4.5 C
Bruxelles
lundi, mars 4, 2024
AccueilFrançaisACTUALITELa Chine affine sa diplomatie du Sud global – europeantimes.news

La Chine affine sa diplomatie du Sud global – europeantimes.news

Publié le


Le rôle de médiateur de la Chine dans l’accord Iran-Arabie saoudite signale un passage plus large du guerrier loup à une diplomatie plus constructive

L’accord de l’Iran et de l’Arabie saoudite pour reprendre les relations diplomatiques après des années d’affrontements en a surpris plus d’un, notamment en raison du rôle de médiateur chinois entre les parties, laissant les États-Unis sur la touche.

L’accord a été décrit par certains comme une réalisation révolutionnaire qui changera toute l’architecture géopolitique au Moyen-Orient, avec des ramifications sur la position des États-Unis dans la région.

En fait, l’accord n’a pas transformé l’Iran et l’Arabie saoudite d’ennemis en amis, ni changé l’approche multiforme des pays du Moyen-Orient.

De plus, la diplomatie active de la Chine n’aurait pas dû surprendre ; au contraire, cela a marqué un autre pas en avant du «guerrier loup» vers une diplomatie plus constructive, non seulement en ce qui concerne le Moyen-Orient mais à l’échelle mondiale.

Pour être réaliste, la Chine n’essaie pas de remplacer les États-Unis en tant que courtier de la paix mondiale, mais elle est tout à fait capable d’identifier des opportunités mondiales pour étendre son influence et profiter des fruits du travail effectué par d’autres.

En outre, toute promotion de la stabilité est cruciale pour l’économie chinoise – et tout aussi importante est d’améliorer son image mondiale.

Par exemple, la Chine a récemment présenté un « plan de paix » pour mettre fin à la guerre en Ukraine. Bien qu’il s’agisse principalement d’un écran de fumée pour légitimer la visite de Xi Jinping à Moscou, il convient de prêter attention aux efforts de la Chine pour se présenter comme une puissance équilibrée et responsable.

Un autre exemple est la proposition chinoise de servir de médiateur entre Israël et les Palestiniens, en recyclant de vieux principes que d’autres pays ont déjà essayés sans succès.

L’activisme diplomatique renouvelé de Pékin vise à façonner un nouveau récit diplomatique du rôle mondial de la Chine, principalement axé sur les pays du Sud.

Les premiers signes de cet activisme diplomatique ont pu être trouvés lors du 20e Congrès national du Parti communiste chinois en octobre dernier. Les changements apportés au parti et à ses organes visaient à créer une séparation plus nette entre l’appareil de défense et le cercle diplomatique.

Les nominations faites en mars de cette année au cadre diplomatique chinois ont montré l’accent mis par Xi sur les relations avec les États-Unis et le développement économique.

Qin Gang, le nouveau ministre des affaires étrangères et ancien ambassadeur aux États-Unis, a été promu au rang de conseiller d’État. Qin et son prédécesseur immédiat Wang Yi, également conseiller d’État, ont une vaste expérience des affaires américaines et détiennent tous deux plus de pouvoir au sein du parti que les prédécesseurs de Wang.

En revanche, Zhao Lijian, qui, en tant que porte-parole du ministère des Affaires étrangères, avait incarné une diplomatie de guerrier loup plus conflictuelle, a été rétrogradé en janvier à un poste de supervision des affaires maritimes.

Depuis mars, les deux diplomates de haut rang ont intensifié leurs efforts pour concrétiser une vision diplomatique actualisée avancée par le président Xi dans trois documents fondamentaux : l’Initiative de civilisation mondiale, l’Initiative de sécurité mondiale et l’Initiative de développement mondial.

Tous trois soulignent l’importance de la coopération et du développement mondiaux dans le respect de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de tous les pays.

Bien que les trois initiatives s’alignent sur les objectifs de développement durable des Nations Unies, de nombreux pays occidentaux restent sceptiques quant aux véritables intentions de la Chine ou à sa capacité à les réaliser. Dans les pays du Sud, cependant, les pays qui ne sont pas disposés à choisir leur camp dans la compétition des grandes puissances mais qui ont besoin d’un soutien financier sont beaucoup plus réceptifs.

Bien que les pays du Sud soient conscients de la complexité de l’engagement avec la Chine, ils sont davantage préoccupés par la résolution de leurs problèmes économiques immédiats. La Chine peut leur offrir des solutions sans conditions préalables – des capitaux pour des projets d’infrastructure et des investissements dans les secteurs de la fabrication et des services.

Au Moyen-Orient, la médiation symbolique entre l’Iran et l’Arabie saoudite est un signe de l’influence croissante de la Chine dans la région au cours de la dernière décennie. Le mois dernier, il a été signalé que la Chine avait repris la construction d’une base militaire aux Émirats arabes unis. Plus tôt cette année, la Chine a conclu plusieurs accords et accords avec l’Arabie saoudite, dont 50 milliards de dollars d’investissements.

Cette tendance est également très évidente en Asie du Sud, la Chine ayant déjà fortement investi au Sri Lanka et au Pakistan tout en étendant sa portée au Népal et au Bangladesh.

Dans le cas du Bangladesh, la Chine reconnaît l’importance géostratégique et les perspectives brillantes que l’économie en croissance peut offrir, mais fait face à une forte concurrence de l’Inde et du Japon. Le Premier ministre du Bangladesh équilibre judicieusement ces pouvoirs pour promouvoir une coopération gagnant-gagnant.

Ce que nous voyons dans ces deux régions se joue dans l’ensemble du Sud global et démontre que la nouvelle diplomatie active de la Chine axée sur la coopération plutôt que sur la division s’avère très attrayante.

Dans ce contexte, les désaccords publics entre les États-Unis et les pays du Sud (Arabie saoudite, Pakistan et Bangladesh, pour n’en citer que quelques-uns) sont utilisés efficacement par la Chine pour étendre son influence.

Si les États-Unis souhaitent contrer cette tendance, ils devraient adopter une approche plus constructive et gérer les désaccords à huis clos. Sinon, les États-Unis se retrouveront également pris au dépourvu dans les développements futurs.

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

Comment réussir à présenter votre chien à d’autres animaux de compagnie

Animaux domestiques peut apporter tellement de joie dans nos vies, mais présenter un nouvel...

Comment les artistes et les designers peuvent adopter les images générées par l’IA dans leur travail

La créativité à l’ère numérique a pris un tournant révolutionnaire avec l’avènement des images...

La nouvelle église de Scientologie illumine l’horizon de Mexico

KingNewswire.com – Le 1er mars 2024 a eu lieu l'inauguration de l'Église idéale de...

Les députés améliorent la protection européenne des produits agricoles de qualité

Le Parlement a donné son feu vert définitif à la réforme des règles de...

autres articles

Comment réussir à présenter votre chien à d’autres animaux de compagnie

Animaux domestiques peut apporter tellement de joie dans nos vies, mais présenter un nouvel...

Comment les artistes et les designers peuvent adopter les images générées par l’IA dans leur travail

La créativité à l’ère numérique a pris un tournant révolutionnaire avec l’avènement des images...

La nouvelle église de Scientologie illumine l’horizon de Mexico

KingNewswire.com – Le 1er mars 2024 a eu lieu l'inauguration de l'Église idéale de...