent d’efforts pour réduire leur consommation de combustibles fossiles et soutiennent les pays en développement, dont les citoyens portent le fardeau des sécheresses, des inondations et des phénomènes météorologiques extrêmes résultant du changement climatique d’origine humaine.

© Unsplash/Patrick Perkins
Les incendies de forêt qui font rage dans certaines parties de l’ouest des États-Unis ont transformé le ciel au-dessus de l’orange de San Francisco.

Enregistrez les vagues de chaleur, la sécheresse et les inondations

L’Organisation météorologique mondiale (OMM) a publié une litanie de rapports austères tout au long de l’année. Une étude de janvier, annonçant que 2021 avait rejoint les sept années les plus chaudes jamais enregistrées, a donné le ton pour l’année.

En été, lorsque des vagues de chaleur record ont été enregistrées dans plusieurs pays européens, l’agence a averti que nous devrions nous habituer à d’autres à venir au cours des prochaines années, tandis que l’Afrique peut s’attendre à une aggravation de la crise alimentaire, centrée sur la Corne de l’Afrique, déplaçant des millions de personnes : il est peu probable que quatre pays sur cinq du continent aient des ressources en eau gérées de manière durable d’ici 2030.

Alors que certaines régions souffraient d’un manque d’eau, d’autres étaient frappées par des inondations catastrophiques. Au Pakistan, une urgence nationale a été déclarée en août, à la suite de fortes inondations et de glissements de terrain provoqués par les pluies de mousson qui, au plus fort de la crise, ont submergé environ un tiers du pays. Des dizaines de millions de personnes ont été déplacées.

Des inondations sans précédent au Tchad ont touché plus de 340 000 personnes en août et, en octobre, l’agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a déclaré que quelque 3,4 millions de personnes en Afrique de l’Ouest et du Centre avaient besoin d’aide, au milieu des pires inondations de la décennie.

© Unsplash/Ella Ivanescu
Les centrales électriques à combustible fossile sont l’un des plus gros émetteurs de gaz à effet de serre

Une dépendance « délirante » aux énergies fossiles

Dans son bulletin d’octobre sur les gaz à effet de serre, l’OMM a détaillé les niveaux records des trois principaux gaz – le dioxyde de carbone, l’oxyde nitreux et le méthane, qui ont connu la plus forte augmentation des concentrations d’une année sur l’autre en 40 ans, identifiant l’activité humaine comme un facteur principal de le changement climatique.

Pourtant, malgré toutes les preuves qu’il est urgent de passer à une économie à faibles émissions de carbone, les principales économies mondiales ont réagi à la crise énergétique précipitée par la guerre en Ukraine en rouvrant d’anciennes centrales électriques et en recherchant de nouveaux fournisseurs de pétrole et de gaz.

Le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a dénoncé leur réaction, la qualifiant de délirante, lors d’un sommet autrichien sur le climat en juin, et affirmant que s’ils avaient investi dans les énergies renouvelables dans le passé, ces pays auraient évité l’instabilité des prix des marchés des énergies fossiles.

Lors d’un événement énergétique organisé à Washington DC le même mois, M. Guterres a comparé le comportement de l’industrie des combustibles fossiles aux activités des grandes compagnies de tabac au milieu du XXe siècle : « comme les intérêts du tabac, les intérêts des combustibles fossiles et leurs complices financiers doivent pas échapper à la responsabilité », a-t-il dit «L’argument consistant à mettre l’action climatique de côté pour faire face aux problèmes domestiques sonne également creux”.

L'intégration des perspectives des jeunes, y compris des jeunes femmes des hautes terres du Bhoutan, dans le partenariat transfrontalier a été une priorité essentielle pour les équipes de pays des Nations Unies dans toute la région.
Jeunes femmes des hautes terres du Bhoutan

Un environnement propre et sain, un droit humain universel

La décision de juillet de l’Assemblée générale des Nations Unies de déclarer que l’accès à un environnement propre et sain est un droit humain universel a été saluée comme une étape importante, s’appuyant sur un texte similaire adopté par le Conseil des droits de l’homme en 2021.

M. Guterres a déclaré dans un communiqué que ce développement historique contribuerait à réduire les injustices environnementales, à combler les lacunes en matière de protection et à autonomiser les personnes, en particulier celles qui se trouvent dans des situations vulnérables, notamment les défenseurs des droits de l’homme environnementaux, les enfants, les jeunes, les femmes et les peuples autochtones.

L’importance de cette décision a été soulignée en octobre par Ian Fry, le premier rapporteur spécial des Nations unies sur la protection des droits de l’homme dans le contexte du changement climatique. M. Fry a déclaré à ONU Info que la résolution commençait déjà à avoir un effet, l’Union européenne discutant de la manière de l’intégrer dans la législation et les constitutions nationales.

Les récifs coralliens sont des écosystèmes complexes qui fournissent un habitat précieux pour les poissons et autres animaux.
© Ocean Image Bank/Matt Curnock
Les récifs coralliens offrent un habitat précieux pour les poissons et autres animaux.

