8.1 C
Bruxelles
mardi, mars 5, 2024
AccueilFrançaisACTUALITEDemander justice pour les victimes d'abus sexuels – europeantimes.news

Demander justice pour les victimes d’abus sexuels – europeantimes.news

Publié le


Elle a partagé avec Actualités de l’ONU ses récits sur le terrain de « conversations extrêmement difficiles » avec les victimes et leurs enfants, et la façon dont l’ONU aborde les problèmes allant de la pension alimentaire aux tests ADN.

Jane Connors d’Australie est la première défenseure des droits des victimes pour les Nations Unies.

ONU Info : Comment évaluez-vous les progrès réalisés à ce jour ?

Jane Connors : Des progrès notables ont été accomplis pour amener les gens à comprendre, d’un point de vue politique, que la victime, ses droits et sa dignité sont extrêmement importants. Le défi consiste à traduire cela dans la réalité sur le terrain.

Nous avons fait de très bons progrès là où nous avons des défenseurs des droits des victimes sur le terrain, en République centrafricaine, en RD Congo, en Haïti et au Soudan du Sud.

L’exploitation ou les abus sexuels aboutissent souvent à une grossesse, et les hommes abandonnent presque toujours les femmes parce qu’ils ont une autre famille ailleurs. D’autres rapports ont été présentés et davantage a été fait pour soutenir les victimes et, en particulier, pour poursuivre les demandes de paternité de pension alimentaire pour enfants.

L’un des grands défis consiste à sous-estimer l’impact de l’exploitation sexuelle et la notion qu’il y a consentement. Ce n’est pas parce que vous êtes capable d’utiliser votre pouvoir pour exploiter quelqu’un et l’amener apparemment à consentir qu’il consent. Rendre compte aux victimes devrait être notre priorité. La responsabilité du point de vue d’une victime sera très différente de ce que d’autres pourraient penser.

Tisser un chemin vers l’indépendance

ONU Info : Les États en font-ils assez pour faire de réels progrès ?

Jane Connors : Les cas de paternité que nous connaissons concernent le personnel travaillant dans des missions de paix ou des missions politiques spéciales des Nations Unies, principalement des militaires ou des policiers en uniforme. En termes d’identification des victimes, les missions sont loin devant.

Je suis allé dans plusieurs pays pour gagner la confiance et les exhorter à utiliser leurs bons offices pour amener les hommes qui ont engendré des enfants et qui ont été identifiés positivement grâce à la correspondance ADN à faire ce qu’ils sont censés faire.

C’est une responsabilité conjointe des États membres et de l’ONU de s’assurer que les droits des enfants sont réalisés. Ils ont le droit de connaître leur père et d’être soutenus par lui. C’est aussi la responsabilité parentale du père.

© Force de défense australienne/CPL

Le surintendant Gnima Diedhiou, du Sénégal, a discuté des techniques d’entretien avec son collègue, le lieutenant-colonel Ade San Arief, d’Indonésie, lors du cours de formation des formateurs des officiers d’enquête nationaux des Nations Unies à la RAAF Williams Laverton, à Melbourne.

ONU Info : Les projets soutenus par le Fonds des Nations Unies pour l’assistance aux victimes faire une réelle différence dans la vie des victimes?

Jane Connors : Je pense que cela fait une différence. Actuellement, nous avons des projets en RD Congo et au Libéria, nous en avons eu un en Haïti et bientôt en République centrafricaine. Nous devons faire beaucoup plus en matière de prévention, car la prévention et la réponse sont inextricablement liées ; vous ne pouvez pas avoir l’un sans l’autre.

Vous devez avoir l’élément victime pour amener les gens à réfléchir aux conséquences de leur conduite. Ils victimisent non seulement l’individu, mais aussi sa communauté et sa propre famille. Lorsque nous parlons d’abus, dans l’ensemble, nous parlons d’inconduite sexuelle très grave avec des enfants de moins de 18 ans.

J’aimerais que l’on mette davantage l’accent sur le changement de comportement. Il faut beaucoup de travail, des ressources soutenues et un énorme leadership pour rendre quelque chose d’inacceptable. Rappelez-vous quand conduire en état d’ébriété était bien, et maintenant c’est considéré comme profondément inacceptable. C’est un long, long match.

