7.6 C
Bruxelles
samedi, mars 2, 2024
AccueilFrançaisACTUALITEMessage patriarcal et synodal à l'occasion du 80e anniversaire du sauvetage des...

Message patriarcal et synodal à l’occasion du 80e anniversaire du sauvetage des Juifs bulgares – europeantimes.news

Publié le


Le 10 mars, les institutions de l’État bulgare et notre public commémorent le jour où, en 1943, aux heures les plus sombres de la Seconde Guerre mondiale, alors que son issue n’était pas du tout claire, grâce à ses efforts collectifs, notre peuple a arrêté la déportation de nos compatriotes d’origine juive, les juifs bulgares, vers les camps de la mort nazis.

Le rôle de l’Église orthodoxe bulgare dans ce travail n’a jamais été oublié et a toujours été souligné, en particulier par la communauté juive, pour laquelle nous sommes reconnaissants. Par conséquent, il n’est pas nécessaire, et il n’est pas approprié que l’Église souligne ses mérites, encore moins pour le fait que, dans un certain moment historique difficile, elle a agi de la seule manière possible pour elle, à savoir – en harmonie avec les commandements de la foi orthodoxe.

La vérité est que lorsque, dans la nuit du 9 au 10 mars 1943, le métropolite Stefan demanda une réunion urgente avec la direction de l’État pour exprimer la désapprobation de l’Église face à la déportation imminente, et que le métropolite Kirill entra dans les prisons juives de l’école de Plovdiv et a dit aux gardes que s’ils étaient pris, il irait avec eux, ce n’étaient pas des actes isolés de position civile, mais le résultat d’une ligne systématique et fermement maintenue du Saint-Synode. Conformément à l’enseignement chrétien et à la pratique millénaire de la tolérance, de l’empathie et de l’amour, l’Église orthodoxe bulgare a toujours rejeté toute forme d’antisémitisme, de haine raciale ou religieuse envers les représentants de la communauté juive, ainsi que en principe envers toute personne. Dès l’adoption de la loi antisémite pour la protection de la nation, dans les procès-verbaux du Saint-Synode de 1940, on peut entendre les paroles d’avertissement des évêques bulgares : « L’Église orthodoxe bulgare, qui exerce parmi nos peuple la vérité salvatrice et le commandement de notre Sauveur que nous sommes tous fils d’un Père céleste, ne peut manquer d’attirer l’attention sur les facteurs responsables du fait que ce projet de loi, dans certains de ses décrets contre les juifs-israélites, contient des dispositions qui ne peuvent être considérées comme justes … Chaque homme et chaque nation doit se protéger des dangers, mais dans cette poursuite justifiée, l’injustice et la violence contre les autres ne doivent pas être autorisées ».

Et plus encore : « La question de notre attitude envers les Juifs est claire. Nous sommes chrétiens et, en tant qu’évêques de la Sainte Église bulgare, nous ne pouvons que nous tenir sur le fondement du Saint Évangile et de l’enseignement du Christ sur l’égalité de tous devant Dieu, sans distinction d’origine, de race et de culture. Par conséquent, nous devons défendre les Juifs.

Le Saint-Synode a déclaré cette position dès 1940, et elle a trouvé son expression la plus vive dans l’action du 9 contre le 10 mars 1943, à la suite de laquelle pas un seul Juif vivant sur le territoire du diocèse canonique de la L’exarchie bulgare à cette époque n’a pas été envoyée à l’extermination dans les camps de la mort.

Cette action n’aurait pas été possible si le peuple bulgare n’avait pas été ecclésiastique, s’il n’avait pas été solidement uni autour de ses métropolitains, si la voix de l’Église n’avait pas été aussi forte, car c’était la voix des fidèles, du Christ- un peuple de Dieu orthodoxe bulgare aimant et philanthrope. Personne d’autre, à savoir l’Église orthodoxe bulgare, n’a développé chez son peuple la force et la détermination de s’opposer au mal – des qualités qui sont une manifestation de son appartenance à la foi chrétienne et à ses valeurs. Le pouvoir de la foi a été démontré par le peuple, dirigé par les évêques de leur Église orthodoxe, dans les jours glaciaux de 1943, et avec leur foi, ils ont sauvé leurs compatriotes – les juifs. Le pouvoir populaire est impossible sans la foi orthodoxe, et c’est une leçon très importante que nous devons tirer aujourd’hui de l’affaire du 10 mars.

