4.6 C
Bruxelles
vendredi, janvier 27, 2023
AccueilACTUALITELa Russie a établi de nouveaux records en 2022 contre les Témoins...

La Russie a établi de nouveaux records en 2022 contre les Témoins de Jéhovah

-

JW. New York – Cette année, les tribunaux russes ont condamné plus de 40 % de Témoins de Jéhovah de plus (45) à des peines de prison que l’année dernière (32). Cela a entraîné un pic de 115 hommes et femmes en prison à un moment donné, le plus depuis la décision de la Cour suprême de 2017 qui a effectivement interdit les activités des Témoins.

« La Russie marque maintenant une nouvelle étape de la disgrâce », déclare Rachel Denber, directrice adjointe de la division Europe et Asie centrale de Human Rights Watch. « Personne ne devrait passer une seconde à être poursuivi, encore moins en prison, pour avoir exprimé pacifiquement ses convictions religieuses. Il n’est jamais trop tard pour mettre fin à ces pratiques répressives et illégales, pour libérer toutes les personnes emprisonnées pour leur activité religieuse pacifique et pour annuler la décision notoire de la Cour suprême interdisant les Témoins de Jéhovah. (pour les commentaires de 11 experts supplémentaires d’Europe, de Russie et des États-Unis, voir le sous-titre ci-dessous : qu’en pensent les experts ?)

La persécution s’est intensifiée, malgré une décision historique rendue en juin 2022 par la Cour européenne des droits de l’homme déclarant l’interdiction des Témoins de Jéhovah de 2017 comme une violation sans fondement des pactes internationaux relatifs aux droits de l’homme qui devrait être annulée. La Cour a ordonné à la Russie de suspendre toutes les poursuites pénales en cours contre les Témoins de Jéhovah et de libérer les personnes emprisonnées. [Voir p. 85, §11 de l’arrêt (lien).] Il y a quelques semaines à peine, le Secrétaire général du Conseil de l’Europe a exhorté la Russie à se conformer à l’arrêt de la CEDH, comme elle est tenue de le faire, et à annuler l’interdiction des Témoins de Jéhovah. [Voir p. 2 de lettre (lien).]

Jarrod Lopes, porte-parole des Témoins de Jéhovah, a déclaré : 

« Depuis 2017, les autorités russes ont placé plus de 500 Témoins sur la liste fédérale des extrémistes et des terroristes.* La Russie utilise à mauvais escient sa législation anti-extrémiste pour interdire, emprisonner et parfois battre et torturer les Témoins de Jéhovah. Difficile de croire que cette répression mal voilée dure depuis plus de cinq ans. De nombreux experts internationaux, fonctionnaires et tribunaux au plus haut niveau ont reconnu que les Témoins de Jéhovah sont des citoyens pacifiques et respectueux des lois – tout sauf des extrémistes – et ont donc condamné à plusieurs reprises la Russie pour son interdiction indéniable fondée sur la discrimination. Les Témoins de Jéhovah du monde entier sont impatients de voir leurs compagnons croyants en Russie libérés de prison afin qu’ils puissent être libres d’élever leurs enfants, libres de soutenir leurs communautés et libres de prier comme ils le sont dans plus de 230 autres pays à travers le monde.

* Le fait d’être sur la liste, qui est accessible au public, les stigmatise et a empêché nombre d’entre eux d’obtenir un emploi. D’autres conséquences lourdes incluent le blocage de leurs comptes bancaires et la difficulté à obtenir ou à renouveler des polices d’assurance, à vendre des biens, à gérer des investissements, à recevoir des héritages ou encore à acheter des cartes SIM de téléphone portable.

