20.5 C
Bruxelles
lundi, juin 17, 2024
AccueilFrançaisACTUALITEComment le discours de haine a déclenché le génocide rwandais – europeantimes.news

Comment le discours de haine a déclenché le génocide rwandais – europeantimes.news

Publié le


« Chaque fois que j’en parle, je pleure », a-t-elle déclaré Actualités de l’ONU, décrivant comment la propagande a diffusé des messages de haine qui ont déclenché une vague meurtrière de violence indescriptible. Elle a perdu 60 membres de sa famille et amis dans le massacre de masse.

En prévision de la commémoration par l’Assemblée générale des Nations Unies de la Journée internationale de réflexion sur le génocide de 1994 contre les Tutsi au RwandaMme Mutegwaraba s’est entretenue avec Actualités de l’ONU sur le discours de haine à l’ère numérique, comment l’attaque du 6 janvier contre le Capitole des États-Unis a déclenché une peur profonde, comment elle a survécu au génocide et comment elle a expliqué les événements qu’elle a vécus à sa propre fille.

L’interview a été modifiée pour plus de clarté et de longueur.

ONU Info : En avril 1994, un appel a été lancé à la radio au Rwanda. Qu’est-ce qu’il disait et qu’avez-vous ressenti?

Henriette Mutegwaraba: C’était terrifiant. Beaucoup de gens pensent que le massacre a commencé en avril, mais à partir des années 1990, le gouvernement l’a diffusé, dans les médias, les journaux et la radio, encourageant et prêchant la propagande anti-tutsi.

En 1994, ils encourageaient tout le monde à aller dans chaque maison, à les traquer, à tuer des enfants, à tuer des femmes. Pendant longtemps, les racines de la haine ont été profondément ancrées dans notre société. Pour voir que le gouvernement était derrière, il n’y avait aucun espoir qu’il y ait des survivants.

Un garçon rwandais de 14 ans de la ville de Nyamata, photographié en juin 1994, a survécu au génocide en se cachant sous des cadavres pendant deux jours.

ONU Info : Pouvez-vous décrire ce qui s’est passé au cours de ces 100 jours, au cours desquels plus d’un million de personnes ont été tuées, principalement à coups de machettes ?

Henriette Mutegwaraba: Il n’y avait pas que des machettes. N’importe quel moyen tortueux auquel vous pouvez penser, ils l’ont utilisé. Ils ont violé des femmes, ouvert le ventre de femmes enceintes avec un couteau et mis vivants des gens dans des fosses septiques. Ils ont tué nos animaux, détruit nos maisons et tué toute ma famille. Après le génocide, je n’avais plus rien. Vous ne pouviez pas dire s’il y avait jamais eu une maison dans mon quartier ou un Tutsi là-bas. Ils se sont assurés qu’il n’y avait pas de survivants.

ONU Info : Comment guérissez-vous de cette terreur et de ce traumatisme ? Et comment expliquez-vous ce qui est arrivé à votre fille ?

Henriette Mutegwaraba: Le génocide a compliqué notre vie à bien des égards. Être conscient de votre douleur est très important, alors entourez-vous de personnes qui comprennent et valident votre histoire. Partagez votre histoire et décidez de ne pas être une victime. Essayez d’avancer. J’avais tellement de raisons de le faire. Quand j’ai survécu, ma jeune sœur n’avait que 13 ans et elle en était la principale raison. Je voulais être fort pour elle.

Pendant des années, je n’ai pas voulu ressentir ma douleur. Je ne voulais pas que ma fille le sache parce que ça allait la rendre triste et voir sa mère blessée. Je n’ai pas eu de réponses à certaines questions qu’elle a posées. Quand elle a demandé pourquoi elle n’avait pas de grand-père, je lui ai dit que les gens comme moi n’avaient pas de parents. Je ne voulais pas lui faire croire qu’elle allait me voir quand elle marcherait dans l’allée et se marierait. Il n’y avait rien pour me donner de l’espoir.

Maintenant, elle a 28 ans. On parle de choses. Elle a lu mon livre. Elle est fière de ce que je fais.

ONU Info : Dans votre livre, Par tous les moyens nécessaires, vous abordez le processus de guérison et l’expression « plus jamais ça », liée à l’Holocauste. Vous avez également parlé de l’attaque contre la capitale à Washington, DC le 6 janvier 2021, disant que vous n’aviez pas ressenti ce sentiment de peur depuis 1994 au Rwanda. Pouvez-vous parler de ça?