Nous ne pouvons que mentionner avec une profonde tristesse que, malgré cela, plus de 11 000 Juifs des territoires voisins, temporairement sous administration laïque bulgare, ont encore été capturés et beaucoup d’entre eux sont morts dans les flammes de l’Holocauste. Nous les pleurons. Nous regrettons que l’Exarchat n’ait pas eu la force et les opportunités de prendre soin des Juifs dans ces diocèses qui ont été séparés de force de son corps 30 ans plus tôt, de la même manière que pour les Juifs dans Bulgarie. Nous sommes sincèrement désolés !

Habituellement, ce jour-là, seuls les noms de certains des métropolitains, qui se sont particulièrement manifestés dans l’œuvre sainte et philanthropique de sauver les Juifs bulgares en 1943, sont mentionnés. Cependant, nous sommes obligés de rappeler les noms de tous les dignes évêques qui étaient membres du Saint-Synode de l’Exarchie bulgare, qui ont été réunis au nom du Christ et Dieu était parmi eux et a béni leur travail, et le Saint Esprit vivifiant dicté leurs décisions. Ce sont: le métropolite Neofit de Vidin – vice-président du Saint-Synode, le métropolite Stefan de Sofia, le métropolite Mihail de Dorostol et Cherven, le métropolite Paisiy de Vrachan, le métropolite Boris de Nevrokop, le métropolite Sophronius de Turnovo, le métropolite Yosif de Varna et Preslav, le métropolite Kirill de Plovdiv, le métropolite Philaret de Lovech, le métropolite Evlogii de Sliven et le métropolite Kliment de Stara Zagora.

Éternelle et bénie soit la mémoire de nos ancêtres ! Que leur travail soit pour nous une inspiration et un exemple face aux manifestations contemporaines de xénophobie, d’antisémitisme ou de haine humaine de toute nature et contre qui que ce soit. Leur foi est notre foi, leur force est notre force, leurs convictions sont nos convictions. L’Église orthodoxe bulgare éduquera toujours son peuple pieux et épris du Christ à l’amour du prochain, à la tolérance, à la solidarité et à l’humanité. Il en est ainsi depuis Bulgarie est devenu un État chrétien orthodoxe et, dans la mesure où cela dépend de nous, il en sera ainsi pour toujours et à jamais.

Que Dieu pardonne à nos archipasteurs qui sont morts heureusement, qui ont aidé à sauver les Juifs dans les diocèses exarchiens sur le territoire de Bulgarie et ainsi protégé la dignité de l’Église orthodoxe et préservé l’honneur de notre patrie.

Adresse courte de cette publication : https://dveri.bg/da6qk

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

Les députés améliorent la protection européenne des produits agricoles de qualité

Le Parlement a donné son feu vert définitif à la réforme des règles de...

Journée mondiale des ONG 2024 : l’UE lance une initiative de 50 millions d’euros pour protéger la société civile

Bruxelles, le 27 février 2024 – À l’occasion de la Journée mondiale des ONG,...

Renforcer les réponses à la haine religieuse : un appel à l’action le 8 mars prochain

Dans un monde où l’hostilité à l’égard des minorités religieuses persiste, la nécessité de...

Christine Lagarde s’adresse au Parlement européen sur le rapport annuel de la BCE et la résilience de la zone euro

Dans un moment charnière discours prononcé au Parlement européen Lors de sa session plénière...

autres articles

Les députés améliorent la protection européenne des produits agricoles de qualité

Le Parlement a donné son feu vert définitif à la réforme des règles de...

Journée mondiale des ONG 2024 : l’UE lance une initiative de 50 millions d’euros pour protéger la société civile

Bruxelles, le 27 février 2024 – À l’occasion de la Journée mondiale des ONG,...

Renforcer les réponses à la haine religieuse : un appel à l’action le 8 mars prochain

Dans un monde où l’hostilité à l’égard des minorités religieuses persiste, la nécessité de...