24.7 C
Bruxelles
lundi, juillet 15, 2024
AccueilFrançaisACTUALITETadjikistan, Libération du Témoin de Jéhovah Shamil Khakimov, 72 ans, après quatre...

Tadjikistan, Libération du Témoin de Jéhovah Shamil Khakimov, 72 ans, après quatre ans de prison

Publié le


Ce matin, mardi 16 mai, le Témoin de Jéhovah Shamil Khakimov, 72 ans, a été libéré de prison au Tadjikistan après avoir purgé la totalité de sa peine de quatre ans. Il avait été emprisonné sous de fausses accusations d’« incitation à la haine religieuse ». En réalité, partager sa foi avec les autres.

Sa libération fait suite à une visite officielle au Tadjikistan de la Rapporteuse spéciale des Nations Unies sur la liberté de religion ou de conviction, Nazila Ghanea, le mois dernier.

La persécution et la condamnation de Shamil Khakimov à la prison

Shamil Khakimov est veuf et retraité. Il est né dans le petit village de Koktush, dans le district de Rudaki, au Tadjikistan. En 1976, il s’est marié et a déménagé dans la capitale Douchanbé, où pendant 38 ans il a travaillé pour OJSC Tajiktelecom en tant qu’ingénieur de lignes de câbles. Khakimov avait deux enfants, un fils et une fille. En 1989, alors que son fils avait 12 ans et sa fille 7 ans, sa femme est décédée d’un cancer. Il a pris soin de ses enfants et ne s’est jamais remarié. Il est devenu Témoin de Jéhovah en 1994.

Le 4 juin 2009, seize Témoins de Jéhovah se sont réunis pacifiquement dans un appartement privé à Khujand pour lire et discuter de la Bible. Onze fonctionnaires, dont des agents du Comité d’État sur la sécurité nationale, ont fait irruption dans l’appartement, l’ont fouillé ainsi que les participants au rassemblement, ont saisi leurs Bibles et d’autres publications religieuses. Plusieurs Témoins de Jéhovah ont ensuite été amenés au siège du Comité d’État sur la sécurité nationale, où ils ont été interrogés pendant six heures. A une date non précisée, une affaire pénale a été ouverte contre eux.

L’affaire a été classée en octobre 2009 après la réunion annuelle de l’OSCE sur la mise en œuvre de la dimension humaine à Varsovie, au cours de laquelle son emprisonnement a été rendu public. Cependant, le procureur a rouvert l’affaire pénale plus tard sur d’autres chefs d’accusation.

En septembre 2019, le tribunal municipal de Khujand a condamné Khakimov à sept ans et demi de prison. Le tribunal a également imposé une interdiction de trois ans de ses activités religieuses après avoir purgé sa peine. Il a perdu un appel le 9 octobre 2019.

En mars 2021, la peine initiale de 7,5 ans de Khakimov a été réduite de deux ans, trois mois et dix jours. Il a été informé par lettre que sa peine avait été commuée en raison de la loi d’amnistie du Tadjikistan.

En septembre 2021, sa peine a été réduite d’un an.

En septembre 2021, alors qu’il était en prison, son fils décède d’une crise cardiaque. Il n’a pas été autorisé à assister à ses funérailles.

En octobre 2021, il a été signalé que la santé de Khakimov s’était considérablement détériorée.

État de santé

Depuis 2007, il souffrait de graves problèmes circulatoires aux membres inférieurs, qui ont nécessité une intervention chirurgicale. Son état s’est aggravé en 2017, nécessitant une intervention chirurgicale supplémentaire, qui a été réalisée cette année-là. En raison d’une mauvaise circulation vasculaire, ses plaies chirurgicales n’ont pas cicatrisé. Il avait un ulcère de jambe ouvert lorsqu’il a été arrêté le 26 février 2019, puis placé en détention provisoire. Malgré son état de santé, l’ordre de détention a été prolongé à 3 reprises, pour une durée totale de 6 mois et 13 jours.

En détention, Khakimov souffrait également d’une maladie cardiaque, d’athérosclérose des jambes, de varices et de gangrène à un stade précoce du pied gauche. Il a également perdu la vision de son œil droit et il pouvait à peine voir de son œil gauche en raison d’un glaucome progressif. Le 31 octobre 2022, il a reçu un certificat attestant qu’il était désormais identifié comme ayant un handicap du groupe deux.

