11.1 C
Bruxelles
mardi, avril 23, 2024
AccueilFrançaisACTUALITEle petit village qui a changé l'Europe – europeantimes.news

le petit village qui a changé l’Europe – europeantimes.news

Publié le


L’accord de Schengen connu aujourd’hui a été signé dans un petit village du sud-est du Luxembourg – un lieu chargé de symbolisme

Le Luxembourg peut être traversé en voiture en un peu plus d’une heure. En un rien de temps, vous serez en France, en Allemagne ou en Belgique voisines, seuls les plus observateurs remarqueront le panneau frontalier et les drapeaux du Grand-Duché au loin.

Cette possibilité tient en partie à la petite taille du pays, mais aussi à un héritage luxembourgeois : un traité signé il y a 38 ans dans le petit village de Schengen au sud-est du pays. Le désormais célèbre accord de Schengen a radicalement changé la façon dont nous voyageons en Europe, et il continue d’évoluer aujourd’hui.

Pas si petit Luxembourg

À première vue, le Luxembourg pourrait être perçu comme un centre commercial où l’argent se fait tout simplement. Il prend très peu de place sur la carte et est souvent négligé par inadvertance en tant que destination au profit de ses voisins. Membre fondateur de ce qui est aujourd’hui l’Union européenne, ce petit pays abrite l’une des trois capitales de l’UE – Luxembourg (avec Bruxelles et Strasbourg) – et continue de jouer un rôle clé dans la gouvernance de l’Union.

Le pays a la particularité d’être une monarchie constitutionnelle située entre les deux républiques géantes de la France et de l’Allemagne, et a payé le prix de son emplacement dans non pas une mais deux guerres mondiales, ce qui signifie qu’il a beaucoup d’histoire riche et intrigante à offrir. Il possède une industrie viticole locale florissante, une scène de restaurants impressionnante, d’innombrables musées et monuments (de la forteresse classée au patrimoine mondial de l’UNESCO et du vieux centre-ville à la tombe du général George Patton Jr.) et un amour apparemment inné pour les fruits de mer, le fromage et toutes choses. doux.

En 1985, le Luxembourg a joué un rôle important dans la création d’un texte législatif historique – la signature de l’accord de Schengen – un accord unilatéral garantissant des déplacements sans frontières au sein des États membres européens.

Sur les traces de ce lieu historique, les touristes peuvent voyager le long de la vallée de la Moselle – une partie calme et sans prétention de la partie orientale du Luxembourg. La Moselle sert paresseusement de frontière naturelle entre le Luxembourg et l’Allemagne. La vallée est clairement au centre de la viticulture du pays, avec des vignobles s’étendant sur les coteaux bas, interrompus uniquement par des villes et des villages disséminés sur les collines.

Sur la rive ouest de la Moselle se trouve le petit Schengen. Avec environ 4 000 habitants, ce n’est certainement pas la grande destination lumineuse à laquelle on pourrait s’attendre pour un accord qui change la façon dont les gens voyagent en Europe. C’est pourtant ici, par une sombre matinée du 14 juin 1985, que des représentants de la Belgique, de la France, du Luxembourg, de l’Allemagne de l’Ouest (alors) et des Pays-Bas se sont réunis pour signer officiellement l’accord de cette nouvelle zone sans frontières révolutionnaire.

L’arrière-plan

Le nombre de traités européens, d’alliances, d’alliances croisées et de contre-traités qui ont vu le jour dans la seconde moitié du XXe siècle est époustouflant. La liste crie la bureaucratie, mais comprendre les différentes alliances à l’époque est d’une grande importance dans la création de l’environnement Schengen.

Alors que la Seconde Guerre mondiale touchait à sa fin en 1944, la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas s’unirent pour créer le Benelux. Ces trois pays reconnaissent les avantages qu’apportera la collaboration dans les décennies à venir, inévitablement difficiles, et espèrent dynamiser les échanges grâce à un accord douanier.

Basé sur le Benelux, le traité de Rome crée en 1957 la Communauté économique européenne (CEE) – une union douanière élargie des six pays fondateurs (Benelux et Allemagne de l’Ouest, France et Italie).

Au début des années 1980, la CEE comptait 10 États membres, et alors que seuls des contrôles frontaliers rapides étaient en place entre eux, la réalité était qu’elle bloquait toujours le trafic, nécessitait des ressources humaines et était de plus en plus considérée comme une bureaucratie inutile. Cependant, le concept de voyage à sens unique sans frontières intérieures divise les membres, la moitié d’entre eux insistant sur la libre circulation uniquement pour les citoyens de l’UE et restant donc attachés aux contrôles aux frontières intérieures pour faire la distinction entre les citoyens de l’UE et les citoyens non européens.

Comme l’explique Martina Kneip, directrice du Musée européen de Schengen : « L’idée d’ouvrir les frontières en 1985 était quelque chose d’extraordinaire – une utopie. Personne ne croyait que cela pourrait devenir une réalité.

Il reste aux cinq pays membres restants (Benelux, France et Allemagne de l’Ouest) qui souhaitent réaliser la libre circulation des personnes et des biens à initier la création de l’espace auquel Schengen donnera son nom.

Pourquoi Schengen ?

Le Luxembourg prenant la présidence de la CEE, le petit pays a le droit de choisir le lieu où aura lieu la signature de ce traité. Schengen est le seul endroit où la France et l’Allemagne partagent une frontière avec un pays du Benelux

Lieu de rencontre de trois pays, le choix de Schengen est empreint de symbolique. Pour s’assurer de sa neutralité, les signataires se sont réunis à bord du navire MS Princesse Marie-Astrid pour rédiger leur proposition. Le navire est ancré au plus près de la triple frontière qui coule au milieu de la Moselle.

