11.6 C
Bruxelles
samedi, avril 13, 2024
AccueilFrançaisACTUALITELes violations au Soudan à l'honneur au Conseil des droits de l'homme...

Les violations au Soudan à l’honneur au Conseil des droits de l’homme de l’ONU

Publié le


Cette évolution intervient après plus de trois semaines de combats entre les Forces armées soudanaises (SAF) fidèles au général Abdel Fattah Al Burhan et les Forces de soutien rapide (RSF) dirigées par Mohamed Hamdan Dagalo.

Le chef des droits de l’ONU, Volker Türk, a ouvert la réunion condamner le la « violence gratuite » qui a entraîné plus de faim, de privations et de déplacements sur le peuple soudanais, tandis que les deux parties «bafoué le droit international humanitaire”.

D’une « lueur d’espoir » à une catastrophe humanitaire

M. Türk a rappelé au Conseil qu’en 2019, le Soudan était apparu comme une « lueur d’espoir » après que des manifestations populaires avec des femmes et des jeunes « en première ligne » ont renversé la dictature d’Omar al-Bashir, qui durait depuis trois décennies. Il a parlé de sa visite dans le pays il y a six mois – sa première mission en tant que chef des droits de l’ONU – lorsqu’un la transition vers un régime civil était à l’horizon.

Rappelant ses rencontres à l’époque avec les deux généraux rivaux, le chef des droits de l’ONU a déclaré que son message avait été d’insister sur la responsabilité et les droits de l’homme comme essentiels à tout futur accord.

« Aujourd’hui, d’immenses dégâts ont été causés, détruisant les espoirs et les droits de millions de personnes », a déclaré M. Türk.

À ce jour, plus de 600 personnes ont été tuées dans les combats, plus de 150 000 ont fui le Soudan, et plus de 700 000 sont devenus des déplacés internes. Des niveaux records de faim sont attendu dans le pays dans les mois à venir.

Appel urgent à la paix

Le chef des droits de l’homme de l’ONU a souligné le besoin désespéré d’une trêve humanitaire et de la fin des violations des droits de l’homme.

Tout en notant que malgré des efforts diplomatiques « intenses » de la part d’acteurs tels que l’Union africaine, l’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD), la Ligue des États arabes et les Nations Uniesles dirigeants des SAF et des RSF ne se sont pas mis d’accord pour discuter de la fin des hostilités, le Haut-Commissaire a appelé les parties au conflit à «s’engager d’urgence dans un processus politique inclusif et à une paix négociée ».

Le Conseil devait se prononcer sur une résolution Jeudi faisant écho à cet appel et réclamant un suivi « détaillé » des droits de la situation dans le pays.

« Souffrances immenses », violations des droits

Se référant à un déclaration publié jeudi par un groupe d’experts indépendants des droits de l’homme nommés par l’ONU, Tlaleng Mofokeng, président du Comité de coordination des procédures spéciales et Rapporteur spécial sur le droit à la santéa souligné les « immenses souffrances » endurées par le peuple soudanais.

Les experts ont déploré les atteintes aux droits humains subies par les « civils de tous âges », notamment les agressions sexuelles et les violences sexistes, ainsi que les pénuries de nourriture, d’eau et de soins de santé. Les experts se sont alarmés de la bombardement d’un abri pour les filles handicapées à Khartoum, ainsi que d’autres attaques contre les soins de santé, les travailleurs humanitaires et les défenseurs des droits humains.

Mme Mofokeng a appelé les parties au conflit à s’engager à assurer la sécurité des civils et des infrastructures civiles, telles que les écoles et les hôpitaux.

Des experts indépendants en matière de droits nommés par le Haut-Commissaire conformément à Conseil des droits de l’homme résolutions, ne font pas partie du personnel de l’ONU et ne sont pas rémunérés pour leur travail.

Absence de consentement

Le représentant permanent du Soudan auprès de l’ONU à Genève, Hassan Hamid Hassan, a remis en question la décision de tenir la session d’urgence quelques semaines seulement avant la session ordinaire du Conseil en juin.

M. Hassan a en outre souligné que la tenue de la session extraordinaire n’avait reçu le soutien d’aucun Etat africain ou arabe.

