13.9 C
Bruxelles
samedi, juin 22, 2024
AccueilFrançaisACTUALITEDes experts des droits de l'homme alarmés par l'utilisation par les talibans...

Des experts des droits de l’homme alarmés par l’utilisation par les talibans de sanctions « brutales »

Publié le


L’appel urgent des dix rapporteurs spéciaux et membres du Groupe de travail sur la discrimination à l’égard des femmes et des filles est venu en réponse à une annonce de la Cour suprême nommée par les talibans en faveur de sanctions telles que lapidation, flagellation et enterrement de personnes sous un mur.

Les femmes les plus vulnérables

Le chef adjoint de facto du tribunal a annoncé le 4 mai avoir condamné 175 personnes à des peines de « châtiment en nature » et 37 à la lapidation. Des dizaines d’autres ont été condamnés à des « crimes contre Dieu » tels que des coups de fouet, selon le communiqué de presse.

Les experts, dont le Rapporteur spécial sur l’Afghanistan Richard Bennett, ont noté que « les femmes sont plus susceptibles d’être condamnées à mort par lapidation, en raison de la discrimination et des stéréotypes profondément enracinés à leur encontre… tenus par le système judiciaire exclusivement masculin ».

Cruel, inhumain, dégradant

Ils ont déclaré que la lapidation ou l’enterrement vivant sous un mur constituaient des actes de torture ou d’autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants. « Ces châtiments cruels sont contraires au droit international.

Selon un récent rapport de la Mission d’assistance des Nations Unies dans le pays, MANUA274 hommes, 58 femmes et deux garçons ont été publiquement fouettés et une exécution sanctionnée par la justice a eu lieu au cours des six derniers mois seulement.

Les deux Pacte international relatif aux droits civils et politiques et le Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, auxquels l’Afghanistan est un État partie, interdisent la torture et autres peines cruelles, inhumaines ou dégradantes.

Discrimination interdite

L’Afghanistan est également un État partie à la Convention sur la Élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmesqui proscrit la discrimination à l’égard des femmes ainsi que « les préjugés et les coutumes et toutes autres pratiques fondées sur l’idée de l’infériorité ou de la supériorité de l’un ou l’autre des sexes ou sur des rôles stéréotypés pour les hommes et les femmes ».

Les experts ont exprimé de sérieuses inquiétudes quant à l’équité des procès précédant les châtiments corporels et les condamnations à mort.

« Nous exhortons les autorités de facto à établir immédiatement un moratoire sur la peine de mort et toutes les formes de châtiments corporels », y compris la flagellation et l’amputation, « chacune constituant une torture ou une autre forme de châtiment cruel et inhumain », ont déclaré les experts.

Rapporteurs spéciaux et autres Nations Unies Experts des droits de l’homme nommés par le Conseil des droits de l’hommetravaillent sur une base volontaire et non rémunérée, ne font pas partie du personnel des Nations Unies et travaillent indépendamment de tout gouvernement ou organisation.

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

Transfert de membres du personnel de Fedasil au SPF Intérieur – Deuxième lecture

Lors du conclave budgétaire du 13 octobre 2023, il a été décidé de transférer...

Journée mondiale des lanceurs d’alerte : le Médiateur fédéral et l’Institut fédéral des droits humains informent les lanceurs d’alerte.

Dans le secteur privé, le Médiateur fédéral examine et coordonne le traitement des signalements...

La Belgique interdit l’exportation de carburants toxiques

La situation belge était devenue préoccupante depuis avril 2023, date à laquelle les producteurs...

La Douane saisit 56,44 kg de cocaïne

Le 18 juin, la Douane a saisi 56,44 kg de cocaïne dans le compartiment...

autres articles

Transfert de membres du personnel de Fedasil au SPF Intérieur – Deuxième lecture

Lors du conclave budgétaire du 13 octobre 2023, il a été décidé de transférer...

Journée mondiale des lanceurs d’alerte : le Médiateur fédéral et l’Institut fédéral des droits humains informent les lanceurs d’alerte.

Dans le secteur privé, le Médiateur fédéral examine et coordonne le traitement des signalements...

La Belgique interdit l’exportation de carburants toxiques

La situation belge était devenue préoccupante depuis avril 2023, date à laquelle les producteurs...