11.7 C
Bruxelles
jeudi, mai 23, 2024
AccueilFrançaisACTUALITEDes « bloqueurs de méthane » sur les vaches britanniques pour réduire...

Des « bloqueurs de méthane » sur les vaches britanniques pour réduire les émissions de carbone – europeantimes.news

Publié le


Les vaches au Royaume-Uni peuvent recevoir des « bloqueurs de méthane » dans le but de réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, rapporte le Guardian.

La proposition fait suite à une consultation lancée en août sur la manière dont de nouveaux types d’aliments pourraient réduire les émissions de méthane des vaches, qui sont la principale cause des émissions de l’élevage.

Le Guardian écrit que « les agriculteurs ont accueilli favorablement la proposition » mais « les militants verts ont été sceptiques, arguant que cette décision ne parviendra pas à s’attaquer à d’autres dommages environnementaux majeurs.

Ils ont été causés par l’élevage bovin et l’industrie laitière, et la mesure a montré qu’elle se concentrait sur des «solutions techniques» et non sur la réduction de la consommation.

Le Daily Telegraph ajoute que le coût supplémentaire de l’alimentation des vaches en méthane augmentera le prix du lait pour le consommateur moyen d’environ 33 pence par an.

« Mais le coût pourrait être supporté par les contribuables si les ministres décident de subventionner les repas, ou par les supermarchés sous la forme d’une taxe sur les gaz à effet de serre », a déclaré le journal.

Un additif alimentaire qui réduit les émissions du puissant gaz à effet de serre méthane du bétail pourrait être le premier du genre à arriver sur le marché en Europe après avoir reçu une évaluation positive de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), a rapporté Reuters fin 2021.

L’EFSA a découvert que le 3-nitrooxypropanol, appelé Bover, fabriqué par la société néerlandaise de produits chimiques spécialisés DSM ( DSMN.AS ), réduit les émissions des bovins laitiers et est sans danger pour les vaches et les consommateurs qui boivent leur lait.

L’agence de l’UE fournit des avis scientifiques sur la sécurité et l’efficacité, que la Commission européenne décide en collaboration avec les gouvernements de l’UE.

Le constructeur estime que les émissions sont réduites de 20 à 35 % sans affecter la production et décrit Bover comme le résultat d’une décennie de recherche.

DSM n’a pas encore commercialisé le supplément, bien qu’il ait reçu l’approbation réglementaire au Brésil et au Chili en septembre. Depuis, elle a également signé un accord de développement avec la société brésilienne JBS ( JBSS3.SA ), la plus grande entreprise de transformation de viande au monde.

L’additif agit en supprimant les enzymes qui aident à décomposer l’herbe et d’autres plantes fibreuses, produisant du méthane, que les vaches libèrent en rotant. DSM affirme que l’impact de son produit sur trois vaches équivalait à retirer une voiture familiale de la route (en l’immobilisant).

L’agriculture est la plus grande source d’émissions de méthane d’origine humaine, à 40%, selon le Programme des Nations Unies pour l’environnement, et la part du lion de ces émissions provient de l’élevage bovin.

Photo de Kat Smith : https://www.pexels.com/photo/two-cows-735968/

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

Mesurer les temps d’attente dans les soins de santé : pour qui, pourquoi, comment ?

Contrairement à ce que l’on observe dans d’autres pays, les initiatives de mesure du...

Une riche histoire, pour un avenir prometteur : 175 ans du Conseil Supérieur de la Santé

08h30   Réception autour d'un café 09h15   Accueil et introductionDr. Yves Van Laethem, CHU Saint-Pierre, ULBPrésident actuel...

Le visage humain de l’anticultisme en France : récits personnels et combats

Dans un monde qui comprend souvent mal et ostracise les croyances non conventionnelles, le...

Nouveau projet de recherche sur la mobilité humaine sur les données intelligentes

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles...

autres articles

Mesurer les temps d’attente dans les soins de santé : pour qui, pourquoi, comment ?

Contrairement à ce que l’on observe dans d’autres pays, les initiatives de mesure du...

Une riche histoire, pour un avenir prometteur : 175 ans du Conseil Supérieur de la Santé

08h30   Réception autour d'un café 09h15   Accueil et introductionDr. Yves Van Laethem, CHU Saint-Pierre, ULBPrésident actuel...

Le visage humain de l’anticultisme en France : récits personnels et combats

Dans un monde qui comprend souvent mal et ostracise les croyances non conventionnelles, le...