7.3 C
Bruxelles
mardi, avril 16, 2024
AccueilFrançaisACTUALITEL'expertise ADN a établi qu'il y avait une femme à bord d'un...

L’expertise ADN a établi qu’il y avait une femme à bord d’un célèbre navire de guerre suédois coulé

Publié le


L’épave du navire royal Vasa a été récupérée en 1961 et est remarquablement bien conservée après plus de 300 ans sous l’eau dans le port de Stockholm

Un laboratoire militaire américain a aidé les Suédois à confirmer ce qui était suspecté depuis des années : une femme figurait parmi les morts sur un navire de guerre du XVIIe siècle qui a coulé lors de son voyage inaugural. Cela a été annoncé la semaine dernière par le musée où le navire est exposé, a rapporté AP.

L’épave du Royal Warship Vasa a été récupérée en 1961 et est remarquablement bien conservée après plus de 300 ans sous l’eau dans le port de Stockholm. Depuis lors, le navire est hébergé au musée Vasa, l’une des plus grandes attractions touristiques de la capitale suédoise, où les visiteurs peuvent admirer ses magnifiques sculptures.

Environ 30 personnes sont mortes lorsque le Vasa a chaviré et coulé quelques minutes seulement après avoir quitté le port en 1628. On pense qu’ils étaient des membres d’équipage, et l’identité de la plupart d’entre eux est inconnue.

Pendant des années, il y avait eu des indications que l’une des victimes, connue sous le nom de « Ge », était une femme en raison de la forme de l’os de la hanche, a déclaré Fred Hawker, responsable de la recherche au musée Vasa, dans un communiqué.

Anna Maria Forsberg, historienne du musée Vasa, a précisé que les femmes ne faisaient pas partie des équipages de la flotte suédoise au XVIIe siècle, mais pouvaient être à bord en tant qu’invitées. Les marins étaient autorisés à emmener leurs femmes avec eux à bord, sauf si le navire partait au combat ou pour un long voyage.

« Nous savons par des sources écrites qu’environ 30 personnes sont mortes ce jour-là », indique Forsberg, ajoutant : « Il est donc probable qu’elle était la femme d’un marin qui voulait l’accompagner lors du voyage inaugural de ce nouveau navire impressionnant ». Elle a également déclaré que le nombre exact de personnes à bord ce jour-là n’est pas connu, « mais nous estimons qu’il y avait environ 150 personnes, en supposant que 300 autres soldats devaient être embarqués plus loin dans l’archipel ». .

Depuis 2004, le musée Vasa collabore avec le département d’immunologie, de génétique et de pathologie de l’université d’Uppsala, qui examine tous les squelettes pour en apprendre le plus possible sur les différentes personnes à bord du navire condamné. « Extraire de l’ADN d’os qui se trouvent au fond de la mer depuis 333 ans est très difficile, mais pas impossible », explique Marie Allen, professeur de génétique médico-légale à l’Université d’Uppsala. « En termes simples, nous n’avons trouvé aucun chromosome Y dans le génome ‘Ge’, mais nous ne pouvions pas en être complètement sûrs et nous voulions que les résultats soient confirmés », a-t-elle expliqué.

Les Suédois se sont donc tournés vers le laboratoire d’identification ADN basé au Delaware pour les forces armées américaines. « Grâce à l’expertise médico-légale d’un nouveau test, nous avons pu confirmer que l’individu ‘Ge’ était une femme », explique Alain.

Le Vasa, qui devait se diriger vers une base navale près de Stockholm pour attendre l’embarquement des troupes, aurait coulé faute de lest pour contrer ses canons lourds.

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

Dette de l’Etat fédéral à fin mars 2024

Communiqué de presse de l'Agence fédérale de la Dette:   A la fin mars 2024, la...

Invitation de presse: présentation du Centre d’analyse des risques climatiques et environnementaux

La création du nouveau centre belge d’analyse des risques climatiques et environnementaux vise à...

Un candidat de trou noir inhabituellement léger repéré par LIGO

En mai 2023, peu après la remise en marche du LIGO (Laser Interferometer Gravitational-wave...

Le modèle d’IA a le potentiel de détecter le risque de trouble de stress post-traumatique lié à l’accouchement

Les chercheurs ont adapté un programme d'intelligence artificielle (IA) pour identifier les signes de...

autres articles

Dette de l’Etat fédéral à fin mars 2024

Communiqué de presse de l'Agence fédérale de la Dette:   A la fin mars 2024, la...

Invitation de presse: présentation du Centre d’analyse des risques climatiques et environnementaux

La création du nouveau centre belge d’analyse des risques climatiques et environnementaux vise à...

Un candidat de trou noir inhabituellement léger repéré par LIGO

En mai 2023, peu après la remise en marche du LIGO (Laser Interferometer Gravitational-wave...