ONU Info : Les enquêtes sont-elles menées assez rapidement ?

Jane Connors : Plus de travail doit être fait avec des enquêteurs issus du milieu de l’application de la loi. Ils ont besoin que leurs esprits changent. Ils doivent savoir que le retard est très mauvais, qu’ils doivent être polis et compatissants et qu’ils doivent tenir la victime informée. Donner des informations et un suivi aux victimes n’est pas très bon et doit vraiment s’améliorer.

La sous-secrétaire générale des Nations Unies, Jane Connors, a conclu sa visite de cinq jours au Soudan du Sud par une conférence de presse à Juba, la capitale, le 7 décembre 2017.

La sous-secrétaire générale des Nations Unies, Jane Connors, a conclu sa visite de cinq jours au Soudan du Sud par une conférence de presse à Juba, la capitale, le 7 décembre 2017.

ONU Info : Y a-t-il des messages communs que vous entendez de la part des victimes ?

Jane Connors : Ce sont des conversations extrêmement difficiles. Je rencontrerai tous ceux qui veulent parler de cette question. Je me souviens d’un pays que j’ai visité il y a quelques années où il y a beaucoup de femmes avec des enfants nés de l’exploitation et/ou des abus sexuels, et elles étaient très insatisfaites, n’avaient reçu aucun soutien, aucune assistance ; les enfants n’allaient pas à l’école parce qu’ils n’avaient pas d’argent pour payer les frais de scolarité et ils ne savaient pas ce qui se passait avec les revendications de paternité.

L’un d’eux a dit : ‘Les gens comme vous, on vous voit tout le temps. Tu viens tu nous parles, tu pars, on n’entend jamais rien ». Je leur ai dit : « Écoutez, je ne suis pas quelqu’un de très puissant, mais je ferai ce que je peux ».

J’avais de très bons collègues dans le pays concerné qui ont amassé environ 40 000 $ pour que ces enfants puissent aller à l’école. Cela a fait une énorme différence. À la fin de cette année-là, ils ont rencontré les femmes, qui ont dit « Au moins, elle a fait ce qu’elle avait dit qu’elle ferait ».

ONU Info : Vous avez rencontré des victimes dans plusieurs pays. Quel est votre message pour eux ?

Jane Connors : Je suis étonné de leur tolérance envers l’ONU, de leur patience, de leur résilience, et je suis aussi extrêmement impressionné par ceux qui sont capables d’aller de l’avant. En ce qui concerne les projets en cours, il y a eu des femmes qui ont pu passer à autre chose pour avoir des entreprises. C’est quelque chose que nous faisons ensemble.

« J’ai le droit » | Victimes d’exploitation et d’abus sexuels | Les Nations Unies

Comment l’ONU aide les victimes et lutte contre l’exploitation et les abus sexuels commis par son personnel

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

L’UNEA et l’UE s’engagent à relever les défis et les crises environnementales

Après d’intenses négociations, deux résolutions proposées par l’UE et ses Etat membres ont finalement...

Élaboration d’un statut pour les comptables justiciables

Le projet vise, sur la proposition conjointe du ministre des Finances et du ministre...

Comment réussir à présenter votre chien à d’autres animaux de compagnie

Animaux domestiques peut apporter tellement de joie dans nos vies, mais présenter un nouvel...

Comment les artistes et les designers peuvent adopter les images générées par l’IA dans leur travail

La créativité à l’ère numérique a pris un tournant révolutionnaire avec l’avènement des images...

autres articles

L’UNEA et l’UE s’engagent à relever les défis et les crises environnementales

Après d’intenses négociations, deux résolutions proposées par l’UE et ses Etat membres ont finalement...

Élaboration d’un statut pour les comptables justiciables

Le projet vise, sur la proposition conjointe du ministre des Finances et du ministre...

Comment réussir à présenter votre chien à d’autres animaux de compagnie

Animaux domestiques peut apporter tellement de joie dans nos vies, mais présenter un nouvel...