La persécution des Témoins de Jéhovah par la Russie en 2022 en chiffres (au 23 décembre 2022)

  • 121 reconnu coupable d’activités soi-disant extrémistes et condamné à diverses peines. Ce chiffre n’a cessé d’augmenter…18 en 2019; 39 en 2020; et 111 en 2021
  • 45 condamné à une peine de prison d’un total de 250 ans de prison. C’est plus qu’un % D’augmentation 40 aux 32 condamnés à la prison en 2021
    • 35 sur les 45 ont été envoyés en prison pendant six ans
  • En septembre 2022, le nombre de Témoins emprisonnés à un moment donné dépassé 100 pour la première fois depuis la décision de la Cour suprême de 2017. Au 23 décembre 2022, il y avait un pic de 115 derrière les barreaux
    • 19 en prison sont plus de 60
    • Le plus ancien is Boris Andreïev, 71 ans, du territoire de Primorye. Il avait 70 ans lorsqu’il a été placé en détention provisoire en octobre 2022 (lien)
    • La peine la plus inhumaine en 2022 est 7 ans pour Andrey Vlasov, qui est handicapé et a du mal à gérer ses activités quotidiennes sans aide (lien à la vidéo)
    • Un total de 367 croyants ont passé du temps derrière les barreaux depuis mai 2017
  • 200 perquisitions de maisons JW menées cette année dans 39 localités de Russie
    • Á propos 1,800 des maisons ont été perquisitionnées depuis l’interdiction de 2017, entraînant des enquêtes pénales ou des accusations portées contre plus de 670 Les témoins
  • Des poursuites pénales contre les Témoins de Jéhovah ont été déposées en 72 régions de Russie d’ici la fin de 2022, soit deux de plus qu’en 2021

Que pensent les experts?

Alexander Verkhovsky, directeur du Centre d’information et d’analyse SOVA basé à Moscou, ancien membre du Conseil des droits de l’homme de Russie (bio)

L’ampleur et la cruauté des pressions augmentent. L’année dernière, nous avions quelques espoirs, que la campagne répressive pourrait au moins ralentir, mais nous nous sommes trompés. Ce combat contre les Témoins de Jéhovah est tellement bizarre. Je dirais que les développements de cette année nous font croire que la lutte est vraiment très importante pour nos autorités, si elles dépensent beaucoup de ressources du système d’application de la loi, même en temps de guerre.

Willy Fautré, fondateur et directeur de la société bruxelloise Human Rights Without Frontiers (bio)

Les Témoins de Jéhovah sont le groupe religieux le plus persécuté en Russie depuis son interdiction en 2017 et ainsi privés de leurs libertés d’association, de réunion, de culte et d’expression. Les statistiques sur l’ampleur de la répression sont inquiétantes.
La liberté de religion ou de conviction est la pierre angulaire de toutes les libertés. La persécution des Témoins de Jéhovah était un signe avant-coureur que la société russe aspirant à la démocratie et à la liberté d’expression serait inévitablement écrasée par la répression du régime du président Poutine et finalement entraînée dans une guerre insensée.
En Russie, seuls quelques militants et organisations des droits de l’homme ont osé s’exprimer pour le respect de leurs droits, mais presque toutes ces voix ont été réduites au silence. Leurs défenseurs ont été arrêtés et emprisonnés ou n’ont eu d’autre choix que de fuir à l’étranger. Leurs organisations ont été interdites ou fermées de force. Ils ont été étiquetés « agents étrangers » et ils ont dû afficher cette version russe de la tristement célèbre « étoile jaune » sur leurs sites Web et toutes leurs publications.

Sharon Kleinbaum, commissaire à la Commission des États-Unis sur la liberté religieuse internationale (bio)

Cette année, la Russie a poursuivi sa persécution inexplicable et croissante des Témoins de Jéhovah, avec plus de Témoins que jamais derrière les barreaux et faisant face à de longues peines de prison pour la simple pratique de leurs croyances. Il n’y a aucune justification possible pour la répression impitoyable de la Russie contre les Témoins de Jéhovah et d’autres minorités religieuses comme soi-disant « extrémistes ». Le gouvernement russe doit mettre fin à sa pratique consistant à qualifier à tort les groupes religieux d’« extrémistes » et permettre la liberté de religion ou de conviction pour tous.

Doug Bandow, chercheur principal au Cato Institute, spécialiste de la politique étrangère et des libertés civiles (bio)

La persécution inexplicable des Témoins de Jéhovah se poursuit en Russie. Le gouvernement de Vladimir Poutine est menacé, mais par sa propre inconduite, pas par les croyances religieuses d’une petite minorité religieuse qui est devenue le dernier bouc émissaire de son régime criminel. Moscou devrait cesser de punir ceux qui ne cherchent qu’à servir Dieu à leur manière. Les partisans de la liberté religieuse dans le monde devraient prendre la défense de ceux qui sont emprisonnés pour leur foi.

