7.1 C
Bruxelles
vendredi, avril 19, 2024
AccueilFrançaisACTUALITEL'ONU appelle les talibans à mettre fin aux châtiments corporels en Afghanistan

L’ONU appelle les talibans à mettre fin aux châtiments corporels en Afghanistan

Publié le


« Les châtiments corporels sont une violation de la Convention contre la torture et doit cesser », a déclaré MANUALa cheffe des droits de l’homme Fiona Frazer, soulignant que l’ONU est « fermement opposée » à la peine de mort.

Elle a appelé les autorités de facto à mettre en place une «moratoire immédiat» sur les exécutions.

Flagellation et lapidation

dans un nouveau rapport, la MANUA a déclaré qu’elle avait documenté « une série de formes de châtiments corporels » infligées par les talibans depuis leur retour au pouvoir le 15 août 2021 après avoir délogé le gouvernement démocratiquement élu, « y compris des coups de fouet ou de flagellation, la lapidation, obligeant les gens à se tenir debout dans l’eau froide, et rasage forcé de la tête ». Au cours des six derniers mois seulement, 274 hommes, 58 femmes et deux garçons ont été publiquement fouettés.

Selon le rapport, le système judiciaire en Afghanistan est actuellement «ne pas garantir un procès équitable minimum et des garanties de procédure régulière ».

La MANUA a averti que le Refus des talibans d’accorder des licences aux femmes avocates de la défense et l’exclusion des femmes juges du système judiciaire ont un impact sur l’accès des femmes et des filles à la justice.

Violer le droit international

Les châtiments corporels ont été définis comme « tout châtiment dans lequel la force physique est utilisée et destinée à causer un certain degré de douleur ou d’inconfort, aussi léger soit-il ».

Le interdiction de la torture et les peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants sont considérés comme un principe fondamental du droit international, rappelle le rapport.

Condamné à ‘100 coups de fouet’

Entre le 15 août 2021 et le 12 novembre 2022 seulement, la MANUA a documenté au moins 18 cas de châtiments corporels judiciaires infligés par des tribunaux de facto provinciaux, de district et d’appel.

« Dans les 18 cas documentés, 33 hommes et 22 femmes ont été punis, dont deux filles ; le grande majorité des peinespour hommes et femmes, lié à l’adultère ou « s’enfuir de chez eux » et toutes les femmes et les filles qui ont été punies auraient été condamnées pour de tels délits », indique le rapport.

En général, les peines consistaient en 30 à 39 coups de fouet pour chaque personne condamnée. Cependant, « dans certains cas, les gens ont reçu jusqu’à 80 à 100 coups de fouet », selon le rapport.

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

L’État belge et les organismes nucléaires fédéraux SCK CEN et IRE signent un contrat de gestion

L'État belge ainsi que les deux institutions IRE et SCK CEN s'engagent à tenir...

Évoluer vers des soins de santé guidés par les besoins : temps forts de la conférence de haut niveau belge

Au sein de l’Union européenne, des moyens publics considérables sont investis pour répondre aux...

Le Parlement adopte sa position sur la réforme pharmaceutique de l’UE | Nouvelles

Le paquet législatif, couvrant les médicaments à usage humain, se compose d'une nouvelle directive...

La science des références : tirer parti des logiciels de défense des clients

Imaginez ceci : vous êtes submergé de choix, bombardé de publicités et vous ne savez...

autres articles

L’État belge et les organismes nucléaires fédéraux SCK CEN et IRE signent un contrat de gestion

L'État belge ainsi que les deux institutions IRE et SCK CEN s'engagent à tenir...

Évoluer vers des soins de santé guidés par les besoins : temps forts de la conférence de haut niveau belge

Au sein de l’Union européenne, des moyens publics considérables sont investis pour répondre aux...

Le Parlement adopte sa position sur la réforme pharmaceutique de l’UE | Nouvelles

Le paquet législatif, couvrant les médicaments à usage humain, se compose d'une nouvelle directive...