6.4 C
Bruxelles
vendredi, mars 1, 2024
AccueilFrançaisACTUALITELa présidence espagnole du Conseil de l'UE sera-t-elle suspendue ? –...

La présidence espagnole du Conseil de l’UE sera-t-elle suspendue ? – Europeantimes.news

Publié le


C’est la question que se posent certains militants en Espagne La présidence du Conseil de l’Union européenne (Consillium) est tournante et change tous les six mois, l’Espagne devant prendre la relève le 1er juillet, mais des doutes subsistent à ce sujet.

Une alliance espagnole demande que l’Espagne soit déclarée comme ayant de graves lacunes systémiques dans son État de droit. La demande est basée sur ses propres plaintes et son propre rapport sur l’état de droit espagnol en 2022.

Cette Alliance est composée de quatre associations et d’un mouvement social dont l’activité est liée à la dénonciation de la corruption, notamment institutionnelle, et à la défense administrative et judiciaire des victimes de ce qu’ils appellent la « métamafia (institutionnelle) » ou la défense de l’humanité. droits. L’Alliance est appelée « Dénonciateurs de l’autoritarisme judiciaire » (Denunciantes del Autoritarismo Judicial).

Le promoteur et porte-parole de l’Alliance est Javier Marzal et déclare que :

"Our set of complaints to the European Commission and the Spanish Supreme Court reflect the Spanish institutional reality and the political and economic danger it poses to the European Union and its member countries".

La première des plaintes porte sur les quatre premières années de l’actuel gouvernement espagnol dirigé par Pedro Sánchez. Elle a été envoyée le 11 novembre 2022 à la Commission européenne et, exceptionnellement, la Commission a accepté de la traiter dans l’unité économique F3, en enregistrant la plainte dans Ares(2022)8174536. Les principales allégations sont la falsification de nombreux documents publics et l’usurpation systématique du Parlement par le gouvernement, tant pour légiférer que pour augmenter les dépenses publiques sans contrôle, jusqu’à doubler les dépenses maximales du gouvernement précédent en 2022.

La deuxième des réclamations a été envoyée le 27 janvier 2023 et il a été demandé qu’elle soit également traitée à la direction des droits fondamentaux et de l’État de droit, et la demande a été acceptée et les réclamations ont été traitées dans l’unité C1 en tant qu’Ares(2023) 1525948. Ce double traitement est également sans précédent.

L’ensemble des plaintes a été complété par la plainte amplificatrice du 15 avril 2023 et Marzal précise que : « c’est la plainte du temps de paix avec les faits les plus brutaux de l’histoire de l’Europe ».

Le lendemain, l’Alliance a présenté son rapport sur l’État de droit espagnol, demandant à la Commission européenne de déclarer que l’Espagne présente de graves lacunes systémiques dans son État de droit et de promouvoir la suspension de la présidence espagnole du Consillium jusqu’à ce que l’Espagne démontre qu’elle a une règle de droit. L’Alliance propose que la suspension soit soumise au vote du Conseil de l’Union européenne (parmi les présidents des gouvernements des États membres) et du Parlement européen.

Cette demande a également été formulée par deux eurodéputés lors de la session plénière annuelle du Parlement européen en janvier 2023, à savoir la hongroise Eniko Gyori et la portugaise Eniko Gyori. Eniko Gyori a été ambassadrice de Hongrie en Espagne de 2014 à 2019, elle connaît donc bien la situation espagnole.

Des plaintes et des pétitions concernant l’État de droit et la présidence du Consillium ont également été envoyées à plusieurs députés européens, à la présidence suédoise du Conseil de l’Union européenne et à plusieurs gouvernements européens.

C’est la première fois que des particuliers et des responsables européens demandent une déclaration de dysfonctionnement de l’État de droit dans un État membre de l’UE et la suspension de la présidence du Consillium.

Comme précédent à ces actions, il convient de noter que la Commission européenne elle-même a averti l’Espagne en octobre 2022 qu’elle n’accorderait plus de fonds pour la reconstruction après la crise du coronavirus à l’Espagne si le gouvernement espagnol ne précisait pas la destination de ces fonds.

La Commission européenne n’a pas été en mesure d’informer la commission du contrôle budgétaire (CONT) du Parlement européen de la destination des fonds européens Next Generation transférés à l’Espagne. La présidente de CONT, Monika Hohlmeier, a décidé de rencontrer le gouvernement espagnol en Espagne pour clarifier cette grave affaire. Une commission de dix députés européens, dirigée par l’Allemand Hohlmeier, s’est rendue à Madrid du 20 au 22 février.

À la fin des réunions, elle a déclaré : « Il est impossible de retracer les fonds jusqu’au bénéficiaire final », car l’Espagne n’a pas tenu son engagement de mettre en place la plateforme CoFFEE que le gouvernement espagnol avait promis que Bruxelles serait opérationnelle d’ici novembre. 2021.

L’eurodéputée Susana Solís a déclaré : « Nous ne savons pas où sont passés les 3 milliards déjà alloués ». Marzal dit que « En Espagne, l’Union européenne est fortement critiquée pour avoir accordé 37 milliards d’euros à l’Espagne, sans aucune garantie quant à la destination des fonds européens de la prochaine génération, et connaissant également très bien le mépris de la légalité du gouvernement actuel. ”.

La crise du coronavirus et les fonds européens Next Generation ont conduit l’Union européenne dans une situation politique et économique difficile qui commence à éliminer la permissivité excessive des gouvernements. Il faut se rappeler que l’Office statistique européen (Eurostat) a publié en 2018 que dans l’Union européenne la corruption a pris 4,8% du PIB, à cet égard Marzal dit que

"The figures of corruption in Spain and in the European Union do not allow us to affirm that the rule of law is working properly, as European officials irresponsibly claim. Corruption threatens to economically collapse several countries and the European Union itself, but the situation is an opportunity to solve this serious problem".

Le site de l’Alliance www.contraautoritarismojudicial.org contient les dénonciations et le rapport en anglais et en espagnol. Le rapport est également disponible en anglais et en allemand.

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

Les députés améliorent la protection européenne des produits agricoles de qualité

Le Parlement a donné son feu vert définitif à la réforme des règles de...

Journée mondiale des ONG 2024 : l’UE lance une initiative de 50 millions d’euros pour protéger la société civile

Bruxelles, le 27 février 2024 – À l’occasion de la Journée mondiale des ONG,...

Renforcer les réponses à la haine religieuse : un appel à l’action le 8 mars prochain

Dans un monde où l’hostilité à l’égard des minorités religieuses persiste, la nécessité de...

Christine Lagarde s’adresse au Parlement européen sur le rapport annuel de la BCE et la résilience de la zone euro

Dans un moment charnière discours prononcé au Parlement européen Lors de sa session plénière...

autres articles

Les députés améliorent la protection européenne des produits agricoles de qualité

Le Parlement a donné son feu vert définitif à la réforme des règles de...

Journée mondiale des ONG 2024 : l’UE lance une initiative de 50 millions d’euros pour protéger la société civile

Bruxelles, le 27 février 2024 – À l’occasion de la Journée mondiale des ONG,...

Renforcer les réponses à la haine religieuse : un appel à l’action le 8 mars prochain

Dans un monde où l’hostilité à l’égard des minorités religieuses persiste, la nécessité de...