7.1 C
Bruxelles
vendredi, avril 19, 2024
AccueilFrançaisACTUALITELa suppression des sanctions pénales pour consommation de drogue entraîne-t-elle une augmentation...

La suppression des sanctions pénales pour consommation de drogue entraîne-t-elle une augmentation de la consommation de drogue ? – Europeantimes.news

Publié le


Le débat sur la légalisation des drogues dure depuis des années, avec peu de progrès vers un compromis qui réponde aux intérêts de toutes les parties. D’un côté, certains soutiennent l’idée de légaliser complètement toutes les drogues ou, à tout le moins, de les décriminaliser. Cependant, si les drogues sont légales, il est assez sûr de supposer que davantage de personnes les utiliseront car elles seront plus accessibles et n’auront pas une connotation aussi négative. Si l’objectif est de créer une société sans drogue, il ne semble pas que rendre les drogues plus accessibles soit la bonne voie à suivre.

De l’autre côté du spectre, certaines personnes appuient l’idée de continuer avec le système actuel, qui consiste à criminaliser les personnes qui consomment de la drogue. Cependant, près de 50 ans de politiques de guerre contre la drogue ont complètement échoué à réduire la consommation de drogue en Amérique, les statistiques sur la drogue se détériorant chaque année, ne s’améliorant pas. Pendant ce temps, la criminalisation de la toxicomanie a entraîné un système de justice pénale gonflé et la plus grande population carcérale au monde.

L’objectif, bien sûr, doit être de réduire la consommation de drogues et d’aider les toxicomanes à se rétablir, et non de les criminaliser. Mais il est peu probable que l’approche actuelle ou une approche de légalisation générale permette d’atteindre cet objectif. Il est possible qu’un compromis puisse créer un meilleur état des choses. Un tel système décriminaliserait dans une certaine mesure la consommation de drogues tout en laissant en place certaines sanctions qui inciteraient les toxicomanes à se faire soigner.

Peut-être que la solution n’est ni une légalisation à 100 % ni une criminalisation à 100 %, mais plutôt un système soigneusement construit qui utilise certaines sanctions pour les transgressions tout en soutenant, encourageant et insistant systématiquement sur le traitement.

Analyser les deux arguments

Certaines preuves suggèrent que légaliser le cannabis conduit à une plus grande consommation de cannabis dans les États qui l’ont légalisé. En outre, certaines preuves suggèrent également que l’utilisation d’autres drogues, telles que les opioïdes, ont également augmenté dans les États qui les ont légalisés. Certes, la consommation d’opioïdes a augmenté dans tout le pays, ce qui rend impossible de déterminer si l’augmentation de l’abus d’opioïdes dans ces États est l’effet de la légalisation du cannabis.

Les personnes qui s’opposent à la légalisation soutiennent également que la consommation de drogue et la criminalité vont de pair. Cependant, ce côté de l’argument est probablement annulé dans un monde proposé où toutes les drogues sont légales. Pourtant, la consommation de drogue est extrêmement nocive, quel que soit le contexte juridique, et même si la drogue était légale, les toxicomanes souffriraient toujours, les personnes qui consomment de la drogue mourraient toujours et la dépendance ruinerait toujours les familles.

À l’inverse, certaines preuves suggèrent la dépénalisation et/ou la légalisation de la drogue rend le traitement plus accessible aux toxicomanes, réduit la consommation de drogues, réduit considérablement la stigmatisation associée à la dépendance, et déplace l’attention du public concernant la dépendance vers l’idée que la dépendance est un problème de santé et non une inclination criminelle. L’objectif étant le traitement de la toxicomanie et le rétablissement de ceux qui souffrent de toxicomanie, une approche de la toxicomanie plus compatissante et axée sur la santé serait un développement bénéfique.