Diversité des points de vue

Quelque 70 pays, membres et observateurs du Conseil des droits de l’homme, ainsi que des ONG, ont pris la parole au cours de la réunion d’une journée. Leurs voix ont présenté une diversité d’opinions sur la nécessité de la Session extraordinaire et sur l’étendue et la portée de l’implication de la communauté internationale dans la crise au Soudan.

Représentant le Royaume-Uni, l’un des principaux sponsors de la session, Andrew Mitchell, ministre d’État chargé du développement et de l’Afrique, a insisté sur la nécessité de concrétiser la « vision » de l’ancien secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan, pour le Conseil des droits de l’homme lors de sa création en 2006. , comme un corps qui pourrait réagir rapidement aux urgences en matière de droits de l’homme tel que celui à portée de main.

La Session extraordinaire a également été soutenue par l’Union européenne et les États-Unis.

Au nom du groupe des États arabes, le représentant permanent du Liban auprès de l’ONU à Genève, Salim Baddoura, a déclaré que le groupe saluait toutes les initiatives internationales et régionales visant à mettre fin au conflit, la dernière étant la pourparlers à Djeddah sous les auspices des États-Unis et de l’Arabie saoudite.

Il a souligné que le Soudan, en tant que pays touché, avait le droit que son point de vue soit pris en compte avant la création de tout nouveau mécanisme ou la prorogation des mandats existants.

S’exprimant au nom du groupe des États d’Afrique, le Représentant permanent adjoint de la Côte d’Ivoire auprès de l’ONU à Genève, Allou Lambert Yao, a également exprimé son soutien à «Des solutions africaines aux problèmes africains», saluant les efforts de médiation de l’IGAD sous les auspices de l’Union africaine.

Le représentant du Pakistan, Khalil Hashmi, a présenté un autre point de vue critique sur la session, affirmant qu’il risquait une duplication inutile du travail comme le Conseil de sécurité était déjà saisi de la situation politique au Soudan et que les efforts de médiation doivent désormais avoir « la primauté ».

Surveillance renforcée des droits de l’homme

Le résolution devant le Conseil jeudi a appelé à une cessation immédiate des hostilités « sans conditions préalables » et à un réengagement de toutes les parties à revenir à une transition vers un gouvernement dirigé par des civils. La résolution a également souligné le besoin urgent de protéger les civils et les travailleurs humanitaires, ainsi que de faire en sorte que les auteurs de violations des droits de l’homme rendent des comptes.

L’un des effets concrets de la résolution est d’élargir le mandat de l’Expert indépendant sur la situation des droits de l’homme au Soudan, désigné en décembre de l’année dernière, pour y inclure également « un suivi et une documentation détaillés […] de toutes les allégations de violations et d’atteintes aux droits humains depuis le 25 octobre 2021 », lorsque l’armée soudanaise dirigée par le général al-Burhan a pris le pouvoir lors d’un coup d’État.

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

Pérenniser votre entreprise : le rôle de l’IA dans les services cloud

Imaginez votre entreprise comme une machine bien huilée, s’adaptant continuellement aux changements du marché...

La Régie des Bâtiments restaure la façade arrière du bâtiment du Conseil d’État à Bruxelles

Le siège du Conseil d’État se trouve depuis 1948 dans le quartier européen à...

Rendre à la nature plus que ce que nous prenons

Rassemblant des orateurs inspirants et des participants de divers États membres et institutions de...

Décharge : les députés approuvent le budget de l’UE pour 2022

Le Parlement européen a accordé jeudi la décharge à la Commission, à toutes les...

autres articles

Pérenniser votre entreprise : le rôle de l’IA dans les services cloud

Imaginez votre entreprise comme une machine bien huilée, s’adaptant continuellement aux changements du marché...

La Régie des Bâtiments restaure la façade arrière du bâtiment du Conseil d’État à Bruxelles

Le siège du Conseil d’État se trouve depuis 1948 dans le quartier européen à...

Rendre à la nature plus que ce que nous prenons

Rassemblant des orateurs inspirants et des participants de divers États membres et institutions de...