Tollé international

La communauté internationale a été très active dans le cas de Khakimov :

USCIRF (Commission des États-Unis sur la liberté religieuse internationale) a publié de nombreux communiqués de presse (par exemple, lien) et l’a adopté comme victime FoRB (lien), voir aussi Twitter (lien)

IRFBA (Fiona Bruce), présidente de l’International Religious Freedom or Belief Alliance, a écrit au président Rahmon du Tadjikistan (voir Twitter lien)

Rapporteur spécial des Nations Unies sur la liberté de religion ou de convictionNazila Ghanea a également plaidé en sa faveur (voir lien) ainsi que son prédécesseur Ahmed Shaheed (voir lien)

Ambassadeur itinérant des États-Unis Rashad Hussainvoir lien

le sénateur américain Marco Rubio, voir lien

Comité des droits de l’homme des Nations Unies (CCPR) : Le 19 mars 2021, il a demandé au Tadjikistan « de veiller, sans délai, à ce que [Mr. Khakimov] reçoit un traitement médical adéquat dans un établissement médical spécialisé, conformément à ses besoins en matière de soins de santé, et qu’une alternative à l’emprisonnement est assurée pour [Mr. Khakimov]alors que son affaire est pendante devant la [CCPR].” Cette demande a été réitérée les 18 juin et 13 septembre 2021, sans résultat

Le 8 novembre 2022, Khakimov a déposé une plainte officielle pétition pour sa remise au président du Tadjikistan. La même requête a été déposée auprès du Bureau du Procureur général, du Ministère de la justice, du Ministère des affaires étrangères et du Médiateur.

Le 10 novembre, la Supervision a interjeté appel auprès du Cour suprêmedemandant la réouverture et l’annulation de son dossier, sur la base de l’arrêt de 2022 du Comité des droits de l’homme des Nations Unies (CCPR) qui a déclaré illégale et sans fondement l’interdiction imposée aux Témoins de Jéhovah par le Tadjikistan.

Le 11 novembre, un plainte/appel privé a été déposée contre la décision du tribunal de première instance qui a refusé de libérer Shamil en raison de son mauvais état de santé.

Enregistrement et interdiction des Témoins de Jéhovah

Les Témoins de Jéhovah sont actifs au Tadjikistan depuis plus de 50 ans. En 1994, leur organisation (RAJW) a été enregistrée par le Comité d’État des affaires religieuses de l’époque en vertu de la loi « sur la religion et les organisations religieuses » du 8 décembre 1990 (la « loi de 1990 sur la religion »). Le 15 janvier 1997, le RAJW a été réenregistré avec un statut national en vertu des amendements à la loi de 1990 sur la religion. Le 11 septembre 2002, le Comité d’État aux affaires religieuses a suspendu les activités du RAJW pendant trois mois pour propagande de porte à porte et propagande dans les lieux publics.

Le 11 octobre 2007, le ministère de la Culture a interdit le RAJW, annulé sa charte et déterminé que l’enregistrement du RAJW du 15 janvier 1997 était illégal. Elle a conclu que le RAJW avait violé à plusieurs reprises la législation nationale, y compris la Constitution de Tadjikistan et la loi de 1990 sur la religion, en distribuant des publications religieuses dans les lieux publics et en porte-à-porte.

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

Prix fédéral de lutte contre la pauvreté : les candidatures sont ouvertes !

Créé le 4 juillet 2008 dans le cadre du premier Plan fédéral de lutte...

Émission de nouveaux bons d’État le 16 septembre 2024

Le mercredi 4 septembre 2024, le bon d'État à 1 an de septembre 2023...

Rapport d’allocation et d’impact des OLO vertes pour 2023

L’Agence fédérale de la Dette a le plaisir de présenter le rapport d’allocation et...

Conférence de presse sur la Fête nationale – Mardi 16 juillet 2024

La ministre de l’Intérieur Annelies Verlinden, la ministre de la Défense Ludivine Dedonder et...

autres articles

Prix fédéral de lutte contre la pauvreté : les candidatures sont ouvertes !

Créé le 4 juillet 2008 dans le cadre du premier Plan fédéral de lutte...

Émission de nouveaux bons d’État le 16 septembre 2024

Le mercredi 4 septembre 2024, le bon d'État à 1 an de septembre 2023...

Rapport d’allocation et d’impact des OLO vertes pour 2023

L’Agence fédérale de la Dette a le plaisir de présenter le rapport d’allocation et...