5.3 C
Bruxelles
jeudi, janvier 26, 2023
AccueilACTUALITEDes empreintes de pas anciennes révèlent la présence de l'homme en Espagne...

Des empreintes de pas anciennes révèlent la présence de l’homme en Espagne 200 000 ans plus tôt que prévu

-


Les Néandertaliens étaient une espèce humaine qui vivait en Europe et en Asie il y a environ 200 000 à 30 000 ans. Ils sont connus pour leurs caractéristiques physiques distinctives, telles qu’une carrure trapue, un grand nez et une mâchoire inférieure saillante. Bien qu’ils soient étroitement liés aux humains modernes, les Néandertaliens ont finalement disparu, probablement en raison d’une combinaison de facteurs, notamment la concurrence avec les humains modernes et les changements climatiques.

Cette découverte est essentielle pour l’étude du modèle évolutif des hominidés pendant la période du Pléistocène moyen en Europe.

Jorge Rivera, chercheur et technicien de la Université de Séville Le département GRS Radioisotopes a fait une découverte importante en Europe impliquant des empreintes d’hominidés trouvées à Matalascañas. L’équipe a utilisé des techniques de luminescence stimulées optiquement au Centre de recherche, de technologie et d’innovation (CITIUS) et au CENIEH de l’Université de Séville, pour déterminer que les empreintes sont 200 000 ans plus anciennes qu’on ne le pensait auparavant, remontant à 295 800 ans au Pléistocène moyen. point final.

Cela suggère que les pré-néandertaliens vivaient dans la région de Doñana à cette époque. La recherche, dirigée par le professeur de paléontologie Eduardo Mayoral à l’Université de Huelva, a récemment été publiée dans la revue Rapports scientifiques.

La technique

La luminescence stimulée optiquement est une méthode utilisée pour déterminer l’âge absolu des sédiments qui ont été entièrement exposés à la lumière du soleil.

Jalon scientifique

La découverte en juin 2020 d’empreintes d’hominines de plus de 106 000 ans à côté d’El Asperillo (Matalascañas, Huelva) a été une révolution pour le monde scientifique, à tel point qu’elle a été considérée comme l’une des découvertes les plus importantes de cette année. Mais maintenant, la publication de ce nouvel article a confirmé ce que certains experts soupçonnaient à l’époque : ces empreintes étaient beaucoup plus anciennes et ont en fait 200 000 ans de plus qu’on ne le pensait auparavant. Alors qu’il était auparavant placé au Pléistocène supérieur, les preuves indiquent maintenant clairement le Pléistocène moyen et son âge de 295 800 ans, ce qui en fait un record unique en Europe, car il n’y a pas de meilleur site au monde en termes de nombre, âge et superficie que celui de la plage d’El Asperillo pour les empreintes de fossiles d’hominidés.

Après avoir collecté des échantillons aux différents niveaux, puis deux autres plus tard pour comparer les premiers résultats, l’âge des restes fossiles a été établi et pointe vers le Pléistocène moyen, moment crucial entre différents étages climatiques, entre une période chaude, MIS 9 (360 000 -300 000 ans), en transition vers MIS 8 (il y a 300 000-240 000 ans), au cours de laquelle une glaciation majeure a eu lieu.


L’âge est ainsi spécifié à 295 800 ans, avec une marge d’erreur de 17 800 ans, selon les données recueillies à partir des quatre échantillons de niveaux sédimentaires dans les falaises d’El Asperillo où le site a été trouvé, initialement 87 empreintes, qui a maintenant un record de plus de 300 empreintes de pas, dont 10% sont considérées comme bien conservées. À l’exception de celles de Matalascañas, il est à noter qu’aucune autre empreinte d’hominidé n’est connue entre les étages climatiques MIS9 et MIS 8 du Pléistocène moyen. C’est pourquoi on se demande s’ils appartiennent aux Néandertaliens.

Mais sont-ils des Néandertaliens ?

Au début, on pensait qu’ils étaient des Néandertaliens, mais cela est maintenant mis en doute. L’hypothèse principale parmi les scientifiques est qu’il s’agit d’individus de la lignée néandertalienne, parmi lesquels Homo heidelbergensis et Homo neandertalensis ont été associés. L’hypothèse qu’il s’agit d’hominines pré-néandertaliennes est plausible.

