4.2 C
Bruxelles
mercredi, avril 24, 2024
AccueilFrançaisACTUALITEDes psychiatres discutent de la manière de réduire le recours aux mesures...

Des psychiatres discutent de la manière de réduire le recours aux mesures coercitives

Publié le


La nécessité et la faisabilité de réduire la coercition dans les soins de santé mentale sont largement reconnues. La question de savoir si l’objectif est de réduire ou d’éliminer l’utilisation de mesures coercitives est un sujet brûlant dans les cercles professionnels et d’utilisateurs de services. Du point de vue des droits de l’homme, il faudrait éventuellement éliminer. La communauté psychiatrique dans un certain nombre de pays s’emploie maintenant à mieux comprendre, réduire et mettre en œuvre des alternatives à la coercition.

La Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées ainsi que la conseils sur les services communautaires de santé mentale publiées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) formulent des objectifs clairs pour l’avenir de la psychiatrie et du soutien psychosocial. Des concepts novateurs de soins de santé mentale axés sur la pleine participation, l’orientation vers le rétablissement et la prévention de la coercition jouent un rôle important dans la réalisation de ces objectifs.

Lors du récent 31St Lors du Congrès européen de psychiatrie qui s’est tenu à Paris, des discussions ont eu lieu sur la mise en œuvre et l’évaluation scientifique des effets de tels modèles dans les services de santé mentale. Et la nécessité de leur donner la priorité dans les décisions nationales de planification et de budgétisation de la santé mentale.

Dans une présentation de Lieselotte Mahler, directrice médicale et chef d’un département de psychiatrie et de psychothérapie à Berlin et à l’hôpital universitaire de la Charité, à Berlin, il a été noté que « par-dessus tout, les mesures coercitives sont une atteinte évidente aux droits personnels ».

« Ils ont des conséquences négatives pour toutes les personnes concernées, telles que des blessures physiques, une détérioration du résultat du traitement, une rupture de la relation thérapeutique, des taux d’admission plus élevés, un risque plus élevé de maladie future. mesures coercitivesdes dommages psychologiques pouvant aller jusqu’au traumatisme », a-t-elle ajouté.

Le Dr Lieselotte Mahler a souligné que « ce sont des activités qui vont à l’encontre de l’image de soi des professionnels de la psychiatrie, principalement parce qu’elles ne peuvent pas être comprises comme thérapeutiques ».

Discussion sur les mesures coercitives comme un type de torture. Crédit photo : THIX Photo

La présidente de la discussion, la professeure Michaela Amering de l’Université de médecine de Vienne, en Autriche, a commenté cela en déclarant que « Je pense que beaucoup d’entre nous ont ressenti ce sentiment que ce n’est pas ce pour quoi nous sommes venus – la profession de psychiatre que nous avons – et que nous devons être des gens qui traitent les autres de manière coercitive.

L’ancien président de la Association Psychiatrique Européenne (EPA), la professeure Silvana Galderisi, coprésidente du groupe de travail et groupe de référence de l’Association mondiale de psychiatrie (WPA) sur la réduction de la coercition dans les soins de santé mentale, a présenté des données sur la mise en œuvre d’alternatives à la coercition en tant qu’élément clé de l’amélioration des soins de santé mentale . Le professeur Galderisi a noté : « C’est vraiment la partie la moins agréable du travail. Cela cause parfois beaucoup de douleur aux utilisateurs, mais aussi à nous. Donc, c’est certainement une pratique controversée.

La professeure Silvana Galderisi a précisé que « les pratiques coercitives soulèvent des préoccupations en matière de droits de l’homme, car cela a été très, très bien mis en évidence également dans les autres présentations, en particulier à la lumière de la Convention relative aux droits des personnes handicapées (CDPH)qui a beaucoup de bons aspects, mais vraiment beaucoup de bons aspects.

