9.2 C
Bruxelles
vendredi, mars 1, 2024
AccueilFrançaisACTUALITEFuite de carbone - empêcher les entreprises d'éviter les règles d'émissions –...

Fuite de carbone – empêcher les entreprises d’éviter les règles d’émissions – europeantimes.news

Publié le


Le Parlement souhaite une taxe carbone ambitieuse sur les biens importés pour empêcher les entreprises d’éviter les règles d’émissions en se déplaçant hors de l’UE, une pratique connue sous le nom de fuite de carbone.

Comme européen l’industrie peine à se remettre de la crise du Covid-19 et de l’impact de la guerre en Ukraine, l’UE tente d’honorer ses engagements climatiques, tout en préservant les emplois et les chaînes de production chez elle.

Environ 27 % des émissions mondiales de CO2 provenant de la combustion de carburant proviennent de biens faisant l’objet d’échanges internationaux et les émissions provenant des importations de l’UE ont augmenté, sapant ses efforts en matière de climat.

Qu’est-ce que la fuite de carbone ?

La fuite de carbone est le déplacement des industries émettrices de gaz à effet de serre en dehors de l’UE pour éviter des normes plus strictes.

Comment l’UE peut-elle prévenir les fuites de carbone ?

Les efforts de l’UE pour réduire son empreinte carbone dans le Pacte vert européen et devenir durablement résilient et climatiquement neutre d’ici 2050, pourraient être sapés par des pays moins ambitieux sur le plan climatique. Pour atténuer cela, la Commission européenne a proposé une Mécanisme d’ajustement carbone aux frontières (CBAM) en juillet 2021, qui appliquerait une taxe carbone sur les importations de certains biens en provenance de l’extérieur de l’UE.

Ce mécanisme fait également partie d’une série de lois en cours d’ajustement dans le cadre du Ajustement pour 55 dans le paquet 2030 respecter la loi européenne sur le climat, en réduisant les émissions de gaz à effet de serre d’au moins 55 % d’ici 2030 par rapport aux niveaux de 1990.

En savoir plus sur la politique européenne de réduction des émissions de carbone

Comment fonctionnera une taxe européenne sur le carbone ?

Si les produits proviennent de pays dont les règles sont moins ambitieuses que l’UE, le prélèvement est appliqué, garantissant que les importations ne sont pas moins chères que le produit équivalent de l’UE.

Compte tenu du risque que des secteurs plus polluants délocalisent leur production vers des pays où les contraintes d’émissions de gaz à effet de serre sont moins strictes, la tarification du carbone est considérée comme un complément essentiel au système de quotas de carbone existant de l’UE, le système d’échange de quotas d’émission (ETS) de l’UE.

Mesures existantes de tarification du carbone dans l’UE : le système d’échange de quotas d’émission

Dans le cadre du système actuel d’échange de quotas d’émission (ETS), qui offre des incitations financières pour réduire les émissions, les centrales électriques et les industries doivent détenir un permis pour chaque tonne de CO2 qu’elles produisent. Le prix de ces permis dépend de la demande et de l’offre. En raison de la dernière crise économique, la demande de permis avait chuté, ainsi que leur prix, décourageant les entreprises d’investir dans les technologies vertes. Afin de résoudre ce problème, l’UE réforme le système commercial – comme prévu dans le cadre du package Fit for 55.

Règles du mécanisme d’ajustement carbone aux frontières

Après avoir atteint un accord provisoire avec les pays de l’UE en décembre 2023, Le Parlement a adopté les règles du mécanisme d’ajustement carbone aux frontières en avril 2023. Il couvrira les biens des industries à forte intensité énergétique telles que le fer, l’acier, le ciment, l’aluminium, les engrais et l’hydrogène. Dans un premier temps, elle devrait s’appliquer aux émissions directes, c’est-à-dire aux gaz à effet de serre émis lors de la production des biens jusqu’à leur importation dans l’UE. Mais à l’avenir, elle s’appliquera également aux émissions indirectes – résultant de la production d’électricité utilisée pour produire les biens couverts par la législation.

Qui paiera la redevance ?

Les importateurs devront payer toute différence entre le prix du carbone payé dans le pays de production et le prix du système d’échange de quotas d’émission de l’UE pour les quotas de carbone. Ils devront déclarer sur une base trimestrielle les émissions directes et indirectes des biens importés au cours du trimestre précédent ainsi que tout prix du carbone payé à l’étranger.

Quand la nouvelle taxe sur le carbone s’appliquera-t-elle ?

La durée de la période de transition et la mise en place complète du mécanisme d’ajustement carbone aux frontières seront liées à la suppression progressive des quotas gratuits dans le cadre du système d’échange de quotas d’émission, et seront donc progressivement introduits entre 2026 et 2034.

À quoi servira l’argent collecté via la taxe carbone de l’UE ?

Les députés ont soutenu la proposition de la Commission d’utiliser les revenus générés comme nouvelles ressources propres pour le budget de l’UE.

De plus, l’argent devrait être canalisé vers les pays moins développés pour aider à la décarbonisation de leurs industries manufacturières.

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

Les députés améliorent la protection européenne des produits agricoles de qualité

Le Parlement a donné son feu vert définitif à la réforme des règles de...

Journée mondiale des ONG 2024 : l’UE lance une initiative de 50 millions d’euros pour protéger la société civile

Bruxelles, le 27 février 2024 – À l’occasion de la Journée mondiale des ONG,...

Renforcer les réponses à la haine religieuse : un appel à l’action le 8 mars prochain

Dans un monde où l’hostilité à l’égard des minorités religieuses persiste, la nécessité de...

Christine Lagarde s’adresse au Parlement européen sur le rapport annuel de la BCE et la résilience de la zone euro

Dans un moment charnière discours prononcé au Parlement européen Lors de sa session plénière...

autres articles

Les députés améliorent la protection européenne des produits agricoles de qualité

Le Parlement a donné son feu vert définitif à la réforme des règles de...

Journée mondiale des ONG 2024 : l’UE lance une initiative de 50 millions d’euros pour protéger la société civile

Bruxelles, le 27 février 2024 – À l’occasion de la Journée mondiale des ONG,...

Renforcer les réponses à la haine religieuse : un appel à l’action le 8 mars prochain

Dans un monde où l’hostilité à l’égard des minorités religieuses persiste, la nécessité de...