8.9 C
Bruxelles
mercredi, février 21, 2024
AccueilFrançaisACTUALITEDes femmes disent aux experts des droits de l'ONU "nous sommes en...

Des femmes disent aux experts des droits de l’ONU « nous sommes en vie, mais nous ne vivons pas » – europeantimes.news

Publié le


«Nous sommes alarmés par les problèmes de santé mentale généralisés et les récits de augmentation des suicides chez les femmes et les filles« , ont-ils déclaré dans un déclaration conjointe. « Cette situation extrême de discrimination sexiste institutionnalisée en Afghanistan est inégalé partout dans le monde.”

Discrimination « extrême »

Depuis que les talibans ont pris le pouvoir en Afghanistan en 2021, les autorités de facto ont émis une cascade d’ordonnances restrictives qui équivaut à « discrimination fondée sur le sexe institutionnalisée extrême » et une réduction systématique des droits des femmes et des filles, ont-ils averti.

La poursuite « « épouvantables » violations des droits de l’homme ont masqué d’autres manifestations sous-jacentes de la discrimination fondée sur le sexe qui ont précédé le règne des talibans et qui sont désormais « profondément ancrées dans la société et même normalisées », ont-ils ajouté.

Actuellement, les femelles sont interdit d’être à l’école au-dessus de la sixième année, y compris les universités, ne peuvent être prises en charge que par des femmes médecins et sont interdiction de travailler à l’ONU et aux organisations non gouvernementales (ONG).

« La vie en résidence surveillée »

Rapporteur spécial sur la situation des droits de l’homme en Afghanistan, Richard Bennettet le président du groupe de travail sur la discrimination à l’égard des femmes et des filles, Dorothy Estrada-Tanckont partagé leurs observations préliminaires, y compris des réunions avec des chefs talibans et comptes graves des femmes et des filles rencontrées à Kaboul et à Mazar-e-Sharif, dans la province de Balkh, entre le 17 avril et le 4 mai.

« De nombreuses femmes ont partagé leurs sentiments de peur et d’anxiété extrême, décrivant leur situation comme un la vie en résidence surveillée« , ont-ils rapporté.

« Nous sommes également particulièrement préoccupés par le fait que les femmes qui manifestent pacifiquement contre ces mesures oppressives sont victimes de menaces, de harcèlement, de détentions arbitraires et de torture », ont-ils déclaré.

Misogynie extrême

Depuis deux ans, les autorités de facto ont démantelé le cadre légal et institutionnel et « règnent sur les plus formes extrêmes de misogynie »détruisant les progrès relatifs vers l’égalité des sexes réalisés au cours des deux dernières décennies, ont-ils déclaré.

Lors de réunions avec les talibans, les experts ont déclaré que les autorités de facto leur avaient dit que les femmes travaillaient dans les secteurs de la santé, de l’éducation et des affaires, et qu’elles s’assuraient que les femmes peuvent travailler selon la chariaséparé des hommes.

Les autorités de facto ont réitéré leur message selon lequel elles étaient travailler à la réouverture des écolessans fournir de calendrier précis, et a indiqué que la communauté internationale ne devrait pas s’immiscer dans les affaires intérieures du pays, ont ajouté les experts.

Cependant, ils ont noté que les talibans imposent certaines interprétations de la religion « qui ne semblent pas être partagées par la grande majorité des Afghans ».

« Vivant, mais pas vivant »

Les experts ont déclaré qu’une des femmes à qui ils avaient parlé leur avait dit : « nous sommes vivants, mais ne vivons pas”.

Les conséquences des mesures restrictives ont conduit à détention pour « crimes moraux » présumés sous des « règles de pudeur » extrêmes, ont-ils dit. De nouvelles lois ont également décimé le système de protection et un soutien à ceux qui fuient la violence domestique, laissant les femmes et les filles sans aucun recours.

L’impact est alarmant, ont déclaré les experts, notant que les nouvelles mesures imposées par les talibans auraient contribué à une augmentation des taux de mariages d’enfants et de mariages forcésainsi que la prolifération de la violence sexiste commis en toute impunité.

« Ces actes ne se produisent pas isolément», ont-ils mis en garde. « Si nous voulons éliminer la discrimination et briser les cycles de violence, la justice de genre nécessite une compréhension holistique des raisons pour lesquelles de telles violations sont commises.

« Apartheid de genre »

Le monde « ne peut pas fermer les yeux« , ont-ils averti.

Ils ont recommandé à la communauté internationale d’élaborer d’autres normes et outils normatifs pour aborder « le phénomène plus large de apartheid sexuel » comme un système institutionnalisé de discrimination, de ségrégation, d’humiliation et d’exclusion des femmes et des filles.

Dans le même temps, l’ONU devrait prendre une approche fondée sur les droits de l’homme ce qui nécessite une compréhension et une analyse approfondies de ses principes, ont-ils déclaré.

Les partenaires techniques et financiers devraient considérablement augmenter leur soutien aux militants et aux organisations de terrain présents en Afghanistan et aux efforts indéfectibles d’un «une société civile toujours dynamique» pour éviter l’effondrement complet de l’espace civique qui pourrait avoir des conséquences irréversibles, ont-ils recommandé.

Ils ont exhorté les autorités de facto à honorer ses engagements à la protection et à la promotion de tous les droits des femmes et des filles et respecter les obligations découlant des instruments auxquels l’Afghanistan est un État partie, notamment la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDEF).

Rapporteurs spéciaux

Les experts prévoient de présenter au Conseil des droits de l’homme en juin, un rapport conjoint analysant en profondeur la situation des droits des femmes et des filles en Afghanistan, suivi d’un dialogue interactif avec des femmes afghanes.

Les rapporteurs spéciaux et autres experts en matière de droits sont nommés par le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, sont mandatés pour surveiller et faire rapport sur des questions thématiques spécifiques ou des situations nationales, ne font pas partie du personnel des Nations Unies et ne reçoivent pas de salaire pour leur travail.

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

De la Guadeloupe et d’outre-mer à l’Europe, Pirbakas se bat pour les droits des agriculteurs

Alors que le secteur agricole français se prépare au Salon de l'agriculture annuel à...

La fin de la vie des permis de conduire ? La controverse tourne autour du projet de législation européenne

Un nouveau texte législatif européen s'oriente vers un changement significatif dans la manière dont...

Une bouffée d’air frais : une démarche audacieuse de l’UE pour un ciel plus propre

Dans un pas passionnant vers un avenir plus vert, l'Union européenne a enveloppé un...

Le CESE tire la sonnette d’alarme sur la crise du logement en Europe: un appel à une action urgente

Bruxelles, le 20 février 2024 – Le Comité économique et social européen (CESE), reconnu...

autres articles

De la Guadeloupe et d’outre-mer à l’Europe, Pirbakas se bat pour les droits des agriculteurs

Alors que le secteur agricole français se prépare au Salon de l'agriculture annuel à...

La fin de la vie des permis de conduire ? La controverse tourne autour du projet de législation européenne

Un nouveau texte législatif européen s'oriente vers un changement significatif dans la manière dont...

Une bouffée d’air frais : une démarche audacieuse de l’UE pour un ciel plus propre

Dans un pas passionnant vers un avenir plus vert, l'Union européenne a enveloppé un...