13.8 C
Bruxelles
lundi, juin 17, 2024
AccueilFrançaisACTUALITEDes millions d'enfants privés de vaccins vitaux au milieu de la pandémie...

Des millions d’enfants privés de vaccins vitaux au milieu de la pandémie de COVID et de la vague de désinformation – europeantimes.news

Publié le


Dans son Rapport sur la situation des enfants dans le monde 2023, UNICEF indique que les niveaux de couverture vaccinale diminué dans 112 pays pendant la pandémie, « le plus grand recul durable de la vaccination des enfants en 30 ans ». Selon l’agence, un l’augmentation des informations trompeuses sur les vaccins est l’un des facteurs au jeu.

La directrice générale de l’UNICEF, Catherine Russell, a déclaré qu’au plus fort de la pandémie, les scientifiques ont rapidement mis au point des vaccins vitaux, « malgré cette réalisation historique, la peur et la désinformation sur tous les types de vaccins ont circulé aussi largement que le virus lui-même”.

Signal d’avertissement

L’UNICEF affirme que la pandémie a interrompu la vaccination des enfants « presque partout », en raison de systèmes de santé surchargés et de mesures de confinement. Mais de nouvelles données montrent également une tendance à la baisse de la confiance dans les vaccins infantiles jusqu’à 44 points de pourcentage dans un certain nombre de pays.

« Ce les données sont un signal d’alarme inquiétant», a insisté Mme Russell. « Nous ne pouvons pas permettre que la confiance dans les vaccinations de routine devienne une autre victime de la pandémie. Sinon, la prochaine vague de décès pourrait être celle d’un plus grand nombre d’enfants atteints de rougeole, de diphtérie ou d’autres maladies évitables.”

L’hésitation à la vaccination en hausse

Dans son rapport, l’UNICEF avertit que la perception publique de l’importance des vaccins pour les enfants a diminué au cours de la COVID 19 pandémie dans 52 des 55 pays étudiés.

Chine, Inde et Mexique étaient les seuls pays examinés où la perception de l’importance des vaccins est restée stable voire s’est améliorée. Dans la plupart des pays, les personnes de moins de 35 ans et les femmes étaient plus susceptibles de déclarer avoir moins confiance dans les vaccins pour enfants après le début de la pandémie.

Une tendance à plus long terme ?

Le rapport dit que «la confiance dans les vaccins est volatile et limitée dans le temps”, et qu’une collecte et une analyse plus soutenues des données seront nécessaires pour déterminer si la baisse de la confiance dans les vaccins est bel et bien là pour durer.

L’UNICEF souligne également que le soutien global aux vaccins reste solideet que dans près de la moitié des 55 pays étudiés, une grande majorité des répondants – plus de 80 % – continuent de percevoir les vaccins comme « importants » pour les enfants.

La désinformation en faute

Cependant, le rapport prévient que « la confluence de plusieurs facteurs suggère la menace d’une hésitation à la vaccination peut être en train de grandir”.

Parmi ces facteurs, les auteurs du rapport citent l’accès croissant à des informations trompeuses, la baisse de confiance dans l’expertise et la polarisation politique.

« Crise de la survie de l’enfant »

L’UNICEF affirme que les enfants nés juste avant ou pendant la pandémie ont maintenant dépassé l’âge auquel ils seraient normalement vaccinés. Ce décalage expose les enfants au risque d’épidémies mortelles de maladies évitables par la vaccination, dans ce que l’UNICEF appelle une «crise de la survie de l’enfant”.

Le rapport rappelle qu’en 2022, les cas de rougeole dans le monde ont doublé par rapport à 2021, et que le le nombre d’enfants paralysés par la poliomyélite a augmenté de 16 % d’une année sur l’autre. Au cours de la période de trois ans entre 2019 et 2021, la poliomyélite a paralysé huit fois plus d’enfants qu’au cours des trois années précédentes.

Accroissement des inégalités

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance souligne que la pandémie a exacerbé les inégalités existantes liées à la vaccination. Le rapport indique que « pour beaucoup trop d’enfants, en particulier dans les communautés les plus marginalisées, la vaccination est toujours pas disponible, accessible ou abordable”.

Près de la moitié des 67 millions d’enfants qui n’ont pas reçu de vaccination de routine entre 2019 et 2021 vivre sur le continent africain. À la fin de 2021, l’Inde et le Nigeria, qui sont décrits dans le rapport comme des « pays avec de très grandes cohortes de naissances », avaient le plus grand nombre d’enfants qui n’avaient pas reçu une seule vaccination de routine.

Globalement, dans les pays à revenu faible et intermédiaire, un enfant sur 10 dans les zones urbaines et un sur six dans les zones rurales n’avaient pas reçu une seule vaccination de routine.

Pauvreté, manque d’autonomie

Selon l’UNICEF, les enfants qui manquent à l’appel vivent dans les communautés « les plus pauvres et les plus reculées », situées dans des zones rurales ou des bidonvilles urbains, et parfois touchées par des conflits.

Le rapport souligne le rôle de l’autonomisation des femmes dans la décision d’une famille de faire vacciner ses enfants, rappelant que les enfants privés de vaccinations de routine « ont souvent des mères qui n’ont pas pu aller à l’école et qui ont peu leur mot à dire dans les décisions familiales ».

Des agents de santé sous-payés

L’UNICEF affirme que ses conclusions soulignent la nécessité de garantir la poursuite des efforts de vaccination, en renforçant les soins de santé primaires et en investissant dans les agents de santé en première ligne de la vaccination.

Ces travailleurs sont majoritairement des femmes et, selon le rapport, elles faire face à des défis importants y compris les bas salaires, l’emploi informel, le manque de formation formelle et d’opportunités de carrière, ainsi que les menaces à leur sécurité.

Appel à l’action pour les gouvernements

L’UNICEF appelle les pays à débloquer de toute urgence des ressources afin qu’ils puissent accélérer les efforts de vaccination de rattrapage, rétablir la confiance perdue dans les vaccins et renforcer la résilience des systèmes de santé en soutenant les agents de santé féminins et la fabrication locale de vaccins.

« Les vaccinations de routine et des systèmes de santé solides sont notre meilleur atout pour prévenir de futures pandémies, morts et souffrances inutiles. Avec les ressources encore disponibles de la campagne de vaccination COVID-19, il est maintenant temps de rediriger ces fonds pour renforcer les services de vaccination et investir dans des systèmes durables pour chaque enfant », a déclaré Catherine Russell de l’UNICEF.

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

La chasse high-tech au partenaire d’une plante solitaire

L’intelligence artificielle est utilisée dans la recherche d’une partenaire féminine pour une espèce végétale...

Élections 2024 : projection actualisée des sièges du nouveau Parlement européen | Nouvelles

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles...

Adjudication OLO du 17 juin 2024 : montant à adjuger

L'Agence fédérale de la Dette communique que la fourchette du montant qui sera adjugé...

Les chats du Japon reçoivent un coup de pouce en matière de soins de santé grâce à l’IA

ChatsMoi ! est une application gratuite pour smartphone basée sur l'IA conçue pour détecter...

autres articles

La chasse high-tech au partenaire d’une plante solitaire

L’intelligence artificielle est utilisée dans la recherche d’une partenaire féminine pour une espèce végétale...

Élections 2024 : projection actualisée des sièges du nouveau Parlement européen | Nouvelles

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles...

Adjudication OLO du 17 juin 2024 : montant à adjuger

L'Agence fédérale de la Dette communique que la fourchette du montant qui sera adjugé...