Emily Baran, présidente du département d’histoire de la Middle Tennessee State University, Russie et experte en relations Église-État, auteur de Dissidence sur les marges: comment les témoins de Jéhovah soviétiques ont défié le communisme et ont survécu pour en prêcher (bio)

La Russie continue de traiter cette communauté religieuse comme de dangereux extrémistes malgré un manque total de preuves pour étayer cette affirmation. Et les Témoins de Jéhovah continuent de faire face à des poursuites pénales et à de longues peines de prison pour des actions qui se limitent à parler de leur foi les uns avec les autres et avec leurs communautés. Le niveau de persécution rappelle les mauvais traitements infligés aux Témoins à l’époque soviétique et place la Russie en décalage par rapport aux États démocratiques. Les témoins sont une communauté religieuse connue et reconnue en Europe. Le traitement que la Russie leur réserve est une violation flagrante de leurs droits humains, un fait confirmé par la Cour européenne des droits de l’homme dans sa décision sur l’interdiction russe.
2023 apportera probablement beaucoup plus de la même chose : surveillance, harcèlement, poursuites et emprisonnement. Si l’histoire est un guide, tous ces efforts sont très peu susceptibles d’atteindre l’objectif de la Russie d’éliminer les Témoins de son territoire.

Natalia Arno, fondatrice et présidente de la Free Russia Foundation (bio)

Les Russes à la recherche de Dieu qui suivent les enseignements des Témoins de Jéhovah font face à une brutalité et une oppression accrues sous le gouvernement de Poutine aujourd’hui. Rien qu’en 2022, 45 croyants ont été condamnés à des peines de prison pour un total de 250 ans ; et 121 condamnés pour divers chefs d’accusation. Il s’agit d’une augmentation de 40 % par rapport à la persécution politique des Témoins de Jéhovah en 2021.
Toutes ces accusations sont injustes et inconstitutionnelles, et leurs cas sont fabriqués. Le seul crime des Témoins est de rester fidèles à leurs croyances et de pratiquer leur religion en privé et pacifiquement.

Sir Andrew Wood, ambassadeur britannique en Russie 1995-2000 (bio)

Les dirigeants actuels de la Russie s’appuient désormais sur la peur et la force exercées par des organes de sécurité qui relèvent d’eux, et non d’organes juridiques indépendants. Leur protection contre les protestations publiques a été tenue en échec par une propagande insistante, le silence de toutes les opinions non garanties par le Kremlin et la persécution des dissidents. Les résultats ont été à la fois un affaiblissement de la nation et une accumulation constante de la répression de ses citoyens.
L’ignoble « opération spéciale » du président Poutine contre l’Ukraine a alimenté les attaques de son régime contre tous les Russes, considérées comme potentiellement déloyales, même si elles ne sont pas prouvées ou peu probables. Les Témoins de Jéhovah risquaient déjà d’être punis avant que la Russie ne s’engage en 2022 dans la voie de devenir une puissance centrée sur des objectifs militaires et des moyens brutaux de les exercer. Ses dirigeants ont montré peu d’attention pour les intérêts ou même la vie de ceux à leur service, sans parler de ceux qu’ils disent être leurs « frères » ukrainiens qui résistent à l’assaut de la Russie. Les Témoins de Jéhovah ne se battent pas, mais ils sont maintenant des victimes accrues de la malveillance dans une nation en guerre contre elle-même et craignant pour son avenir.

Andrew Weiss, vice-président des études au Carnegie Endowment for International Peace, ancien directeur du Conseil de sécurité nationale pour les affaires russes, ukrainiennes et eurasiennes (bio)

À une époque où la guerre en Ukraine domine l’attention des décideurs politiques occidentaux pour (des raisons facilement compréhensibles et justifiées), il est important de ne pas perdre de vue le fait que la détérioration de la situation des droits de l’homme en Russie se déroule sur plusieurs fronts. L’effondrement du respect de la liberté religieuse par les autorités russes en est un exemple important. La vague d’arrestations injustifiées et de lourdes peines de prison pour les Témoins de Jéhovah est tout simplement consternante.

