9.2 C
Bruxelles
mardi, avril 16, 2024
AccueilFrançaisACTUALITEnouveau rapport de l'ONU – europeantimes.news

nouveau rapport de l’ONU – europeantimes.news

Publié le


Le rapport, Améliorer maternelle et nouveau née la santé et la survie et la réduction des mortinaissances, évalue les données les plus récentes, qui ont des facteurs de risque et des causes similaires, et suit la fourniture de services de santé essentiels.

Dans l’ensemble, le rapport montre que les progrès dans l’amélioration de la survie stagnent depuis 2015 ; avec environ 290 000 décès maternels chaque année, 1,9 million de mortinaissances – bébés qui meurent après 28 semaines de grossesse – et un nombre stupéfiant de 2,3 millions de décès de nouveau-nés au cours du premier mois de la vie.

Le rapport montre que plus de 4,5 millions de femmes et de bébés meurent chaque année pendant la grossesse, l’accouchement ou les premières semaines après la naissance, équivalent à un décès toutes les sept secondes, principalement de causes évitables ou traitables si des soins appropriés étaient disponibles. Le nouveau La publication a été lancée lors d’une grande conférence mondiale au Cap, en Afrique du Sud.

Des systèmes de santé sous pression

Le COVID 19 La pandémie, la pauvreté croissante et l’aggravation des crises humanitaires ont intensifié les pressions sur les systèmes de santé surchargés. Seul un pays sur 10 (sur plus de 100 enquêtés) déclare disposer de fonds suffisants pour mettre en œuvre ses plans actuels.

Selon le dernier Enquête OMS En ce qui concerne les impacts de la pandémie sur les services de santé essentiels, environ 25 % des pays signalent encore des perturbations continues des soins et services vitaux de grossesse et postnatals pour les enfants malades.

« Les femmes enceintes et les nouveau-nés continuent de mourir à des taux inacceptablement élevés dans le monde entier, et la pandémie de COVID-19 a créé de nouveaux revers pour leur fournir les soins de santé dont ils ont besoin », a déclaré le Dr Anshu Banerjee, directeur de la santé et du vieillissement de la mère, du nouveau-né, de l’enfant et de l’adolescent à l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

« Si nous souhaitons voir des résultats différents, nous devons faire les choses différemment. Des investissements plus nombreux et plus intelligents dans les soins de santé primaires sont nécessaires maintenant pour que chaque femme et chaque bébé – peu importe où ils habitent – a les meilleures chances de santé et de survie.

Se battre pour la vie

Les pertes de financement et le sous-investissement dans les soins de santé primaires peuvent dévaster les perspectives de survie. Par exemple, alors que la prématurité est désormais la principale cause de tous les décès d’enfants de moins de cinq ans dans le monde, moins d’un tiers des pays déclarent avoir nombre suffisant d’unités de soins néonatals pour soigner les bébés petits et malades.

Dans les pays les plus touchés d’Afrique subsaharienne et d’Asie centrale et méridionale, les régions les plus touchées par les décès de nouveau-nés et de mères, moins de 60 % des femmes reçoivent même quatre, de L’OMS recommande huitcontrôles prénataux.

« Le décès de toute femme ou jeune fille pendant la grossesse ou l’accouchement est un violation grave de leurs droits humains», a déclaré le Dr Julitta Onabanjo, directrice de la division technique du Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA).

« Cela reflète également le besoin urgent d’élargir l’accès à des services de santé sexuelle et reproductive de qualité dans le cadre de la couverture sanitaire universelle et des soins de santé primaires, en particulier dans les communautés où les taux de mortalité maternelle ont stagné ou même augmenté au cours des dernières années.

Nous devons prendre un droits de l’homme et approche transformatrice en genre pour lutter contre la mortalité maternelle et néonatale, et il est essentiel que nous éliminions les facteurs sous-jacents à l’origine de mauvais résultats en matière de santé maternelle, tels que inégalités socio-économiques, discrimination, pauvreté et injustice“.

Soins vitaux

Pour augmenter les taux de survie, les femmes et les bébés doivent avoir accès à des soins de santé de qualité et abordables avant, pendant et après l’accouchement, ainsi qu’à des services de planification familiale.

Des agents de santé plus qualifiés et motivés, en particulier des sages-femmes, sont nécessaires, ainsi que des médicaments et des fournitures essentiels, de l’eau potable et une électricité fiable. Le rapport souligne que les interventions doivent cibler en particulier les femmes les plus pauvres et celles en situation de vulnérabilité qui sont les plus susceptibles de ne pas bénéficier de soins vitauxnotamment par une meilleure planification et des investissements.

L’amélioration de la santé maternelle et néonatale nécessite en outre de s’attaquer aux normes, préjugés et inégalités sexistes néfastes. Des données récentes montrent que seulement 60 % environ des femmes âgées de 15 à 49 ans prennent leurs propres décisions concernant la santé et les droits sexuels et reproductifs.

Sur la base des tendances actuelles, plus de 60 pays ne sont pas prêts à atteindre les objectifs de réduction de la mortalité maternelle, néonatale et mortinée fixés par l’ONU Objectifs de développement durable d’ici 2030.

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

Conférence internationale sur l’adaptation aux changements climatiques

Après la catastrophe de 2021, notre pays et les pays voisins ont de nouveau...

Lutter contre le cancer à l’échelle nanométrique

Lorsque Paula Hammond est arrivée sur le campus du MIT en tant qu'étudiante de...

Dette de l’Etat fédéral à fin mars 2024

Communiqué de presse de l'Agence fédérale de la Dette:   A la fin mars 2024, la...

Invitation de presse: présentation du Centre d’analyse des risques climatiques et environnementaux

La création du nouveau centre belge d’analyse des risques climatiques et environnementaux vise à...

autres articles

Conférence internationale sur l’adaptation aux changements climatiques

Après la catastrophe de 2021, notre pays et les pays voisins ont de nouveau...

Lutter contre le cancer à l’échelle nanométrique

Lorsque Paula Hammond est arrivée sur le campus du MIT en tant qu'étudiante de...

Dette de l’Etat fédéral à fin mars 2024

Communiqué de presse de l'Agence fédérale de la Dette:   A la fin mars 2024, la...