Henriette Mutegwaraba: Nous n’arrêtons pas de dire « plus jamais ça », et ça continue : l’Holocauste, le Cambodge, le Soudan du Sud. Des gens en République démocratique du Congo sont en train d’être tués, au moment où je parle.

Il faut faire quelque chose. Le génocide est évitable. Le génocide ne se produit pas du jour au lendemain. Il évolue par degrés au fil des années, des mois et des jours, et ceux qui orchestrent le génocide savent précisément ce qu’ils ont l’intention de faire.

En ce moment, mon pays d’adoption, les États-Unis, est très divisé. Mon message est « réveillez-vous ». Il y a tellement de propagande qui se passe et les gens n’y prêtent pas attention. Personne n’est à l’abri de ce qui s’est passé au Rwanda. Le génocide peut se produire n’importe où. Voit-on les signes ? Oui. C’était choquant de voir une telle chose se produire aux États-Unis.

La discrimination raciale ou ethnique a été utilisée pour inspirer la peur ou la haine d’autrui, conduisant souvent à des conflits et à des guerres, comme dans le cas du génocide rwandais en 1994.

ONU Info : Si l’ère numérique existait en 1994 au Rwanda, le génocide aurait-il été pire ?

Henriette Mutegwaraba: Totalement. Tout le monde a un téléphone ou une télévision dans beaucoup de pays en développement. Un message qui mettait des années à se propager peut maintenant être diffusé, et en une seconde, tout le monde peut le voir.

S’il y avait eu Facebook, Tik Tok et Instagram, cela aurait été bien pire. Les méchants vont toujours vers les jeunes, dont l’esprit est facile à corrompre. Qui est sur les réseaux sociaux maintenant ? Le plus souvent, des jeunes.

Pendant le génocide, beaucoup de jeunes ont rejoint les milices et y ont participé, avec passion. Ils ont chanté ces chansons anti-tutsi, sont entrés dans les maisons et ont pris ce que nous avions.

ONU Info : Que peut faire l’ONU pour réprimer ce discours de haine et empêcher qu’il ne se reproduise ?

Henriette Mutegwaraba: Il existe un moyen pour l’ONU d’arrêter les atrocités. Lors du génocide de 1994, le monde entier a fermé les yeux. Personne n’est venu nous aider quand ma mère a été tuée, quand des centaines de femmes ont été violées.

J’espère que cela n’arrivera plus jamais à personne dans le monde. J’espère que l’ONU trouvera un moyen de répondre rapidement aux atrocités.

Mur des noms des victimes du génocide rwandais au Kigali Memorial Center

Mur des noms des victimes du génocide rwandais au Kigali Memorial Center

UN News : Avez-vous un message pour les jeunes qui manœuvrent sur les réseaux sociaux, voient des images et entendent des discours de haine ?

Henriette Mutegwaraba: J’ai un message pour leurs parents : apprenez-vous à vos enfants à aimer et à prendre soin de leurs voisins et de leur communauté ? C’est la base pour élever une génération qui aimera, respectera ses voisins et n’acceptera pas le discours de haine.

Cela commence par nos familles. Apprenez à vos enfants à aimer. Apprenez à vos enfants à ne pas voir les couleurs. Apprenez à vos enfants à faire ce qui est juste pour protéger la famille humaine. C’est un message que j’ai.

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

Le SPF Justice dévoile son rapport annuel 2023 : Une approche humaine pour un impact réel

Le Service public fédéral Justice publie son rapport annuel 2023. Ce rapport offre un...

La chasse high-tech au partenaire d’une plante solitaire

L’intelligence artificielle est utilisée dans la recherche d’une partenaire féminine pour une espèce végétale...

Élections 2024 : projection actualisée des sièges du nouveau Parlement européen | Nouvelles

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles...

Adjudication OLO du 17 juin 2024 : montant à adjuger

L'Agence fédérale de la Dette communique que la fourchette du montant qui sera adjugé...

autres articles

Le SPF Justice dévoile son rapport annuel 2023 : Une approche humaine pour un impact réel

Le Service public fédéral Justice publie son rapport annuel 2023. Ce rapport offre un...

La chasse high-tech au partenaire d’une plante solitaire

L’intelligence artificielle est utilisée dans la recherche d’une partenaire féminine pour une espèce végétale...

Élections 2024 : projection actualisée des sièges du nouveau Parlement européen | Nouvelles

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles...