9.2 C
Bruxelles
vendredi, mars 1, 2024
AccueilFrançaisACTUALITEUn « accès sécurisé et immédiat » est nécessaire pour l'aide vitale,...

Un « accès sécurisé et immédiat » est nécessaire pour l’aide vitale, exhorte António Guterres – europeantimes.news

Publié le


António Guterres s’adressait à des journalistes dans la capitale kenyane, Nairobi, où il présidera une réunion des directeurs généraux de l’ensemble du système des Nations Unies.

Depuis que la violence a éclaté au Soudan le 15 avril, plus de 334 000 ont probablement été déracinés et plus de 100 000 personnes ont fui aux pays voisins, selon Bureau de coordination de l’aide des Nations Unies, OCHA.

Les hostilités entre les armées rivales des Forces armées soudanaises et les Forces de soutien rapide (RSF) font rage depuis près de trois semaines, malgré les annonces répétées et les prolongations ratées des cessez-le-feu entre les deux parties.

Les derniers chiffres de l’ONU montrent qu’au moins 528 personnes sont mortes pendant les combats, avec près de 4 600 blessés, bien que l’on pense que beaucoup d’autres ont péri en raison des perturbations des services essentiels, y compris les soins de santé.

Paix et régime civil

« Toutes les parties doivent donner la priorité aux intérêts du peuple soudanais», a déclaré le chef de l’ONU, « et cela signifie la paix et un retour à un régime civilpermettant le développement du pays.

« Nous plaçons ces objectifs au premier plan alors que nous nous engageons avec les parties au conflit et travaillons main dans la main avec l’Union africaine et l’Autorité intergouvernementale pour le développement (l’organisme régional, l’IGAD). »

M. Guterres a réitéré que le peuple soudanais était « confronté à une catastrophe humanitaire », alors que des millions de personnes sont désormais confrontées à l’insécurité alimentaire.

Il a déclaré que l’ONU était « prête à livrer », sous la direction de son représentant spécial – et chef de la mission de l’ONU au Soudan, UNITAMS – Volker Perthes.

« L’aide doit être autorisée à entrer au Soudan, et nous avons besoin d’un accès sécurisé et immédiat pour pouvoir la distribuer aux personnes qui en ont le plus besoin », a-t-il déclaré.

Le chef des secours appelle à des accords de passage sûr

Le haut responsable humanitaire de l’ONU, Martin Griffiths, a exhorté mercredi les parties belligérantes soudanaises à s’engager à faire passer en toute sécurité les secours, alors que des civils terrifiés continuent de fuir le pays.

Il est arrivé il y a quelques heures au centre d’aide de l’ONU à Port-Soudan, sur la côte soudanaise de la mer Rouge.

« Nous pouvons et devons obtenir de l’aide pour différentes parties du Darfour, à Khartoum. …et les représentants de l’agence que j’ai rencontrés ici ce matin sont unanimes à ce sujet. Mais pour ce faire, nous avons besoin d’un accès, nous avons besoin de ponts aériens, nous avons besoin de fournitures qui ne soient pas pillées », a déclaré le chef des secours d’urgence Griffiths.

Craintes de pillage

S’exprimant depuis Port-Soudan, M. Griffiths a noté que le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) avait signalé que six camions se dirigeant vers le Darfour avaient été pillés mercredi « malgré les assurances de sûreté et de sécurité”, au milieu de la lutte de pouvoir en cours.

Pour aider les communautés les plus vulnérables du Soudan et empêcher de nouveaux pillages des fournitures de secours, M. Griffiths a insisté sur la nécessité « d’être sûr que nous avons les engagements publiquement et clairement données par les deux armées pour protéger l’aide humanitaire, pour respecter les obligations de permettre le transport des personnes ».

Cet engagement devrait s’appliquer même en l’absence d’un cessez-le-feu national formel, a-t-il poursuivi, au moyen d’arrangements locaux «sur lesquels on peut compter».

Des besoins de santé désespérés

Soulignant l’ampleur des besoins dans les zones touchées par de violents tirs et des frappes aériennes, le chef des secours de l’ONU a réitéré que le rétablissement de l’assistance médicale figurait en tête de liste des priorités dans la capitale, Khartoum, où plus de six établissements de santé sur 10 sont fermés et seulement environ un sur sept fonctionne normalement.

« De nombreux patients atteints de maladies chroniques, comme les maladies rénales, le diabète et le cancer, ne peuvent pas accéder aux établissements de santé ou aux médicaments dont ils ont besoin », a rapporté OCHA.

Fournir l’eau potable reste également une priorité vitale, pour encourager les communautés à rester là où elles étaient afin de pouvoir recevoir de l’aide. « Nous avons un plan sur la façon dont nous acheminons les fournitures vers ces endroits » à travers le pays, y compris le Darfour, a déclaré M. Griffiths. « Nous savons comment nous pouvons le faire, et nous allons commencer à le faire.”

Date limite de la saison des pluies

Les humanitaires craignent qu’à moins que de telles garanties d’aide de la part des parties belligérantes ne soient obtenues, la situation au Soudan pourrait se détériorer davantage.

« (L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) FAO et le Programme alimentaire mondial des Nations Unies, m’ont parlé aujourd’hui de l’importance d’apporter de la nourriture et des semences dans des endroits difficiles d’accès à cause de la saison des pluies qui arrive en juin et de la saison de plantation, qui arrive également de mai à juillet », a déclaré M. Griffiths.

« Nous allons ont encore besoin d’accords et d’arrangements pour permettre le mouvement du personnel et des fournitures…. C’est un environnement instable », a-t-il dit.

« Je pense que tu trouveras si nous avons un bon financement, nous pourrons faire exactement ce que le peuple soudanais attend de nous et ont le droit de nous voir faire.

« Nous devons agir maintenant »: le chef de l’OIM

Dans un communiqué publié mercredi, le chef de l’agence onusienne pour les migrations (OIM) António Vitorino, a déclaré que le monde « ne peut pas fermer les yeux » sur la crise au Soudan.

C’est impératif que nous – en tant qu’agences des Nations Unies, donateurs, individus et gouvernements – agissions collectivement et soutenir le peuple du Soudan et des pays voisins.

Il a félicité toutes les nations qui gardent leurs frontières ouvertes à ceux qui fuient la violence, appelant à des efforts accrus pour améliorer les conditions aux points frontaliers, afin de permettre l’acheminement d’une plus grande aide.

M. Vitorino a ajouté que l’OIM travaillait avec des partenaires sur un plan d’intervention et un appel interinstitutionnels et coordonnés, afin d’intensifier l’aide vitale. Jusqu’à présent, il existe six entrepôts avec des fournitures dans cinq États à l’intérieur du Soudan, et plus de 10 000 kits de secours de base prépositionnés.

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

Les députés améliorent la protection européenne des produits agricoles de qualité

Le Parlement a donné son feu vert définitif à la réforme des règles de...

Journée mondiale des ONG 2024 : l’UE lance une initiative de 50 millions d’euros pour protéger la société civile

Bruxelles, le 27 février 2024 – À l’occasion de la Journée mondiale des ONG,...

Renforcer les réponses à la haine religieuse : un appel à l’action le 8 mars prochain

Dans un monde où l’hostilité à l’égard des minorités religieuses persiste, la nécessité de...

Christine Lagarde s’adresse au Parlement européen sur le rapport annuel de la BCE et la résilience de la zone euro

Dans un moment charnière discours prononcé au Parlement européen Lors de sa session plénière...

autres articles

Les députés améliorent la protection européenne des produits agricoles de qualité

Le Parlement a donné son feu vert définitif à la réforme des règles de...

Journée mondiale des ONG 2024 : l’UE lance une initiative de 50 millions d’euros pour protéger la société civile

Bruxelles, le 27 février 2024 – À l’occasion de la Journée mondiale des ONG,...

Renforcer les réponses à la haine religieuse : un appel à l’action le 8 mars prochain

Dans un monde où l’hostilité à l’égard des minorités religieuses persiste, la nécessité de...