6.4 C
Bruxelles
vendredi, mars 1, 2024
AccueilFrançaisACTUALITELa quête d'une relation autonome UE-Chine génère des tensions au sein de...

La quête d’une relation autonome UE-Chine génère des tensions au sein de l’UE à 27

Publié le


Le président français met les partenaires européens mal à l’aise avec ses déclarations sur la nécessité de prendre ses distances avec les États-Unis en matière de politique étrangère, en référence à Taïwan. La Pologne se révolte alors que l’Allemagne dit que l’UE ne peut pas être « indifférente ».

Article de Irène Castro – Correspondant à Bruxelles pour ELDIARIO.ES – Attribution-NonCommercial 4.0 International (CC BY-NC 4.0) Traduit par The European Times.

Un partenaire coopératif, un concurrent difficile et un rival systémique. Trois définitions qui peuvent même sembler contradictoires pour définir la relation de l’UE avec la Chine. Telles sont les règles du jeu que les dirigeants de l’UE-27 ont établies en octobre dernier à l’approche des préparatifs de la recherche d’un rapprochement avec le géant asiatique, qui révèle les divergences au sein du club européen et amène même des tensions. à la surface.

L’UE cherche depuis longtemps sa place dans un monde polarisé. Alors que Bruxelles s’est engagée dans la préparation de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine et qu’une grande partie de ses politiques ces derniers mois ont visé à minimiser la dépendance vis-à-vis du régime de Xi Jinping face à la méfiance, l’UE a ravivé les relations diplomatiques à différents niveaux sans perdre vue de la relation stratégique avec les États-Unis.

« Les efforts vont dans le même sens. Personne en Europe, peu importe comment vous appelez le gouvernement ou le membre de la Commission, ne veut se désengager de la Chine et aller dans deux blocs dans ce monde. Tout le monde dit que nous devons nous engager avec la Chine, mais le faire de manière responsable et sur la base des intérêts européens. Nous ne pouvons pas être aveugles aux risques et aux dépendances », résume une source européenne.

C’est ce qu’a soutenu la présidente de la Commission européenne, Ursula Von der Leyen, dans un discours dans lequel elle a jeté les bases de la relation avant de se rendre à Pékin. Là, elle a répété le même message. Avant Xi Jinping, le chef de l’exécutif européen s’était plaint des « déséquilibres » dans les relations commerciales. De plus, le dirigeant allemand a clairement indiqué que les relations de l’UE avec la Chine dépendront de la position qu’elle maintiendra avec la Russie concernant la guerre en Ukraine. L’UE est parvenue à la conclusion que seul Xi Jinping peut convaincre Vladimir Poutine.

Le ton de Von der Leyen était beaucoup plus dur que celui du président français Emmanuel Macron, qu’elle accompagnait lors de cette visite. « Je sais que je peux compter sur vous pour ramener la Russie à la raison et amener tout le monde à la table des négociations», a déclaré le leader libéral, qui a été reçu dans le luxe par Xi Jinping non seulement à Pékin mais aussi lors d’un dîner à Canton. Macron, qui a voyagé accompagné d’hommes d’affaires, a obtenu des avantages économiques, notamment une commande de 160 avions de la société de leasing chinoise CASC à Airbus.

C’est Macron, dont la visite avait déjà éveillé les soupçons des alliés depuis l’annonce, qui a déclenché la tempête. Si Pékin demande une plus grande autonomie de l’UE vis-à-vis des Etats-Unis, c’est précisément ce que le président français a défendu dès son envol après son voyage en Chine. Dans une interview accordée aux journaux Les Echos et Politico lors du vol de retour, Macron a défendu la nécessité pour l’UE-27 d’avoir une « autonomie stratégique » et d’être un « troisième pôle » par rapport à ces deux puissances opposées.

Macron a fait valoir que les Européens ne peuvent pas être des « vassaux » de leurs alliés, en référence aux États-Unis. Et il faisait spécifiquement référence à Taiwan, qui est l’un des foyers de tension entre la Chine et les États-Unis. « Le pire serait de croire que nous, Européens, devrions suivre dans ce dossier et nous adapter au rythme des États-Unis et à une réaction excessive de la Chine », a fait valoir Macron à un moment où la Chine avait déployé des manœuvres militaires avec simulation d’attaques de porte-avions autour de l’île en réponse au voyage du président, Tsai Ing-wen, en Californie.

