13 C
Bruxelles
dimanche, avril 14, 2024
AccueilFrançaisACTUALITELa lutte pour le pouvoir met en péril l'avenir du Soudan, "des...

La lutte pour le pouvoir met en péril l’avenir du Soudan, « des fusées éclairantes qui pourraient exploser au-delà des frontières »

Publié le


António Guterres s’adressait à une session d’urgence de l’ONU Conseil de sécurité à New York, et a de nouveau exigé la fin des combats entre les troupes fidèles au chef des Forces armées soudanaises (SAF), Fatttah al-Burhan, et son adjoint au soi-disant Conseil souverain de transition, le chef des Forces de soutien rapide (RSF), Mohamed Hamdan Daglo « Hemedti ».

« Il incombe aux dirigeants soudanais de mettre les intérêts de leur peuple au premier plan», a déclaré le chef de l’ONU, qui a commencé son discours en rendant hommage à tous les hommes, femmes et enfants soudanais, qui ont perdu la vie ou ont été blessés depuis le début des combats entre factions.

Pas de solution de champ de bataille

M. Guterres a déclaré qu’une guerre prolongée à grande échelle était « insupportable à envisager », avertissant que sept pays bordent le Soudan, qui ont tous connu des conflits ou de graves troubles civils au cours de la dernière décennie.

La pauvreté et la faim sévissent déjà dans toute la région, a-t-il ajouté.

« Ce conflit ne sera pas et ne doit pas être résolu sur le champ de bataille, avec les corps des enfants, des femmes et des hommes du Soudan.”

À la suite du renversement populaire du dictateur de longue date Omar al-Bashir il y a quatre ans, les généraux ont mené un coup d’État militaire conjoint en 2021, mettant fin au bref et fragile accord de partage du pouvoir civil dont on espérait qu’il ferait entrer le Soudan dans une nouvelle ère de la paix et le régime civil.

Alors que les négociations avançaient après des étapes positives vers des élections et un avenir démocratique, les deux factions militaires n’ont pas réussi à s’entendre sur la manière d’intégrer les forces des SAF et des RSF, déclenchant des combats internes ce mois-ci.

M. Guterres a déclaré que le peuple soudanais « a exprimé ses souhaits très clairement. Ils veulent la paix et la restauration d’un régime civil grâce à la transition vers la démocratie », a-t-il déclaré aux ambassadeurs à New York.

Il exhorta tous ceux qui avaient de l’influence et des intérêts à rétablir la paix, à presser les généraux de revenir immédiatement à la table des négociations..

Engagé à rester au Soudan

Passant aux opérations de l’ONU, il a répété que malgré la relocalisation du personnel pour protéger le personnel et leurs familles, l’Organisation s’est engagée à «séjour et aide à la livraison au peuple soudanais.”

Il a dit Représentant spécial Volker Perthes resteraient dans le pays, avec d’autres hauts dirigeants : « Nous établissons un hub à Port Soudan pour nous permettre de continuer à travailler avec nos partenaires en faveur de la paix et pour soulager la souffrance humaine ».

« Avant tout, nous sommes aux côtés du peuple soudanais », a conclu M. Guterres.

La « catastrophe humanitaire » fait les frais des civils

S’adressant au Conseil par liaison vidéo depuis le Soudan, M. Perthes a déclaré qu’un cessez-le-feu de 72 heures négocié par les États-Unis qui a commencé lundi, s’était tenu « dans certaines régions » mais que les milices rivales avaient continué à s’accuser mutuellement de violer la trêve, tandis qu’à Khartoum les combats avait largement continué « et dans certains cas, intensifié.”

« Les zones résidentielles proches des installations SAF et RSF ont été attaque persistante« , a-t-il dit, avec de nombreuses zones civiles endommagées, notamment des écoles, des magasins, des services publics, des mosquées, des hôpitaux et d’autres établissements de santé – certains sont désormais « entièrement détruits ».

Les invasions de domiciles, les pillages de magasins et de voitures aux points de contrôle, ont été « endémiques », y compris les maisons et les voitures des citoyens locaux, du personnel de l’ONU, des travailleurs humanitaires et des diplomates.

La criminalité en hausse

« Nous avons également reçu rapports inquiétants de tentatives d’agressions sexuelles. Avec les lignes d’approvisionnement épuisées et détruites lors des frappes aériennes, la peur d’une criminalité accrue monte », a-t-il déclaré, avec des informations faisant état de prisonniers libérés dans les rues.

Il a détaillé la situation instable au Darfour et les réponses mitigées aux tentatives de cessez-le-feu, avec des milliers de personnes en mouvement pour échapper aux combats, au milieu de la flambée des prix et des rapports de vols à main armée.

« Les combats au Soudan ont créé une catastrophe humanitaireles civils faisant les frais », a-t-il déclaré au Conseil.

Au moins 450 ont été tués et plus de 3 700 blessés M. Perthes a dit, presque certainement des estimations conservatrices qui grimpent vers le haut.

Dans une lueur d’espoir, la société civile et les réseaux locaux se sont mobilisés pour combler le vide laissé par la retraite humanitaire forcée, a-t-il déclaré.

Il a déclaré que les efforts de cessez-le-feu négociés par l’ONU ces derniers jours n’avaient pas été entièrement vains, et dans les quelques heures de temps négociées pendant de brèves pauses humanitaires, « un bref répit » avait été obtenu, et le personnel de l’ONU avait pu se déplacer sur le long voyage vers Port-Soudan.

