5.6 C
Bruxelles
samedi, avril 20, 2024
AccueilFrançaisACTUALITEL'Italie retarde à nouveau la résolution de l'affaire Lettori – europeantimes.news

L’Italie retarde à nouveau la résolution de l’affaire Lettori – europeantimes.news

Publié le


Plus d’un mois après la date limite donnée par la Commission européenne pour le paiement des indemnités aux professeurs de langues étrangères (Lettori) pour des décennies de traitement discriminatoire, le gouvernement Meloni a adopté jeudi dernier un décret-loi qui fixe un délai de 90 jours au cours duquel les autorités administratives les modalités de paiement de l’indemnisation doivent être finalisées.

Dans son mois de janvier communiqué de presse annonçant l’avancement de la procédure d’infraction au stade de l’avis motivé, la Commission a rappelé à l’Italie que les indemnités étaient dues conformément à la condamnation dans l’affaire de l’exécution C-119/04le dernier des quatre arrêts de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) en faveur des Lettori dans une ligne de litige qui remonte à l’époque séminale Jugement Allué de 1989. Comme toutes les lois italiennes promulguées, le décret-loi a été publié au Gazzetta Officielle.

L’article 38 du décret-loi met à jour une loi de 2017 dont les termes prévoyaient l’adoption dans les 90 jours d’un arrêté interministériel dont les dispositions devaient trancher la question Lettori. Six ans après le décret-loi modifie la loi de 2017 pour accorder 90 jours supplémentaires à un autre arrêté interministériel pour résoudre la question. La législation prévoit également des sanctions pour les universités qui ne coopèrent pas.

Au 30 maie approche, un jour que les Lettori sont venus appeler Journée Pilar-Allué dans la commémoration en cours de sa victoire à la CJUE en 1989 à cette date, Lettori dans les universités à travers l’Italie a réagi avec fureur à la dernière prolongation du règlement de l’affaire. La réponse de la conférencière écossaise à la retraite Anne Marie McGowan, qui au cours d’une carrière d’enseignante de 40 ans à l’Université La Sapienza de Rome et à l’Université Tor Vergata de Rome n’a jamais travaillé dans des conditions de parité de traitement, était représentative.

Anne a commenté :

“Implicit in the updating of the 2017 law is a recognition that a Lettore law which has been almost six years on the statute book has never been implemented. Over this six-year period many colleagues have retired. Others have passed away without ever having received justice. And these six years are just the tail end of a timeline of evasion of Treaty obligations that extends all the way back to Allué. The Commission just cannot continue to indulge Italy’s effrontery and protraction.

L’article « Italie, une affaire test de l’effectivité d’une procédure en manquement contre un État membre le plus intransigeant» donne le contexte d’une affaire qui trouble les spécialistes de la procédure d’infraction et la conscience de l’UE. L’art. La procédure d’exécution de la loi n° 228 et les sanctions pécuniaires qui l’accompagnent visaient à mettre un terme à l’inexécution des décisions d’infraction antérieures de la première étape. Mais la présente procédure d’infraction a été ouverte pour contournement d’un véritable jugement d’exécution. Ainsi, l’intransigeance de l’Italie laisse place à un manège d’évasion qui peut se poursuivre indéfiniment dans le cadre des arrangements actuels.

Plaçant le droit à la parité de traitement dans le contexte des droits généraux des citoyens européens, la commission déclare que ce droit « est peut-être le droit le plus important du droit communautaire et un élément essentiel de la citoyenneté européenne ». L’affaire Lettori démontre clairement que ce droit prétendument sacro-saint issu des traités peut être refusé tout au long de la carrière d’un travailleur. En outre, il peut être retenu en toute impunité en vertu des dispositions actuelles.