Malheureusement, dans les endroits aux États-Unis où la dépénalisation ou la légalisation ont été testées, les résultats ont été au mieux mitigés. L’exemple le plus récent est celui de l’Oregon, qui vient de publier des statistiques décevantes sur la toxicomanie, le traitement et les surdoses après un an de dépénalisation de la drogue dans cet État. En résumé, l’État n’a pas connu la hausse du traitement de la toxicomanie ni la tendance à la baisse des surdoses qu’il espérait que les mesures de dépénalisation entraîneraient.

Il est presque certain qu’un programme qui n’incarcèrerait pas les usagers de drogues mais les obligerait à se faire soigner serait le compromis idéal. Une telle approche mettrait toujours en avant l’idée que la consommation de drogue n’est pas acceptable, mais elle le ferait du point de vue que les toxicomanes devoir chercher un traitement et aller mieux. Ce serait une approche compatissante mais ferme.

Peut-être laisser certaines pénalités en place, mais les modifier ou les atténuer si le traitement est terminé est la meilleure voie possible. Il marche sur un terrain d’entente et ne légalise pas les drogues ni ne normalise leur consommation, ni ne criminalise les gens pour avoir une dépendance. Dans l’Oregon, la récente mesure électorale visant à décriminaliser les drogues ne semble pas fonctionner car aucune incitation n’a été mise en place pour obliger les toxicomanes à se faire soigner s’ils sont appréhendés. Plutôt, une approche comme le modèle de l’Oregon mais avec un meilleur système pour orienter les toxicomanes vers un traitement peut être la réponse.

Les programmes qui mènent au traitement et au rétablissement sont la réponse

Il est important d’avoir une discussion nuancée sur la façon dont, d’une part, la criminalisation lourde de la dépendance n’est pas la bonne réponse, mais la légalisation générale sans programmes en place pour aider les toxicomanes, et la simple incitation au traitement dans le cadre des répercussions. de consommer de la drogue. Il s’agit plutôt d’un compromis qui réduit les sanctions pénales pour possession et consommation de drogue tout en obligeant les personnes appréhendées avec de la drogue à chercher un traitement est probablement une meilleure approche.

La solution la plus pratique serait peut-être de mettre en place des programmes de déjudiciarisation qui pourraient envoyer les délinquants toxicomanes en traitement plutôt qu’en prison. Un tel modèle a été mis en œuvre avec un certain succès dans des endroits comme Seattle, Washington et Baltimore, Maryland.

La dépendance n’est pas un problème qui disparaît, même pour ceux qui essaient très fort d’arrêter de consommer de la drogue. Si vous connaissez quelqu’un qui consomme de la drogue, faites tout ce que vous pouvez pour obtenir de l’aide.


Les références:


Revu et édité par Claire Pinelli; ICAADC, ICCS, LADC, RAS, MCAP, LLCM

Premier article publié ici.

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

L’État belge et les organismes nucléaires fédéraux SCK CEN et IRE signent un contrat de gestion

L'État belge ainsi que les deux institutions IRE et SCK CEN s'engagent à tenir...

Évoluer vers des soins de santé guidés par les besoins : temps forts de la conférence de haut niveau belge

Au sein de l’Union européenne, des moyens publics considérables sont investis pour répondre aux...

Le Parlement adopte sa position sur la réforme pharmaceutique de l’UE | Nouvelles

Le paquet législatif, couvrant les médicaments à usage humain, se compose d'une nouvelle directive...

La science des références : tirer parti des logiciels de défense des clients

Imaginez ceci : vous êtes submergé de choix, bombardé de publicités et vous ne savez...

autres articles

L’État belge et les organismes nucléaires fédéraux SCK CEN et IRE signent un contrat de gestion

L'État belge ainsi que les deux institutions IRE et SCK CEN s'engagent à tenir...

Évoluer vers des soins de santé guidés par les besoins : temps forts de la conférence de haut niveau belge

Au sein de l’Union européenne, des moyens publics considérables sont investis pour répondre aux...

Le Parlement adopte sa position sur la réforme pharmaceutique de l’UE | Nouvelles

Le paquet législatif, couvrant les médicaments à usage humain, se compose d'une nouvelle directive...