6.4 C
Bruxelles
vendredi, mars 1, 2024
AccueilFrançaisACTUALITEL'opération d'aide de l'ONU se poursuit dans des conditions humanitaires désastreuses

L’opération d’aide de l’ONU se poursuit dans des conditions humanitaires désastreuses

Publié le


Dix jours de combats entre forces militaires rivales ont eu un impact dévastateur sur la population du pays. Le bureau des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA) a averti que les gens sont manque de nourriture, d’eau, de médicaments et de carburantl’électricité est limitée et les prix des biens de première nécessité ainsi que des transports ont explosé.

Le porte-parole d’OCHA, Jens Laerke, a déclaré au journaliste à Genève que le peuple soudanais, déjà « profondément touché » par les besoins humanitaires, est désormais « regardant dans l’abîme”. Il a souligné que les opérations humanitaires étaient également touchées et qu’il y avait plus de rapports de pillage de fournitures humanitaires et d’entrepôts.

Acheminement de l’aide « quand et partout où cela est possible »

Suite à la réinstallation temporaire de centaines de membres du personnel de l’ONU et de leurs familles depuis la capitale soudanaise Khartoum lundi, un L’équipe de direction de l’ONU restera au Soudan pour superviser les opérations humanitaires à venir. M. Laerke a déclaré qu’un centre humanitaire est en cours d’établissement dans la ville côtière de Port-Soudan, sur la mer Rouge.

« Nous et nos partenaires continuons à livrer chaque fois que possible », a insisté M. Laerke, avant de souligner la efforts « héroïques » du peuple soudanais lui-même. Il a dit que les réseaux de la société civile réagissent aux besoins les plus urgents de leurs communautés, « notamment en mobilisant une assistance médicale, en distribuant de la nourriture et de l’eau et en aidant les civils ».

Avant que les combats n’éclatent, certains 15,8 millions de personnes – environ un tiers de la population soudanaise – avaient déjà besoin d’aide.

Augmentation du nombre de morts et de blessés

Selon les chiffres du ministère soudanais de la santé cités par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) mardi, 459 personnes avaient été tuées dans les combats et plus de 4 000 blessées au 24 avril.

OMS a noté que les chiffres réels « sont susceptible d’être plus élevé» car au moins un quart de tous les établissements de santé de Khartoum, où se déroulent la plupart des combats, ne sont pas fonctionnels.

Attaques contre les soins de santé

L’agence de santé de l’ONU a vérifié 14 attaques sur la santé depuis le début des violences, avec 8 morts et 2 blessés. L’OMS a déclaré que les attaques « doivent cesser » car elles empêchent les personnes dans le besoin d’accéder aux services de santé essentiels.

L’OMS a également signalé des problèmes de santé croissants dus à épidémies de dengue et de paludisme en coursainsi qu’une alerte imminente au choléra au milieu des dommages causés aux infrastructures hydrauliques.

« Alors que les besoins augmentent, la violence a rendu l’acheminement de l’aide quasi impossible« , Qui a dit. L’agence a souligné qu’elle disposait de stocks de médicaments essentiels, de poches de sang et de fournitures pour la chirurgie et les soins de traumatologie « en attente de livraison dès qu’un accès sûr sera assuré ».

Lundi, le chef de l’ONU, António Guterres, a clairement indiqué à l’ONU Conseil de sécurité que l’ONU resterait et fournirait, et se tiendrait aux côtés du peuple soudanais, alors qu’il continue de lutter pour un régime civil et un nouvel avenir démocratique.

Le laboratoire clé menacé

S’adressant aux journalistes du Soudan mardi, le représentant de l’OMS dans le pays, le Dr Nima Saeed Abid, a également déclaré que l’agence était préoccupée par la occupation du Laboratoire National de Santé Publique par l’une des parties impliquées dans les combats.

« Les techniciens de laboratoire formés n’ont plus accès au laboratoire, et avec les coupures d’électricité, il est pas possible de gérer correctement les matériels biologiques qui sont stockés en laboratoire à des fins médicales », a déclaré l’OMS. Outre les risques biologiques « très élevés », il existe également un risque de détérioration des stocks de poches de sang indispensablescar le laboratoire est également le site de la banque centrale de sang.

Déplacement de montage

Les combats ont déjà déplacé des milliers de personnes et Paul Dillon, porte-parole de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), a déclaré que l’agence a activé un outil de suivi des déplacements à 16 points d’entrée dans les pays voisins pour surveiller les flux entrants.