Dawid Bunikowski, chercheur invité à l’École de théologie de l’Université de Finlande orientale, associé universitaire au Centre de droit et de religion de l’École de droit et de politique de Cardiff (bio)

La persécution des Témoins de Jéhovah en Russie s’intensifie et est terrifiante. Les Témoins de Jéhovah sont traités comme des « extrémistes » depuis 2017 (selon la loi de 2002 sur la lutte contre l’extrémisme). La Cour suprême a interdit leurs activités. Aujourd’hui, nombre d’entre eux sont placés en détention provisoire, arrêtés et condamnés à des peines de prison. Leurs maisons sont perquisitionnées. Tout cela est inhumain, contraire à la dignité humaine et doit être condamné par tous les moyens. Elle est non seulement contraire au droit international (article 18 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques de 1966 ; article 9 de la Convention européenne des droits de l’homme) et à la Constitution de la Fédération de Russie (art. 28) qui garantissent tous deux la liberté religieuse, mais c’est aussi contraire au bon sens. Même les personnes âgées sont emprisonnées. Pour quelle raison? Pour chanter des chansons, étudier la Bible et offrir des prières collectivement chez des particuliers. C’est ridicule que des gens soient punis pour avoir adoré en privé. Cela conduit à la question : pourquoi ?
Il n’y a pas de raison claire pour laquelle la Russie fait ce qu’elle fait envers les Témoins de Jéhovah. Pendant mes cours sur les défis et les controverses de la religion et du droit en Europe (à l’Université de Finlande orientale), nous étudions ce cas de persécution. Ayant lu des documents pertinents sur la persécution, mes étudiants venant de différents pays et traditions religieuses ne sont toujours pas en mesure de répondre pourquoi cela se produit et ce qui se passe. Cependant, certaines de nos intuitions sont justes : les Témoins de Jéhovah en Russie pourraient être perçus comme un agent américain occidental (c’est-à-dire être un « suspect » ou, en fait, un espion) dans un cercle traditionnellement orthodoxe et post-soviétique (avec un beaucoup de nationalisme blanc russe « culturellement orthodoxe »). La question est de savoir si Poutine a ordonné ou non cette persécution. Il y a quelques années, il a été surpris par l’ampleur de la persécution. Mais il aurait pu mentir sur son manque de connaissances. La persécution pourrait faire partie d’une guerre « civilisationnelle » menée par la Russie contre les États-Unis/l’Occident.
Puisqu’il y a la guerre en Ukraine, il semble difficile de parler d’une certaine pression internationale sur le terrain. Mais l’idéal serait :
Premièrement, la Russie devrait modifier le jugement de 2017. La Cour suprême peut l’« annuler ». En outre, la Russie peut clairement modifier la loi Yarovaya de 2016 (un projet de loi modifiant la loi de 2002) afin d’éviter de tels verdicts. Les Témoins de Jéhovah ne doivent pas être traités comme des extrémistes. Ce ne sont pas des terroristes mais seulement des gens pacifiques qui adorent Dieu. Tout cela constituerait une étape juridique importante. Cela conduirait à prendre d’autres mesures.
Deuxièmement, les personnes arrêtées ou condamnées doivent être libérées. Ils devraient être rendus gratuits. Même les compensations pour privation illégale de liberté devraient être versées plus tard (mais cela semble plus compliqué en Russie).
Troisièmement, la Russie devrait officiellement présenter des excuses aux Témoins de Jéhovah pour la persécution et devrait permettre aux Témoins de Jéhovah de s’enregistrer en tant qu’entité religieuse conformément à la loi de 1997 sur les associations religieuses.
Quatrièmement, la Russie devrait restituer tous les bâtiments et biens confisqués aux Témoins de Jéhovah. Des compensations pour les pertes doivent également être versées.
Cinquièmement, les Témoins de Jéhovah doivent agir librement en tant qu’organisation. Leur liberté religieuse doit être protégée car elle est réglementée par la constitution russe. Ils ne devraient pas être arrêtés à cause de leurs prières. Leurs maisons ne devraient plus être perquisitionnées à la recherche d’activités « extrémistes ». Que la Russie les laisse en paix et ils prieront librement.
Mais il n’y a aucun espoir pour l’instant. Ce plan nécessiterait un dirigeant plus démocratique ou un changement sérieux au Kremlin.

