21.5 C
Bruxelles
lundi, juillet 15, 2024
AccueilFrançaisACTUALITEGains fragiles sur la réduction du mariage des enfants, sous la menace...

Gains fragiles sur la réduction du mariage des enfants, sous la menace de la «polycrise»: UNICEF – europeantimes.news

Publié le


Actuellement, une jeune femme sur cinq âgée de 20 à 24 ans était mariée alors qu’elle était enfant, contre près d’une sur quatre il y a dix ansselon la nouvelle analyse, intitulée, La fin du mariage des enfants est-elle à portée de main ? Dernières tendances et perspectives d’avenir.

Rêves écrasés

« Le monde est englouti par des crises qui s’ajoutent à des crises qui anéantissant les espoirs et les rêves des enfants vulnérablesen particulier les filles qui devraient être étudiantes, pas mariées », a déclaré UNICEF Directrice exécutive Catherine Russel.

« Les crises sanitaires et économiques, l’escalade des conflits armés et les effets dévastateurs du changement climatique sont forçant les familles à chercher un faux sentiment de refuge dans le mariage des enfants. Nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour garantir que leurs droits à une éducation et à une vie autonome soient garantis.

Conséquences immédiates

Les filles qui se marient dans l’enfance font face à des conséquences immédiates et à vie. Elles sont moins susceptibles de rester à l’école et font face à un risque accru de grossesse précoce, ce qui augmente le risque de complications de santé infantile et maternelle et de mortalité, note l’UNIFED.

La pratique peut aussi isoler les filles de la famille et des amis, et les exclure de participer à leurs communautés, de prendre un lourd tribut à leur santé mentale et bien-être.

Le rapport cite des progrès mondiaux, tirés principalement par un déclin en Inde, bien que ce pays soit abrite toujours le plus grand nombre d’enfants mariées dans le monde.

Des progrès sont également évidents dans d’autres contextes, y compris dans des pays peuplés où la pratique a toujours été courante, comme le Bangladesh et l’Éthiopie, ainsi que dans des pays plus petits où les taux de mariage d’enfants sont plus faibles et qui se rapprochent de l’élimination, comme les Maldives et le Rwanda. , dit l’analyse.

Les expériences de ces pays montrent que des progrès sont possibles dans divers contextes, a déclaré l’UNICEF.

Pourtant, ils ont tendance à partager des points communs, notamment l’amélioration du développement économique, la réduction de la pauvreté, l’accès à l’emploi et le niveau de scolarité au niveau secondaire.

Dans la province de Nampula au Mozambique, des enfants peignent une peinture murale soulignant l’impact négatif du mariage des enfants.

Multiplicateur de menace

Dans le monde entier, les conflits, les catastrophes liées au climat et les impacts continus de COVID 19en particulier la hausse de la pauvreté, les chocs sur les revenus et le décrochage scolaire – contribuent à augmenter les moteurs du mariage des enfants tout en rendant difficile l’accès des filles aux soins de santé, à l’éducation, aux services sociaux et au soutien communautaire qui les protègent du mariage des enfants.

En conséquence, les filles vivant dans des environnements fragiles sont deux fois plus susceptibles de devenir des filles mariées que la moyenne des filles dans le monde, note l’analyse.

Pour chaque multiplication par dix des décès liés aux conflits, il y a une augmentation de 7 % du nombre de mariages d’enfants.. Dans le même temps, les phénomènes météorologiques extrêmes provoqués par le changement climatique augmentent le risque d’une fille, avec chaque Un écart de 10 % dans les précipitations lié à une augmentation d’environ 1 % dans la prévalence du mariage des enfants.

Précieux gains pour mettre fin au mariage des enfants au cours de la dernière décennie sont également menacés par les impacts continus du COVID-19, prévient l’analyse. On estime que la pandémie a déjà réduit le nombre de mariages d’enfants qui aurait pu être évité depuis 2020, d’un quart.

« Nous avons prouvé que des progrès pour mettre fin au mariage des enfants sont possibles. Cela nécessite un soutien indéfectible pour les filles et les familles vulnérables», a ajouté Mme Russell. « Nous devons nous concentrer sur le maintien des filles à l’école et nous assurer qu’elles ont des opportunités économiques. »

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

Prix fédéral de lutte contre la pauvreté : les candidatures sont ouvertes !

Créé le 4 juillet 2008 dans le cadre du premier Plan fédéral de lutte...

Émission de nouveaux bons d’État le 16 septembre 2024

Le mercredi 4 septembre 2024, le bon d'État à 1 an de septembre 2023...

Rapport d’allocation et d’impact des OLO vertes pour 2023

L’Agence fédérale de la Dette a le plaisir de présenter le rapport d’allocation et...

Conférence de presse sur la Fête nationale – Mardi 16 juillet 2024

La ministre de l’Intérieur Annelies Verlinden, la ministre de la Défense Ludivine Dedonder et...

autres articles

Prix fédéral de lutte contre la pauvreté : les candidatures sont ouvertes !

Créé le 4 juillet 2008 dans le cadre du premier Plan fédéral de lutte...

Émission de nouveaux bons d’État le 16 septembre 2024

Le mercredi 4 septembre 2024, le bon d'État à 1 an de septembre 2023...

Rapport d’allocation et d’impact des OLO vertes pour 2023

L’Agence fédérale de la Dette a le plaisir de présenter le rapport d’allocation et...