Les données générées par l’outil sont ventilées par âge, sexe et besoins de santé, et fournies à tous les acteurs humanitaires pour éclairer leur réponse.

L’OIM a averti que les équipes de surveillance et de secours sont engagées dans une course contre la montre alors que l’arrivée de la saison des pluies fin mai – début juin devrait couper de larges pans de la zone frontalière entre le Soudan et le Tchad.

Mouvements transfrontaliers

L’agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a déclaré aux journalistes mardi que les mouvements transfrontaliers les plus importants dans la région ont été Soudanais fuyant vers le Tchad et réfugiés sud-soudanais retournant dans leur pays. HCR a reçu des rapports de les gens commencent à arriver en Égyptemais aucun numéro n’est disponible.

Le HCR a déclaré qu’il « travaillait en étroite collaboration » avec des partenaires et des gouvernements de la région pour évaluer et répondre aux besoins des nouveaux arrivants. L’agence a également remercié les pays voisins « pour continuer à garder leurs frontières ouvertes à ceux qui fuient le Soudan – que ce soit pour demander une protection internationale ou pour retourner dans leur pays d’origine ».

En quête de sécurité au Tchad

Le HCR a déclaré que depuis le début des combats, « au moins 20 000 réfugiés » ont traversé la frontière vers le Tchad, et d’autres devraient arriver. S’exprimant depuis Ndjamena, la représentante du HCR au Tchad, Laura Lo Castro, a déclaré aux journalistes à Genève que dans le pire des cas, jusqu’à 100 000 pourraient traverser le pays.

L’agence a déclaré que des plans étaient en cours pour relocaliser les nouveaux arrivants dans un camp de réfugiés existant plus loin de la frontière, « tandis qu’un nouvel emplacement est en cours d’identification pour accueillir d’autres arrivants ». Le Tchad accueille déjà plus de 400 000 réfugiés soudanais.

Retour sud-soudanais

S’exprimant depuis Juba, la représentante du HCR au Soudan du Sud, Marie-Hélène Verney, a déclaré que l’agence avait réussi à interroger et à enregistrer quelque 4 000 rapatriés sud-soudanais jusqu’à présent, dans une situation « très difficile » à la frontière nord du pays.

Beaucoup les nouveaux arrivants n’ont pas les moyens de continuer leur voyage, c’est pourquoi le HCR aide à faciliter leur voyage, en leur fournissant de l’eau potable et en mettant en place des centres d’accueil. L’agence a déclaré que dans l’ensemble, il y a plus de 800 000 réfugiés sud-soudanais au Soudandont un quart sont à Khartoum et « directement touchés par les combats ».

Impact sur les communautés d’accueil

Mme Verney a également déclaré que pour le HCR, le scénario le plus probable impliquait quelque 100 000 réfugiés retournant au Soudan du Sud, et c’était le «chiffre de planification d’urgence» de l’agence. De plus, autant que 45 000 Soudanais pourraient également se réfugier au Soudan du Sud.

Mme Verney a souligné que le HCR était « très préoccupé » par l’impact sur les communautés d’accueil. Quelque 75 % de la population du Soudan du Sud ont déjà besoin d’aide humanitaire.

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

Les députés améliorent la protection européenne des produits agricoles de qualité

Le Parlement a donné son feu vert définitif à la réforme des règles de...

Journée mondiale des ONG 2024 : l’UE lance une initiative de 50 millions d’euros pour protéger la société civile

Bruxelles, le 27 février 2024 – À l’occasion de la Journée mondiale des ONG,...

Renforcer les réponses à la haine religieuse : un appel à l’action le 8 mars prochain

Dans un monde où l’hostilité à l’égard des minorités religieuses persiste, la nécessité de...

Christine Lagarde s’adresse au Parlement européen sur le rapport annuel de la BCE et la résilience de la zone euro

Dans un moment charnière discours prononcé au Parlement européen Lors de sa session plénière...

autres articles

Les députés améliorent la protection européenne des produits agricoles de qualité

Le Parlement a donné son feu vert définitif à la réforme des règles de...

Journée mondiale des ONG 2024 : l’UE lance une initiative de 50 millions d’euros pour protéger la société civile

Bruxelles, le 27 février 2024 – À l’occasion de la Journée mondiale des ONG,...

Renforcer les réponses à la haine religieuse : un appel à l’action le 8 mars prochain

Dans un monde où l’hostilité à l’égard des minorités religieuses persiste, la nécessité de...