Des accords décisifs conclus lors des conférences de l’ONU sur le climat

L’année a été ponctuée par trois sommets importants de l’ONU liés au climat – la Conférence sur les océans en juin, la Conférence sur le climat COP27 en novembre et la Conférence sur la biodiversité COP15, très retardée, en décembre – qui ont démontré que l’organisation accomplit bien plus que simplement énoncer le désastre. situation climatique et appelant au changement.

À chaque événement, des progrès ont été réalisés pour faire progresser les engagements internationaux en matière de protection de l’environnement et de réduction des dommages et des destructions causés par l’activité humaine.

La Conférence sur l’océan a permis de discuter de questions critiques et de générer de nouvelles idées. Les dirigeants mondiaux ont admis être profondément alarmés par l’urgence mondiale à laquelle est confronté l’océan et ont renouvelé leur engagement à prendre des mesures urgentes, à coopérer à tous les niveaux et à atteindre pleinement les objectifs dès que possible.

Plus de 6 000 participants, dont 24 chefs d’État et de gouvernement, et plus de 2 000 représentants de la société civile ont assisté à la Conférence, plaidant pour des actions urgentes et concrètes pour faire face à la crise des océans.

Ils ont souligné que des actions scientifiques et innovantes, ainsi que la coopération internationale, sont essentielles pour apporter les solutions nécessaires.

Financement des « pertes et dommages » convenu, une victoire pour les pays en développement

La COP27, la Conférence des Nations Unies sur le climat, qui s’est tenue en Égypte en novembre, semblait destinée à se terminer sans aucun accord, alors que les pourparlers traînaient bien au-delà de la fin officielle du sommet.

Néanmoins, les négociateurs ont réussi non seulement à s’entendre sur le libellé d’un document final, mais également à établir un mécanisme de financement pour indemniser les nations vulnérables pour les pertes et les dommages causés par les catastrophes induites par le climat.

Ces nations ont passé des décennies à plaider en faveur d’une telle disposition, de sorte que l’inclusion a été saluée comme une avancée majeure. Les détails sur le fonctionnement du mécanisme et sur les bénéficiaires seront désormais définis dans les mois à venir.

Cependant, peu de progrès ont été réalisés sur d’autres questions clés, en particulier sur l’élimination progressive des combustibles fossiles, et un langage resserré sur la nécessité de limiter le réchauffement climatique à 1,5 degrés Celsius.

Une meilleure protection de la biodiversité promise à Montréal

Après deux ans de retards et de reports résultant de la pandémie de COVID-19, la quinzième conférence des Nations Unies sur la biodiversité, la COP15, a finalement eu lieu à Montréal en décembre, se concluant par un accord visant à protéger 30 % des terres, des zones côtières et intérieures de la planète. eaux d’ici la fin de la décennie. Inger Andersen, responsable du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), a décrit le résultat comme « une première étape dans la réinitialisation de notre relation avec le monde naturel ».

La biodiversité mondiale est dans un état périlleux, avec environ un million d’espèces menacées d’extinction. Les experts de l’ONU conviennent que la crise va s’aggraver, avec des résultats catastrophiques pour l’humanité, à moins que nous n’interagissions avec la nature de manière plus durable.

L’accord, officiellement le Cadre mondial pour la biodiversité de Kunming-Montréal, comprend des engagements impressionnants, mais ceux-ci doivent maintenant être traduits en action. Cela a été un point de friction majeur lors des précédentes conférences sur la biodiversité, mais on espère qu’une plateforme, lancée à la COP15, pour aider les pays à accélérer la mise en œuvre, aidera à transformer le plan en réalité.

Lien de Etoile d’Europe publié le 2022-12-28 15:07:54

LATEST POSTS

Résultats de l’adjudication ORI Facility du 03/02/2023

L'Agence fédérale de la Dette communique qu'elle a accepté les offres à l'adjudication de ce jour pour un montant total de EUR 0.505 milliard.Ce montant...

Le Vice-Président du Conseil Souverain reçoit l’Expert Indépendant des Nations Unies pour les Droits de l’Homme

Khartoum-3-2-2023 Le Vice-Président du Conseil Souverain, Lieutenant-général Mohamed Hamdan Dagaloa reçu aujourd'hui le Expert indépendant des Nations Unies sur les droits de l'homme au Soudan, M....

Les plus populaires

spot_img

Archives

Résultats de l’adjudication ORI Facility du 03/02/2023

L'Agence fédérale de la Dette communique qu'elle a accepté les offres à l'adjudication de ce jour pour un montant total de EUR 0.505 milliard.Ce...

Le Vice-Président du Conseil Souverain reçoit l’Expert Indépendant des Nations Unies pour les Droits de l’Homme

Khartoum-3-2-2023 Le Vice-Président du Conseil Souverain, Lieutenant-général Mohamed Hamdan Dagaloa reçu aujourd'hui le Expert indépendant des Nations Unies sur les droits de l'homme au Soudan,...