C’est précisément pour cette raison que les empreintes de Matalascañas ont maintenant plus de valeur en raison de leur contribution aux archives fossiles d’hominidés du Pléistocène moyen, qui est très pauvre en Europe en raison de la rareté des dépôts avec des empreintes. Jusqu’à présent, selon l’article, des empreintes de cette période n’ont été trouvées qu’à Terra Amata et Roccamonfina (Italie), datées d’il y a entre 380 000 et 345 000 ans, avec des enregistrements de Homo heidelbergensis.

Ce sont les seuls plus anciens que celui de Huelva à cette époque. Après ceux-ci, les sites de Biache-Vaast (France) et Theopetra (Grèce), d’il y a 236 000 à 130 000 ans, sont attribués à Homo neandertalensis. Dans ce contexte, la plage de longueur de toutes les empreintes trouvées à Matalascañas, de 14 à 29 centimètres, est similaire à celle trouvée sur les sites européens, tels que Theopetra (14-15 centimètres), Roccamonfina (24-27 cm) et Terra Amata (24cm).


En tout cas, les experts soulignent la singularité de la découverte de Matalascañas, dont la nouvelle datation a remis en question les paradigmes existants et a nécessité une analyse approfondie avant d’accepter ses conclusions.

La nouvelle chronologie établit désormais un changement dans le scénario qui prévalait alors sur la côte du golfe de Cadix, avec des établissements humains dans un climat plus tempéré et humide que dans le reste de l’Europe, avec des nappes phréatiques élevées et une végétation abondante.

Au cours de cette même période, le niveau de la mer aurait été d’environ 60 mètres en dessous de son niveau actuel. Cela implique que la côte serait à plus de 20 kilomètres de l’endroit où elle se trouve aujourd’hui, c’est ainsi qu’il y aurait eu une grande plaine côtière, avec de grandes zones inondables, dans laquelle les empreintes découvertes à la mi-2020 auraient été faites.

La nouvelle datation du site affecte également les animaux vertébrés trouvés, puisque les traces d’hominidés y comprenaient également des empreintes de grands mammifères tels que des éléphants à défenses droites, des taureaux gigantesques (aurochs) et des sangliers. C’était la faune qui habitait Doñana il y a 300 000 ans et non il y a 100 000 ans, comme l’ont affirmé d’autres enquêtes.

Référence : « La nouvelle datation des empreintes de Matalascañas fournit de nouvelles preuves de la paléoécologie des homininés du Pléistocène moyen (MIS 9-8) dans le sud de l’Europe » par Eduardo Mayoral, Jérémy Duveau, Ana Santos, Antonio Rodríguez Ramírez, Juan A. Morales, Ricardo Díaz- Delgado, Jorge Rivera-Silva, Asier Gómez-Olivencia et Ignacio Díaz-Martínez, 19 octobre 2022, Rapports scientifiques.
DOI : 10.1038/s41598-022-22524-2

Source link

LATEST POSTS

Mobilité de la main-d’œuvre – La Commission européenne demande à l’ITALIE de mettre fin à la discrimination des enseignants étrangers

La Commission européenne a décidé d'adresser un avis motivé à Italie (INFR(2021)4055) pour non-respect des règles de l'UE sur la libre circulation des travailleurs...

La persécution des chrétiens dans le monde, notamment en Iran, mise en lumière au Parlement européen

La persécution des chrétiens en Iran était au centre de la présentation de la World Watch List 2023 de l'ONG protestante Open Doors hier, jeudi...

La persécution des chrétiens dans le monde, notamment en Iran, mise en lumière au Parlement européen

La persécution des chrétiens en Iran était au centre de la présentation de la World Watch List 2023 de l’ONG protestante Open Doors hier, jeudi...

Les plus populaires

spot_img

Archives

Mobilité de la main-d’œuvre – La Commission européenne demande à l’ITALIE de mettre fin à la discrimination des enseignants étrangers

La Commission européenne a décidé d'adresser un avis motivé à Italie (INFR(2021)4055) pour non-respect des règles de l'UE sur la libre circulation des...

فك شفرة الماضي – العلماء يكشفون عن أصل مقبرة الزواحف البحرية العملاقة الغامضة المنقرضة

الكبار والصغار من أنواع الإكثيوصور Shonisaurus popularis مطاردة فريسة الأمونويد قبل 230 مليون سنة ، فيما يعرف الآن بمنتزه برلين إكثيوصور الحكومي ، نيفادا...

La persécution des chrétiens dans le monde, notamment en Iran, mise en lumière au Parlement européen

La persécution des chrétiens en Iran était au centre de la présentation de la World Watch List 2023 de l'ONG protestante Open Doors hier,...