L’Université « La Sapienza » de Rome fournit un exemple instructif des interprétations erronées de la justice européenne qui ont jugé et exaspéré Lettori dans toute l’Italie. « La Sapienza » était l’une des six universités de l’échantillon dont le contrat de travail a été utilisé par la Commission pour prouver avec succès des conditions de travail discriminatoires dans une affaire d’infraction C-212/99. Suite de l’affaire d’exécution C-119/04 pour non-exécution de C-212/99 était d’attribuer aux Lettori une reconstruction de carrière basée sur le paramètre minimum de chercheur à temps partiel ou des conditions plus favorables gagnées.

Pourtant, l’administration La Sapienza n’a jamais inséré par la suite de clause dans le contrat de travail reconnaissant la C-119/04 décision. Une reconstruction de carrière basée sur le paramètre minimum de chercheur à temps partiel aurait abouti à un salaire inférieur au salaire contractuel. Ainsi, l’administration a estimé qu’en permettant à ses employés Lettori de conserver le salaire contractuel, elle accordait le traitement plus favorable prévu par l’arrêté d’exécution. L’erreur flagrante dans ce raisonnement était que le contrat avait été jugé discriminatoire par la CJUE et que les paramètres les plus favorables obtenus devant les tribunaux locaux auraient dû être accordés, comme le confirme la correspondance de la Commission aux Lettori « La Sapienza ».

La mise en œuvre de l’arrêt d’exécution de la CJUE consiste simplement à identifier les bénéficiaires de la jurisprudence Allué, leurs années de service et le paramètre approprié pour le calcul de l’indemnité de reconstruction de carrière. Cela déconcerte les Lettori qu’une tâche d’une telle simplicité administrative n’ait pas encore été accomplie. Cela déconcerte également les Lettori que la Commission se soit livrée à des arrangements byzantins et irréalisables de la part de l’Italie qui ont compliqué le paiement des règlements.

Asso. CEL.L, un syndicat basé à La Sapienza, est un plaignant officiel dans la procédure d’infraction de la Commission contre l’Italie. Avec l’aide du FLC CGIL, le plus grand syndicat italien, il a mené un recensement national des Lettori actifs et retraités qui a documenté, à la satisfaction de la Commission, le non-paiement des indemnités pour discrimination dues en vertu de la jurisprudence de la CJUE. Les deux syndicats se réuniront prochainement pour décider d’une réponse commune au récent décret-loi.

Kurt Rollin est Asso. Représentant CEL.L des Lettori retraités. Comme Anne Marie Mc Gowan, il n’a jamais travaillé dans des conditions de parité de traitement au cours de sa carrière d’enseignant à « La Sapienza ». Réfléchissant au décret-loi du gouvernement Meloni, M. Rollin a déclaré:

“The Commission, guardian of the Treaty, holds that the right to parity of treatment is the most important right under the Treaty. In a comedy or novel, a plot in which a wily state evades and eludes the prescriptions of a supranational authority might come across as funny. But Italy’s protraction and disregard of its Treaty obligations to the Lettori has human consequences which are anything but funny. The Commission must now immediately refer the case to the Court of Justice.”

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

Justice : modification concernant l’indexation des indemnités de procédure

Le projet d’arrêté royal vise à modifier l’article 8 de l’arrêté royal du 26...

Composition et fonctionnement du comité de concertation de la BAEC

La loi du 13 septembre 2023 portant des dispositions diverses en matière de modernisation...

Les Ordres sacrés en procès, le système judiciaire français contre le Vatican

Dans un conflit croissant qui révèle les relations entre les institutions gouvernementales, le Vatican...

SpaceX et Northrop Grumman travaillent sur un nouveau système de satellite espion américain

Entreprise aérospatiale et de défense Northrop Grumman collabore avec SpaceX, l'entreprise spatiale dirigée par...

autres articles

Composition et fonctionnement du comité de concertation de la BAEC

La loi du 13 septembre 2023 portant des dispositions diverses en matière de modernisation...

Justice : modification concernant l’indexation des indemnités de procédure

Le projet d’arrêté royal vise à modifier l’article 8 de l’arrêté royal du 26...

Les Ordres sacrés en procès, le système judiciaire français contre le Vatican

Dans un conflit croissant qui révèle les relations entre les institutions gouvernementales, le Vatican...