4.2 C
Bruxelles
mercredi, avril 24, 2024
AccueilFrançaisACTUALITECrise migratoire dans les Amériques - Nouvelles restrictions sur les migrants et...

Crise migratoire dans les Amériques – Nouvelles restrictions sur les migrants et les réfugiés

Publié le


La levée par les États-Unis d’une mesure pandémique COVID-19, connue sous le nom de Titre 42, a entraîné de nouvelles restrictions sur les migrants et les réfugiés. Inquiètes, les agences des Nations Unies ont appelé à une large action multilatérale pour régulariser les déplacements à travers le continent.

L’agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a lancé un appel en faveur d’une approche plus collaborative afin de mieux répondre à l’impact anticipé des changements sur la frontière sud des États-Unis.

« Le les défis auxquels sont confrontées les Amériques exigent une coopération ambitieuse, innovante et fondée sur des principes entre toutes les parties prenantes », ont déclaré les agences.

Un tel plan doit être fondé sur le droit international et une véritable solidarité pour faire progresser la protection et les solutions pour les réfugiés et les migrants, et s’aligner sur le cadre défini par le Pacte mondial sur les réfugiés, Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulièresainsi que la Déclaration de Los Angeles sur la migration et la protection.

Nouvelles restrictions américaines

Se félicitant des initiatives positives visant à étendre la réinstallation et d’autres voies régulières dans la région, les agences restent préoccupés par les nouvelles restrictions à l’accès à l’asile suite à la levée « attendue depuis longtemps » de l’ordonnance de santé publique du titre 42 par les États-Unis.

Depuis le début de la pandémie en 2020, Titre 42 a été utilisé par les agents de l’immigration américains quelque 2,5 millions de fois à la frontière sud, pour expulser des personnes vers le Mexique ou leur pays d’origine, sans évaluer les risques auxquels ils étaient confrontés à la suite d’un retour.

Les obstacles empêchant les personnes d’exercer le droit humain fondamental de demander l’asile sont inacceptables et contraires aux obligations internationales des États, ont-ils déclaré, ajoutant que la nouvelle règle du gouvernement américain qui restreint l’accès des demandeurs d’asile qui arrivent de manière irrégulière après avoir transité par un autre pays est incompatible avec les principes du droit international des réfugiés.

Alors que le nombre de personnes s’approchant de la frontière américaine a augmenté ces dernières années, les agences ont déclaré que la majorité des personnes en déplacement dans le Amériques sont toujours hébergés par des pays d’Amérique latine.

© HCR/Nicolo Filippo Rosso – Les demandeurs d’asile reçoivent un abri et un soutien vitaux le long de la frontière sud des États-Unis.

Approche multi-pays

« Les défis posés par le mouvement des réfugiés et des migrants ne peuvent être résolus par aucun pays isolément », ont-ils déclaré.

« Des progrès réels ne peuvent être réalisés que grâce à des efforts conjoints pour s’attaquer aux causes du déplacement et de la migration irrégulière.

Les agences ont déclaré que davantage pourrait être fait en soutenant les communautés qui accueillent la majorité des personnes déplacées, en fournissant un accès à des procédures d’asile équitables et efficaces et à d’autres arrangements de séjour légal, et faciliter l’accès à des parcours sûrs et réguliers comme alternatives aux voyages périlleux.

Réponse plus efficace

Une réponse plus efficace appelle un engagement collaboratif des États et des autres parties prenantes pour élargir l’accès à la protection et à l’asile et aux voies régulières de migration, tout en renforçant les solutions, ont déclaré les agences.

L’expansion dirigée par les États-Unis de la réinstallation des réfugiés et d’autres itinéraires réguliers est une étape bienvenue qui peut présenter de véritables alternatives pour les personnes désespérées qui risquent leur vie pour trouver la sécurité et des solutions, ont-ils déclaré.

Un accès facilité et élargi aux programmes de réinstallation, de regroupement familial, de libération conditionnelle humanitaire et de mobilité de la main-d’œuvre peut sauver des vies et protéger les personnes contre la contrebande, la traite et d’autres formes de violenceils ont dit.

HCR et l’OIM sont prêt à redoubler d’efforts de travailler avec tous les pays et les mécanismes régionaux existants pour en faire une réalité, ont déclaré les agences.

Cependant, l’expansion de la réinstallation et d’autres voies régulières ne peut remplacer la responsabilité des États de fournir aux personnes l’accès au territoire et aux procédures d’asile, ont-ils insisté.

Tout accord de retour entre États, y compris de demandeurs d’asile vers un pays tiers, doit respecter dans la pratique les principe de non-refoulementl’interdiction du retour forcé de personnes dans des situations où leur vie et leur sécurité sont en danger, ont-ils souligné.

Lien source

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

Expulsions vers le Rwanda : tollé après l’adoption de la loi britannique

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak a salué l'adoption, dans la nuit du lundi...

Le premier médicament qui ralentit la maladie d’Alzheimer existe déjà, mais pourquoi les médecins sont sceptiques ?

Neuf mois après son introduction aux États-Unis, le médicament contre la maladie d'Alzheimer d'Eisai...

La Régie des Bâtiments investit dans des laboratoires de l’Institut national de Criminalistique et de Criminologie

Étant donné la vétusté du complexe, la Régie des Bâtiments prévoit une nouvelle construction...

Les nouvelles règles budgétaires de l’UE approuvées par les députés | Nouvelles

Les nouvelles règles, approuvées mardi, ont été provisoirement convenu entre le Parlement européen et...

autres articles

Expulsions vers le Rwanda : tollé après l’adoption de la loi britannique

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak a salué l'adoption, dans la nuit du lundi...

Le premier médicament qui ralentit la maladie d’Alzheimer existe déjà, mais pourquoi les médecins sont sceptiques ?

Neuf mois après son introduction aux États-Unis, le médicament contre la maladie d'Alzheimer d'Eisai...

La Régie des Bâtiments investit dans des laboratoires de l’Institut national de Criminalistique et de Criminologie

Étant donné la vétusté du complexe, la Régie des Bâtiments prévoit une nouvelle construction...