Elizabeth Clark, directrice associée du Centre international d’études juridiques et religieuses de l’Université Brigham Young, experte en droit international des droits de l’homme et en droit de l’Union européenne (bio)

Les Témoins de Jéhovah, un groupe pacifiste, font face à une persécution croissante de ses membres en Russie pour avoir exercé leurs droits à la liberté de religion ou de conviction. Cela viole les engagements de la Russie envers le droit international et sa propre constitution.

Eric Patterson, vice-président exécutif du Religious Freedom Institute, ancien doyen de la Robertson School of Government de l’Université Regent (bio)

La persécution continue par la Russie des Témoins de Jéhovah en tant qu’« extrémistes » qui menacent la sécurité nationale de la Russie est injuste et imprudente. Elle contribue à une atmosphère de peur et de stagnation sociale.

Photos | Avec l’aimable autorisation des Témoins de Jéhovah

  1. Certains des plus de 360 ​​frères et sœurs en Russie et en Crimée qui ont passé du temps en prison depuis la décision de la Cour suprême russe de 2017 (lien pour plus d’informations)
  2. Après avoir été condamné à 6 ans de prison, Alexander Seredkin fait ses adieux à son fils, Novossibirsk, novembre 2022 (lien pour plus d’informations)
  3. Témoins de Jéhovah d’Astrakhan lors d’une audience tenue par vidéoconférence en 2022 (lien à des informations supplémentaires sur les prisonniers)
  4. Boris Andreev, 71 ans, actuellement détenu au centre de détention n° 2 du territoire de Primorye (lien aux informations supplémentaires)
  5. Les autorités russes perquisitionnent un appartement à Togliatti, région de Samara, septembre 2022 (lien aux informations supplémentaires)
  6. Yevgeniy Korotun dans une cellule de détention provisoire. Il a été condamné à 7 ans de prison, laissant derrière lui un fils préadolescent, Aleksandr (lien aux informations supplémentaires)
  7. Yevgeniy Korotun avec sa femme, Yevgeniya, et son fils, Aleksandr

Lien de Etoile d’Europe publié le 2023-01-03 13:58:59

LATEST POSTS

Prévenir le syndrome post-soins intensifs

Le syndrome post-soins intensifs ou PICS (Post-intensive Care Syndrome) est en quelque sorte le revers de la médaille des progrès en médecine intensive. Cette discipline...

Mobilité de la main-d’œuvre – La Commission européenne demande à l’ITALIE de mettre fin à la discrimination des enseignants étrangers

La Commission européenne a décidé d'adresser un avis motivé à Italie (INFR(2021)4055) pour non-respect des règles de l'UE sur la libre circulation des travailleurs...

La persécution des chrétiens dans le monde, notamment en Iran, mise en lumière au Parlement européen

La persécution des chrétiens en Iran était au centre de la présentation de la World Watch List 2023 de l'ONG protestante Open Doors hier, jeudi...

Les plus populaires

spot_img

Archives

Prévenir le syndrome post-soins intensifs

Le syndrome post-soins intensifs ou PICS (Post-intensive Care Syndrome) est en quelque sorte le revers de la médaille des progrès en médecine intensive. Cette...

Mobilité de la main-d’œuvre – La Commission européenne demande à l’ITALIE de mettre fin à la discrimination des enseignants étrangers

La Commission européenne a décidé d'adresser un avis motivé à Italie (INFR(2021)4055) pour non-respect des règles de l'UE sur la libre circulation des...

فك شفرة الماضي – العلماء يكشفون عن أصل مقبرة الزواحف البحرية العملاقة الغامضة المنقرضة

الكبار والصغار من أنواع الإكثيوصور Shonisaurus popularis مطاردة فريسة الأمونويد قبل 230 مليون سنة ، فيما يعرف الآن بمنتزه برلين إكثيوصور الحكومي ، نيفادا...