« Nous voulons de bons amis, nous voulons des partenaires, mais nous voulons toujours être en mesure de les choisir, de ne pas dépendre d’eux », a-t-il réaffirmé lors d’une manifestation quelques jours plus tard à La Haye, où il a prévenu les Européens que si la souveraineté est perdu et la dépendance vis-à-vis des autres pouvoirs « ils ne décideront plus par eux-mêmes ».

La position sur Taïwan place Bruxelles dans une position complexe et met à rude épreuve ses partenaires des deux côtés de l’Atlantique. Le gouvernement de l’UE s’est efforcé de préciser que la position de l’UE sur l’île n’avait pas changé. « Il existe une politique d' »une seule Chine » bien établie et nous continuons d’appeler à la paix et à la stabilité dans le détroit de Taiwan et prenons clairement position contre toute volonté de modifier unilatéralement le statu quo, notamment par le recours à la force », a déclaré le le porte-parole a répondu. L’UE entretient d’importantes relations commerciales avec Taïwan, mais ne le reconnaît pas comme un État souverain.

Le plus virulent contre Macron était le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki, qui commençait tout juste un voyage aux États-Unis. « Ils regardent la Chine à court terme afin d’y vendre plus de produits européens à un coût géopolitique énorme, nous rendant plus dépendants de la Chine, pas moins », a-t-il déclaré à Washington, avec qui il est plus proche. « Vous ne pouvez pas protéger l’Ukraine aujourd’hui et demain en disant que Taïwan ne vous regarde pas », a-t-il averti, selon l’AFP : « Je pense que, Dieu nous en préserve, si l’Ukraine tombe, si l’Ukraine est conquise, le lendemain la Chine pourrait attaquer, peut attaquer, Taiwan. Le chef du PPE, Manfred Weber, s’est exprimé en des termes similaires dans une interview dans laquelle il a déclaré que l’UE devrait « être du côté de l’Ukraine et de Taïwan ».

Une fois de plus, ces déclarations ont mis Bruxelles mal à l’aise, où il a été souligné que l’UE n’était pas impliquée dans une situation de guerre pour l’île.

Plus diplomate a été la ministre allemande des affaires étrangères, Annalena Baerbock, qui a pris ses distances avec Macron en assurant que l’Europe « ne peut pas être indifférente » aux tensions sur Taïwan lors de sa visite en Chine et a défendu l’établissement d’alliances avec des partenaires partageant les valeurs européennes en référence à les États-Unis face à des « menaces pour la sécurité » comme la Russie, rapporte Politico.

Le gouvernement américain a évité de faire couler le sang avec la position de Macron. « La France est notre plus vieil allié. Les valeurs que nous partageons ont guidé notre relation et continuent de le faire aujourd’hui », a déclaré le porte-parole du département d’État Vedant Patel lors d’une conférence de presse, rapporte Agencia EFE. Cependant, ses paroles ne sont pas passées inaperçues et ont été remises en question par les politiciens républicains.

Bruxelles tente d’apaiser les eaux et de dédramatiser les tensions. « Nous avons un certain nombre d’Etats membres avec une variation d’accent importante, mais ils sont tous d’accord avec la politique générale envers la Chine, qui a été réaffirmée lors du Conseil européen d’octobre », explique une source européenne sur le trinôme « partenaire », « concurrent ». et « rival » sur la base desquels l’UE cherche à sa propre relation avec la Chine.

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

Les députés améliorent la protection européenne des produits agricoles de qualité

Le Parlement a donné son feu vert définitif à la réforme des règles de...

Journée mondiale des ONG 2024 : l’UE lance une initiative de 50 millions d’euros pour protéger la société civile

Bruxelles, le 27 février 2024 – À l’occasion de la Journée mondiale des ONG,...

Renforcer les réponses à la haine religieuse : un appel à l’action le 8 mars prochain

Dans un monde où l’hostilité à l’égard des minorités religieuses persiste, la nécessité de...

Christine Lagarde s’adresse au Parlement européen sur le rapport annuel de la BCE et la résilience de la zone euro

Dans un moment charnière discours prononcé au Parlement européen Lors de sa session plénière...

autres articles

Les députés améliorent la protection européenne des produits agricoles de qualité

Le Parlement a donné son feu vert définitif à la réforme des règles de...

Journée mondiale des ONG 2024 : l’UE lance une initiative de 50 millions d’euros pour protéger la société civile

Bruxelles, le 27 février 2024 – À l’occasion de la Journée mondiale des ONG,...

Renforcer les réponses à la haine religieuse : un appel à l’action le 8 mars prochain

Dans un monde où l’hostilité à l’égard des minorités religieuses persiste, la nécessité de...