Il a averti que les informations faisant état de certaines tribus et mouvements armés se mobilisant au Darfour, prenant parti dans la lutte pour le pouvoir, étaient «dangereux et pourrait attirer les pays voisins du Soudan. Je renouvelle mon appel à toutes les communautés pour qu’elles maintiennent leur neutralité et s’abstiennent de prendre parti.

« Erreur de calcul » générale

M. Perthes a déclaré que les deux généraux responsables de la violence continuaient d’échanger des accusations et d’émettre des revendications concurrentes sur le territoire gagné, et « il y a aucun signe sans équivoque que l’un ou l’autre est prêt à négocier sérieusementsuggérant que les deux pensent que la sécurité d’une victoire militaire sur l’autre, est possible.

« C’est une erreur de calcul. Au fur et à mesure que les combats se poursuivent, la loi et l’ordre continueront de s’effondrer », a déclaré M. Perthes, qui dirige également la mission de l’ONU UNITAMS, « et le commandement et le contrôle se dissiperont. Le Soudan pourrait devenir de plus en plus fragmenté, ce qui aurait un impact dévastateur sur la région.”

Il a dit que l’ONU était continuer à veiller à ce que le personnel national au Soudan « puisse se réinstaller au besoin dans des zones sûres.”

Un immeuble résidentiel à Khartoum est endommagé après avoir été touché par un missile.

Trois priorités clés

Comme le Secrétaire général, il a souligné que « notre relocalisation et notre évacuation ne signifient pas que l’ONU abandonne le Soudan », et il y avait désormais trois priorités immédiates pour l’ONU et ses partenaires.

D’abord, un cessez-le-feu soutenu avec un mécanisme de surveillance en place. Deuxièmement, un retour à négociations politiqueset enfin, « le soulagement de la souffrance humaine.”

« Le le courage et la résilience de nos amis soudanais, staff national et partenaires, continuent de nous motiver», a conclu le Représentant spécial. « Toute la famille des Nations Unies travailler sans relâche pour mettre fin à la violence au Soudan et redonner l’espoir d’un avenir meilleur.

Les équipes d’aide étudient les moyens de reconstituer les stocks

Informant le Conseil sur l’effort humanitaire, le Coordonnateur adjoint des secours d’urgence des Nations Unies, Joyce Msuyaa déclaré que les événements survenus depuis le 15 avril avaient été « un cauchemar pour les citoyens ordinaires et les travailleurs humanitaires ».

Les besoins atteignaient déjà un niveau record, avec 15,8 millions dépendent d’une certaine forme d’aide humanitaire, et 3,7 millions sont déjà déplacés à l’intérieur du pays. Elle a déclaré qu’une « toute nouvelle vague de défis humanitaires » était désormais probable.

Elle a félicité le peuple soudanais et tous les humanitaires « pour leurs efforts héroïques et pour avoir mis leur vie en danger pour aider les autres ».

« Nous avons perdu cinq des nôtres », a-t-elle déclaré, tandis que des travailleurs humanitaires étaient attaqués dans les maisons, battus et tenus sous la menace d’une arme.

« La situation est extrêmement dangereuse et alarmante», a ajouté la chef adjointe des secours, mais l’engagement de l’ONU auprès du peuple, « resterait absolu », a-t-elle assuré.

© HCR/Aristophane Ngargoune

Des milliers de réfugiés traversent la frontière vers le Tchad pour fuir la violence au Soudan.

Les opérations se poursuivent « dans la mesure du possible »

« Dans la mesure du possible, les opérations humanitaires se poursuivent, grâce au dévouement des travailleurs humanitaires, y compris nos partenaires locaux. Ensemble, nous continuons à livrer chaque fois que cela est possible, en particulier dans les domaines de la santé et de la nutrition ».

Elle a déclaré que l’ONU étudiait maintenant les moyens de reconstituer ses stocks épuisés afin que l’aide puisse être acheminée à Port-Soudan et ailleurs, « dès que cela sera possible en toute sécurité ».

Un hub au Kenya voisin est en cours d’activation pour soutenir la mission de réponse rapide qui sera nécessaire, a-t-elle ajouté.

« Ce dont le peuple soudanais a besoin, ce dont nous avons besoin pour l’atteindre, c’est un cessez-le-feu immédiat et une solution durable à la crise. Nous comptons sur vos efforts inlassables à cette fin », a-t-elle déclaré aux ambassadeurs.

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

Le modèle d’IA a le potentiel de détecter le risque de trouble de stress post-traumatique lié à l’accouchement

Les chercheurs ont adapté un programme d'intelligence artificielle (IA) pour identifier les signes de...

Pérenniser votre entreprise : le rôle de l’IA dans les services cloud

Au cœur de cette transformation se trouve la fusion de l’IA dans les services...

Pérenniser votre entreprise : le rôle de l’IA dans les services cloud

Imaginez votre entreprise comme une machine bien huilée, s’adaptant continuellement aux changements du marché...

La Régie des Bâtiments restaure la façade arrière du bâtiment du Conseil d’État à Bruxelles

Le siège du Conseil d’État se trouve depuis 1948 dans le quartier européen à...

autres articles

Le modèle d’IA a le potentiel de détecter le risque de trouble de stress post-traumatique lié à l’accouchement

Les chercheurs ont adapté un programme d'intelligence artificielle (IA) pour identifier les signes de...

Pérenniser votre entreprise : le rôle de l’IA dans les services cloud

Imaginez votre entreprise comme une machine bien huilée, s’adaptant continuellement aux changements du marché...

Pérenniser votre entreprise : le rôle de l’IA dans les services cloud

Au cœur de cette transformation se trouve la fusion de l’IA dans les services...