16.9 C
Bruxelles
jeudi, mai 23, 2024
AccueilFrançaisACTUALITEUne ancienne réfugiée, aujourd'hui enseignante bénévole, aide d'autres filles afghanes à s'instruire

Une ancienne réfugiée, aujourd’hui enseignante bénévole, aide d’autres filles afghanes à s’instruire

Publié le


Après avoir passé ses premières années au Pakistan, Sahar a obtenu son diplôme en Afghanistan et consacre maintenant son temps à s’assurer que les filles reçoivent une éducation malgré les restrictions croissantes.

Par Talwasa Sakhizai à Jalalabad, Afghanistan

Jeune fille, Sahar*, 23 ans, a grandi dans le camp de réfugiés de Bot à Peshawar, au Pakistan. Son père avait été enseignant en Afghanistan et encourageait tous les membres de la famille à étudier dur. De retour en Afghanistan en 2010, Sahar a continué à apprendre, obtenant un diplôme universitaire en informatique.

Maintenant, elle est passionnée par la transmission des compétences qu’elle a acquises à d’autres filles. Elle travaille actuellement comme enseignante bénévole à l’école Lower Shiekh Mesri à Nangarhar, construite par le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, où elle enseigne l’informatique et l’anglais. Beaucoup d’étudiants ici sont des réfugiés rapatriés, comme elle, ou ont été déplacés en raison d’un conflit. « Je veux servir de modèle et motiver les filles à rester à l’école », a expliqué Sahar. « J’ai poursuivi mes études [despite] beaucoup de problèmes financiers et de défis culturels.

Lancée en octobre 2022, l’Initiative de volontariat féminin du HCR dans la région orientale de Nangarhar en Afghanistan vise à inspirer et à enseigner aux filles par le biais de diplômées, d’étudiantes universitaires et de diplômées volontaires. Actuellement, 24 femmes volontaires participent au programme, aidant au tutorat, au mentorat par les pairs et organisant des activités parascolaires pour les étudiantes.

Sahar est passionnée par la transmission des compétences qu’elle a acquises à d’autres filles. Elle enseigne l’informatique et l’anglais à l’école Lower Shiekh Mesri, qui a été construite par le HCR. © Talwasa Sakhizai/WADAN (partenaire du HCR)

« Je ressens ce que ressentent les autres filles de l’école. Je crois fermement que les compétences informatiques et la connaissance de l’anglais… peuvent aider les filles à poursuivre leur éducation en ligne, même à la maison », a déclaré Sahar.

Elle a déclaré que les deux disciplines pourraient ouvrir de nouvelles voies d’apprentissage pour les étudiantes, dont beaucoup sont désormais obligées de rester à la maison en raison des récentes restrictions empêchant les filles d’étudier au-delà de la sixième année, ainsi que de leurs déplacements.

« Cela les aidera à accéder à diverses sources d’éducation sur Internet tout en poursuivant leur parcours d’éducation. Cela aidera également les étudiants à faire leurs recherches et à acquérir plus de connaissances sur les sujets qui les intéressent. »

Sahar a décrit le fait de grandir en tant que réfugiée au Pakistan comme difficile. « Mes parents n’avaient même pas les moyens de payer les nécessités de base de la vie, y compris une éducation complémentaire pour moi et mes frères et sœurs. Maintenant que nous sommes revenus, je suis heureux. Nous avons une maison décente et j’ai pu faire des études supérieures en Afghanistan.

64075d254 - Ancienne réfugiée, aujourd'hui enseignante bénévole, aide d'autres filles afghanes à s'instruire
« Je crois fermement que les compétences informatiques et la connaissance de l’anglais… peuvent aider les filles à poursuivre leur éducation en ligne, même à la maison », a déclaré Sahar. © Talwasa Sakhizai/WADAN (partenaire du HCR)

Son propre parcours l’a rendue plus déterminée à aider les autres. « Voir des jeunes filles abandonner l’école ou être empêchées d’aller apprendre en raison du manque d’enseignantes me rend triste. La situation peut s’aggraver pour les filles et les femmes et conduira également à des mariages précoces et forcés.

En plus de devenir elle-même volontaire, Sahar a également contacté ses pairs et ses camarades diplômées pour les encourager à rejoindre l’initiative du HCR.

« Je ne reçois pas de salaire d’enseignante, mais la joie de voir des filles venir à l’école chaque jour est la source de ma fierté et de ma satisfaction. »

*Nom changé pour des raisons de protection

Talwasa Sakhizai coordonne les projets des femmes pour WADAN (l’Association d’aide sociale pour le développement de l’Afghanistan), un partenaire du HCR qui met en œuvre l’Initiative de volontariat féminin.

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

Le presse-papiers de Windows est désormais alimenté par l’IA

Imaginez si votre presse-papiers pouvait exploiter la puissance de IA. Ce n'est plus...

Retour sur les grandes tendances 2023 du secteur indépendant

Le nombre d'indépendants en activité principale a augmenté de 0,43 % passant de 795.282...

Guerre des devises : réalité ou fantasme ?

Communiqué de presse // Chaque cycle économique a sa guerre des devises. Dans...

Mesurer les temps d’attente dans les soins de santé : pour qui, pourquoi, comment ?

Contrairement à ce que l’on observe dans d’autres pays, les initiatives de mesure du...

autres articles

Le presse-papiers de Windows est désormais alimenté par l’IA

Imaginez si votre presse-papiers pouvait exploiter la puissance de IA. Ce n'est plus...

Retour sur les grandes tendances 2023 du secteur indépendant

Le nombre d'indépendants en activité principale a augmenté de 0,43 % passant de 795.282...

Guerre des devises : réalité ou fantasme ?

Communiqué de presse // Chaque cycle économique a sa guerre des devises. Dans...