29.2 C
Bruxelles
vendredi, juillet 19, 2024
AccueilFrançaisACTUALITELes élections en Turquie marquées par des règles du jeu inégales mais...

Les élections en Turquie marquées par des règles du jeu inégales mais toujours compétitives, selon des observateurs internationaux

Publié le


Caractérisées par une forte participation, les élections en Turquie ont été bien gérées et ont offert aux électeurs le choix entre de véritables alternatives politiques, mais avec un avantage injustifié pour les politiciens au pouvoir.

ANKARA, 15 mai 2023, Les restrictions continues des libertés fondamentales de réunion, d’association et d’expression ont entravé la participation de certains politiciens et partis d’opposition, ainsi que de la société civile et des médias indépendants, ont déclaré aujourd’hui des observateurs internationaux dans un communiqué.

La mission d’observation conjointe du Bureau des institutions démocratiques et des droits de l’homme (BIDDH) de l’OSCE, de l’Assemblée parlementaire de l’OSCE (AP OSCE) et de l’Assemblée parlementaire du Conseil des L’Europe  (APCE) a constaté que le cadre juridique ne fournit pas pleinement une base pour la tenue d’élections démocratiques.

« Il s’agissait d’élections compétitives mais toujours limitées, car la criminalisation de certaines forces politiques, y compris la détention de plusieurs politiciens de l’opposition, a empêché le plein pluralisme politique et entravé les droits des individus à se présenter aux élections », a déclaré Michael Georg Link, coordinateur spécial. et chef de la mission d’observation à court terme de l’OSCE. « L’ingérence politique dans le processus électoral n’est pas conforme aux engagements internationaux de la Turquie. »

Près de 61 millions d’électeurs se sont inscrits pour voter dans le pays ainsi que 3,5 millions à l’étranger, lors d’une élection qui s’est déroulée dans le contexte des tremblements de terre dévastateurs de cette année. Certaines mesures limitées ont été prises par les autorités pour permettre aux personnes touchées par les tremblements de terre de participer aux élections, mais malgré ces efforts et des efforts supplémentaires de la société civile et des partis politiques, un grand nombre de ces électeurs ont rencontré des difficultés pour voter.

« La démocratie turque se révèle incroyablement résiliente. Cette élection a connu une forte participation et a offert un vrai choix. Cependant, la Turquie ne respecte pas les principes de base pour la tenue d’élections démocratiques », a déclaré Frank Schwabe, chef de la délégation de l’APCE. « Des personnalités politiques et sociales importantes sont en prison même après les arrêts de la Cour européenne des droits de l’homme, la liberté des médias est sévèrement restreinte et il règne un climat d’autocensure. La Turquie est loin de créer des conditions de campagne électorale équitables.

L’administration électorale a organisé les élections de manière efficace et jouissait généralement de la confiance, bien qu’il y ait eu un manque de transparence et de communication dans son travail, ainsi que des inquiétudes quant à son indépendance. Le jour du scrutin s’est déroulé dans l’ensemble calme et sans heurts, malgré un certain nombre d’incidents dans et autour des bureaux de vote. Bien que le processus ait été généralement bien organisé, des garanties importantes, en particulier lors du dépouillement, n’ont pas toujours été mises en œuvre. Le vote familial et collectif était fréquent, tandis que l’aménagement de la moitié des bureaux de vote observés les rendait inaccessibles aux personnes handicapées.

La campagne était en grande partie pacifique et compétitive, mais très polarisée et souvent de ton négatif et incendiaire. Un certain nombre de poursuites ainsi que des pressions sur les politiciens et les partis d’opposition, y compris les procédures en cours pour dissoudre le deuxième parti d’opposition, ont entravé leur participation aux élections. Alors que la constitution garantit l’égalité des femmes et des hommes, les femmes restent sous-représentées dans les postes de direction et généralement dans la vie politique, et des efforts accrus sont nécessaires de la part des autorités et des partis politiques dans ce domaine.

« Malgré l’opportunité prometteuse de choix présentée lors de ces élections, les citoyens ont dû relever des défis importants pour exercer leur droit de vote, et malheureusement, les femmes étaient sous-représentées en tant que candidates », a déclaré Farah Karimi, chef de la délégation de l’AP OSCE. « Des centaines de milliers d’individus, des personnes touchées par les tremblements de terre et particulièrement des étudiants, ont dû faire des efforts supplémentaires importants pour exercer leur droit de vote.

L’utilisation abusive des ressources publiques dans certains cas ainsi que les annonces d’importants programmes de prestations sociales ont procuré un avantage indu au pouvoir et ont brouillé la frontière entre le parti et l’État. Il y a eu de nombreux cas de responsables faisant campagne lors des inaugurations de projets d’infrastructure à grande échelle, tandis que le président actuel a souvent fait campagne dans l’exercice de ses fonctions officielles.

La liberté d’expression et les médias, bien que protégés par la constitution, sont limités par un certain nombre de lois. La récente criminalisation de la diffusion de fausses informations, le fait que les sites Web sont fréquemment bloqués et les contenus en ligne supprimés, ainsi que les arrestations et les poursuites en cours de journalistes ont encore affaibli la liberté d’expression. Pendant la campagne, les partis au pouvoir et leurs candidats ont été clairement favorisés par la majorité des chaînes de télévision nationales, y compris le radiodiffuseur public, malgré son obligation constitutionnelle de rester impartial.

« Les électeurs avaient un véritable choix à faire le jour du scrutin, et le taux de participation élevé était une bonne illustration de l’esprit démocratique du peuple turc », a déclaré l’ambassadeur Jan Petersen, qui dirige la mission d’observation électorale du BIDDH. « Cependant, je regrette de constater que le travail de l’administration électorale manquait de transparence, ainsi que la partialité écrasante des médias publics et les limites à la liberté d’expression. »

L’observation électorale internationale pour les élections générales en Turquie a totalisé 401 observateurs de 40 pays, composés de 264 experts déployés par le BIDDH, d’observateurs à long terme et à court terme, 98 de l’AP OSCE et 39 de l’APCE.

Origine du lien

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

Décision Historique de la Cour Suprême Espagnole : La Victoire Retentissante de la CCHR contre les abus Psychiatriques

La Cour suprême espagnole a rendu une décision historique et sans précédent en faveur...

Adjudication OLO du 22 juillet 2024 : montant à adjuger

L'Agence fédérale de la Dette communique que la fourchette du montant qui sera adjugé...

Les jeunes ambassadeurs s’unissent pour les droits de l’homme, la justice et la paix à l’ONU à New York -europeantimes.news-

KingNewsWire. 52 jeunes représentants de 35 pays, rejoints par plus de 400 responsables...

Déclaration de la présidente von der Leyen lors de la conférence de presse conjointe avec le président Metsola à la suite du vote en...

À la veille d'un sommet européen crucial, la présidente de la Commission européenne, Ursula...

autres articles

Décision Historique de la Cour Suprême Espagnole : La Victoire Retentissante de la CCHR contre les abus Psychiatriques

La Cour suprême espagnole a rendu une décision historique et sans précédent en faveur...

Adjudication OLO du 22 juillet 2024 : montant à adjuger

L'Agence fédérale de la Dette communique que la fourchette du montant qui sera adjugé...

Les jeunes ambassadeurs s’unissent pour les droits de l’homme, la justice et la paix à l’ONU à New York -europeantimes.news-

KingNewsWire. 52 jeunes représentants de 35 pays, rejoints par plus de 400 responsables...