« La CDPH demande aux États membres de considérer les personnes handicapées du point de vue d’un détenteur de droits de l’homme. Comment pourrait-il en être autrement ? Je veux dire, c’est quelque chose que quand on le lit, on se dit, mais bien sûr, je veux dire, à quoi ça sert ici ? Les personnes souffrant de handicaps psychosociaux ou d’un trouble mental grave – qui est généralement lié aussi au handicap, pas toujours, mais souvent – ​​ont-elles moins de droits que les autres ? Bien sûr que non. Ils ont le droit de l’affirmer. Leurs droits, leur volonté et leurs préférences doivent toujours être respectés », a souligné le professeur Silvana Galderisi.

DSC02409 Les psychiatres discutent de la façon de réduire l'utilisation de mesures coercitives
Discussion sur les mesures coercitives en mettant l’accent sur la déclaration de position de la WPA. Crédit photo : THIX Photo

Les travaux du groupe de travail WPA et du groupe de référence sur la minimisation de la coercition dans les soins de santé mentale et les diverses discussions et types d’arguments ont été passés en revue. Le résultat final de ce travail a été un énoncé de position de l’Association mondiale de psychiatrie. Le Pr Galderisi a indiqué « qu’à mon avis et de l’avis de tous les membres du [WPA Taskforce] équipe, c’est une étape extrêmement importante. Avoir un énoncé de position disant que la coercition est surutilisée dans les systèmes de santé mentale. Et c’est l’un des principaux moteurs du changement, parce que je veux dire, si nous reconnaissons que la coercition est surutilisée, c’est alors un problème. Donc, il est certainement surutilisé et notre objectif doit être de parvenir à plus d’homogénéité et d’avoir des bases communes qui le reconnaissent.

Le professeur Vinay Lakra, président du Collège royal australien et néo-zélandais des psychiatres (RANZCP) a souligné la nécessité de soutenir cette initiative WPA. Il a dit: «Nous avons financé ce [WPA] projet. Notre conseil d’administration a décidé lorsque John Allen était président et que j’étais son président élu, nous avons décidé de financer ce projet car s’il y a une chose qui nous différencie du reste de la médecine, c’est l’utilisation de la coercition. On ne voit pas les gens tenir des pancartes, en dehors des conférences de médecine. Vous voyez des gens tenant des pancartes qui protestent devant les conférences psychiatriques.

O8A4136 Les psychiatres discutent de la façon de réduire le recours aux mesures coercitives
Manifestations de la Commission citoyenne française des droits de l’homme contre l’usage abusif des mesures coercitives en psychiatrie devant le Congrès de l’EPA. Crédit photo : THIX Photo

« Et c’est presque toujours lié au fait que nous utilisons la coercition dans notre prestation de services. J’encourage donc tous ceux qui sont liés à l’Association européenne de psychiatrie (EPA) ou à d’autres sociétés membres de l’EPA ici à faire ce qu’ils peuvent pour soutenir la poursuite de ce projet, car je pense que c’est ce qui est important », a ajouté le professeur Vinay Lakra. .

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

Expulsions vers le Rwanda : tollé après l’adoption de la loi britannique

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak a salué l'adoption, dans la nuit du lundi...

Le premier médicament qui ralentit la maladie d’Alzheimer existe déjà, mais pourquoi les médecins sont sceptiques ?

Neuf mois après son introduction aux États-Unis, le médicament contre la maladie d'Alzheimer d'Eisai...

La Régie des Bâtiments investit dans des laboratoires de l’Institut national de Criminalistique et de Criminologie

Étant donné la vétusté du complexe, la Régie des Bâtiments prévoit une nouvelle construction...

Les nouvelles règles budgétaires de l’UE approuvées par les députés | Nouvelles

Les nouvelles règles, approuvées mardi, ont été provisoirement convenu entre le Parlement européen et...

autres articles

Expulsions vers le Rwanda : tollé après l’adoption de la loi britannique

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak a salué l'adoption, dans la nuit du lundi...

Le premier médicament qui ralentit la maladie d’Alzheimer existe déjà, mais pourquoi les médecins sont sceptiques ?

Neuf mois après son introduction aux États-Unis, le médicament contre la maladie d'Alzheimer d'Eisai...

La Régie des Bâtiments investit dans des laboratoires de l’Institut national de Criminalistique et de Criminologie

Étant donné la vétusté du complexe, la Régie des Bâtiments prévoit une nouvelle construction...