Néanmoins, la signature de Schengen n’a pas attiré beaucoup de soutien ou d’attention à l’époque. Hormis les cinq Etats membres de la CEE qui s’y opposent, de nombreux responsables, de tous pays, ne croient tout simplement pas qu’il entrera en vigueur ou réussira. A tel point qu’aucun chef d’Etat des cinq pays signataires n’était présent le jour de la signature.

Dès le début, l’accord a été sous-évalué, « considéré comme une expérience et quelque chose qui ne durerait pas », selon Kneipp. A cela s’ajoute l’inévitable bureaucratie qui garantit que la suppression complète des frontières intérieures dans les cinq États fondateurs n’interviendra qu’en 1995.

L’espace Schengen aujourd’hui

Aujourd’hui, l’espace Schengen est composé de 27 États membres. Parmi ceux-ci, 23 sont membres de l’UE et quatre (Islande, Suisse, Norvège et Liechtenstein) ne le sont pas.

Comme alors, comme aujourd’hui, Schengen a ses détracteurs. Une crise migratoire a sapé l’idée de Schengen, donnant aux opposants à l’ouverture des frontières de nombreuses « munitions » pour attaquer les efforts d’inclusion mis en avant par l’accord. Néanmoins, l’espace Schengen continue de s’agrandir, même si le processus d’adhésion reste lourd. La politique détermine toujours qui peut adhérer, car les nouveaux membres doivent être acceptés à l’unanimité. La Bulgarie et la Roumanie ont été à plusieurs reprises opposées à l’adhésion à Schengen en raison de préoccupations concernant la corruption et la sécurité de leurs frontières extérieures.

Cependant, pour beaucoup, les avantages de l’espace Schengen l’emportent largement sur les inconvénients. Comme le note Kneipp : « L’accord de Schengen est quelque chose qui affecte la vie quotidienne de tous les États membres de Schengen – environ 400 millions de personnes ».

Qu’arrive-t-il à Schengen lui-même ?

Étant donné que Schengen est loin de toutes les artères principales, il y a de fortes chances que vous n’y arriviez que si vous faites un effort conscient pour le visiter. Il se trouve à environ 35 km en voiture de la ville de Luxembourg et l’itinéraire traverse des forêts, des terres agricoles et descend la vallée de la Moselle. Le paysage change sensiblement lorsque vous descendez les collines rurales vers la ville de Remich. D’ici à l’épicentre de Schengen – le Musée européen – la route est agréable, serpentant entre les coteaux couverts de vignes et la Moselle. Ici, l’histoire de la création de l’espace Schengen est savamment racontée à travers des expositions interactives et des monuments.

Ne manquez pas de jeter un coup d’œil à la vitrine des casquettes officielles des gardes-frontières des États membres au moment où ils ont rejoint la zone, chacun démontrant une identité nationale sacrifiée au nom du fonctionnement de Schengen.

Devant le musée, des parties du mur de Berlin sont placées pour nous rappeler que les murs – en l’occurrence le mur en béton armé de renommée mondiale de l’un des membres fondateurs de l’accord – ne doivent pas rester en place éternellement. Devant le musée, vous trouverez trois stèles ou plaques d’acier, chacune avec sa propre étoile commémorant les fondateurs. Enfin, il y a les impressionnantes Colonnes des Nations, qui représentent magnifiquement les monuments emblématiques de chaque membre de l’espace Schengen.

Bien sûr, il n’y a pas que le droit international dans ce paisible village frontalier. Les visiteurs peuvent prolonger leur séjour pour profiter d’une croisière sur la Moselle, faire de la randonnée à pied ou à vélo dans les collines environnantes, ou essayer un crémant (le vin mousseux blanc vénéré de la région) pour un vrai goût de la vie Schengen – le petit village dont le nom restera à jamais dans l’histoire.

Crédit photo : consilium.europa.eu

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

La Régie des Bâtiments investit dans des laboratoires de l’Institut national de Criminalistique et de Criminologie

Étant donné la vétusté du complexe, la Régie des Bâtiments prévoit une nouvelle construction...

Organe pour les normes éthiques : les députés soutiennent un accord entre les institutions et organes de l’UE

Lundi, la commission des affaires constitutionnelles a approuvé l'accord visant à créer un organe...

Organe pour les normes éthiques : les députés soutiennent un accord entre les institutions et organes de l’UE | Nouvelles

L'accord conclu entre huit institutions et organes de l'UE (à savoir le Parlement, le...

Le CERAC contribuera à la résilience de la Belgique et de l’Europe par une meilleure analyse des risques environnementaux et climatiques

L'événement a également marqué le lancement officiel du CERAC, institué l'année dernière. Le CERAC...

autres articles

La Régie des Bâtiments investit dans des laboratoires de l’Institut national de Criminalistique et de Criminologie

Étant donné la vétusté du complexe, la Régie des Bâtiments prévoit une nouvelle construction...

Organe pour les normes éthiques : les députés soutiennent un accord entre les institutions et organes de l’UE

Lundi, la commission des affaires constitutionnelles a approuvé l'accord visant à créer un organe...

Organe pour les normes éthiques : les députés soutiennent un accord entre les institutions et organes de l’UE | Nouvelles

L'accord conclu entre huit institutions et organes de l'UE (à savoir le Parlement, le...