17 C
Bruxelles
lundi, juin 17, 2024
AccueilFrançaisACTUALITELe Parlement européen condamne les lois nigérianes sur le discours mettant un...

Le Parlement européen condamne les lois nigérianes sur le discours mettant un musicien dans le couloir de la mort pour blasphème

Publié le


  • Une résolution quasi unanime exhorte le Nigeria à « abroger les lois sur le blasphème au niveau fédéral et des États »
  • La Cour suprême du Nigeria entendra l’affaire de Yahaya Sharif-Aminu, condamné à mort pour blasphème sur Whatsapp

Bruxelles (20 avril 2023) – ADF International – Dans une résolution d’urgence, le Parlement européen a demandé la libération de Yahaya Sharif-Aminu, un jeune musicien nigérian condamné à mort en vertu de la loi sur le blasphème de l’État de Kano, au nord du Nigéria. La résolution « rappelle que les lois sur le blasphème sont en violation flagrante des droits humains internationaux » et « contraires à la Constitution nigériane qui garantit la liberté religieuse et la liberté d’expression ». La résolution a été adoptée avec un vote de 550 voix pour et seulement sept voix contre.

L’affaire de Yahaya Sharif-Aminu sera entendue par la Cour suprême du Nigéria et a le potentiel de renverser le régime draconien de la loi sur le blasphème dans les États du nord. Les lois sur le blasphème contribuent à une culture de peur et de violence endémiques en ciblant les groupes confessionnels minoritaires avec des sanctions pénales, y compris dans certaines parties, la peine de mort, pour une expression religieuse perçue comme offensante.

« Personne ne devrait être persécuté pour sa foi. Les lois sur le blasphème sont une grave violation non seulement du droit international, mais aussi de notre constitution nigériane. Avec ADF International, nous nous engageons à défendre Yahaya et les droits humains de tous les Nigérians. La communauté internationale doit mettre en lumière les violations des libertés fondamentales au Nigeria », a déclaré Kola Alapinni, l’avocat international des droits de l’homme qui représente Yahaya à la Cour suprême du Nigeria en partenariat avec ADF International.

Alapinni a ajouté : « Les citoyens nigérians méritent la liberté de parler de leurs croyances et de vivre librement leur foi. Nous saluons les efforts du Parlement européen pour dénoncer ce qui se passe sous les lois sur le blasphème au Nigeria et soutenons Yahaya ».

La peine de mort pour « blasphème » présumé

En 2020, le musulman soufi Yahaya Sharif-Aminu a été condamné à mort par pendaison pour « blasphème ». Son crime présumé consistait à envoyer des paroles de chansons sur WhatsApp jugées blasphématoires envers le prophète Mahomet.

Avec le soutien du groupe de défense des droits humains ADF International, Sharif-Aminu a fait appel de son cas devant la Cour suprême du Nigéria et conteste la constitutionnalité des lois sur le blasphème fondées sur la charia.

La résolution parlementaire exhorte « les autorités nigérianes à abroger les lois sur le blasphème au niveau fédéral et étatique ». Il demande également la libération immédiate et inconditionnelle des personnes qui « font face à des allégations de blasphème ».

Carlos Zorrinho, député européen (PPE) a déclaré lors du débat : « Au nom de la dignité, de la justice et du respect des droits humains les plus élémentaires, je réitère notre appel à la libération immédiate du musicien Yahaya Sharif-Aminu qui est littéralement dans le couloir de la mort. tout de suite. »

Bert-Jan Ruissen, député européen (ECR) a déclaré : « La simple existence de lois sur le blasphème stimule la violence grave contre les personnes accusées de blasphème, très souvent avant même que les forces de police et les systèmes judiciaires puissent intervenir.

« ADF International travaille non seulement avec l’objectif urgent de sauver la vie de Yahaya et d’obtenir sa libération, mais aussi de mettre fin partout aux lois sur le blasphème. Avec nos partenaires nigérians, nous nous engageons à défendre Yahaya et à soutenir son combat pour la liberté d’expression et la liberté religieuse devant la Cour suprême du Nigeria », a déclaré Georgia du Plessis, juriste chez ADF International à Bruxelles.

Du Plessis a ajouté : « La liberté religieuse et la liberté d’expression sont des droits humains fondamentaux. Les lois sur le blasphème punissent les personnes qui expriment pacifiquement leurs convictions et sont intrinsèquement incompatibles avec les droits de l’homme. Le Parlement européen a pris une mesure indispensable pour porter le cas de Yahaya à l’attention du public. Nous espérons que la résolution donnera un élan international pour un résultat positif.

« L’affaire a un potentiel sans précédent pour la liberté religieuse »

Une vidéo récemment publiée présente l’avocat nigérian Kola Alapinni, qui s’est associé à ADF International pour garantir la liberté de Yahaya Sharif-Aminu. Présente également dans la vidéo, la mère du musicien dit « blasphémateur » raconte l’épreuve et les expériences traumatisantes qu’a endurées son fils.

Yahaya Sharif-Aminu reste en prison en attendant que la Cour suprême entende son appel. En attendant, son cas est loin d’être un incident isolé. Avec les musulmans minoritaires, la persécution des chrétiens au Nigeria est particulièrement grave. En 2021, 90% de tous les chrétiens du monde qui ont été tués pour leur foi se trouvaient au Nigeria.

« Les défenseurs de la liberté religieuse ont attendu des décennies pour renverser cette loi sur le blasphème. Nous ne pouvons pas laisser passer cette opportunité. L’affaire a un potentiel sans précédent pour la liberté religieuse et la liberté d’expression au Nigeria et pourrait être le catalyseur du changement que nous espérons tous. Les lois sur le blasphème sont une catastrophe : elles déstabilisent les pays et provoquent la violence. Alors que nous défendons la liberté de religion et d’expression dans le monde, nous pouvons clairement voir que condamner quelqu’un à mort pour son expression pacifique est la censure ultime », a déclaré Kelsey Zorzi, directeur de la liberté religieuse mondiale pour ADF International.

L’appel de Yahaya Sharif-Aminu devant la Cour suprême pourrait mettre fin aux lois sur le blasphème dans son État natal de Kano et dans le nord du Nigéria. Une décision positive ouvrirait la voie à l’abolition des lois sur le blasphème dans le monde.

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

La chasse high-tech au partenaire d’une plante solitaire

L’intelligence artificielle est utilisée dans la recherche d’une partenaire féminine pour une espèce végétale...

Élections 2024 : projection actualisée des sièges du nouveau Parlement européen | Nouvelles

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles...

Adjudication OLO du 17 juin 2024 : montant à adjuger

L'Agence fédérale de la Dette communique que la fourchette du montant qui sera adjugé...

Les chats du Japon reçoivent un coup de pouce en matière de soins de santé grâce à l’IA

ChatsMoi ! est une application gratuite pour smartphone basée sur l'IA conçue pour détecter...

autres articles

La chasse high-tech au partenaire d’une plante solitaire

L’intelligence artificielle est utilisée dans la recherche d’une partenaire féminine pour une espèce végétale...

Élections 2024 : projection actualisée des sièges du nouveau Parlement européen | Nouvelles

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles...

Adjudication OLO du 17 juin 2024 : montant à adjuger

L'Agence fédérale de la Dette communique que la fourchette du montant qui sera adjugé...