15.3 C
Bruxelles
jeudi, septembre 21, 2023
AccueilFrançaisACTUALITEL'ONU "déterminée" à mettre fin au recul des objectifs de développement, déclare...

L’ONU « déterminée » à mettre fin au recul des objectifs de développement, déclare António Guterres à l’ECOSOC

Publié le


António Guterres s’adressait à la première réunion à enjeux élevés du Conseil économique et social de l’ONU (ECOSOC) Activités opérationnelles pour le segment du développement au siège des Nations Unies à New York, qu’il a décrit comme « une première étape importante » vers une action accélérée pour atteindre les 17 ODD ambitieux, d’ici 2030.

« Faible et insuffisant »

Il a déclaré que parmi les « objectifs fondamentaux » allant dans la mauvaise direction, il y avait celui de réduire la pauvreté et la faim. « Les progrès sur 50% supplémentaires sont faibles et insuffisants », a-t-il ajouté.

Il a décrit une série d’initiatives de l’ONU – de la mesure d’urgence SDG Stimulus à l’augmentation du financement pour les pays dans le besoin, à l’Initiative de la mer Noire pour aider les pays souffrant des effets de la guerre en Ukraine – qui, selon lui, servaient toutes l’objectif plus large de remettre les ODD sur les rails.

M. Guterres a salué l’efficacité des équipes de pays des Nations Unies dans le monde entier, qui dirigent les efforts de l’Organisation en faveur d’un développement durable et inclusif.

« Personne n’aurait pu prévoir, lorsque les réformes du développement ont été mises en place, que les équipes pays seraient confrontées à un environnement mondial aussi difficile.

« Malgré cela, quatre ans plus tard, les réformes ont réussi…Les Coordonnateurs Résidents rassemblent les entités des Nations Unies pour soutenir les priorités des pays pour la mise en œuvre de la Agenda 2030« , il a dit.

« Abîme financier » pour les pays les plus pauvres

Mais en ce qui concerne le financement de l’Agenda, il a déclaré que les investissements étaient insuffisants.

« De nombreux pays en développement ne peuvent tout simplement pas se permettre d’investir dans les ODD car ils sont confrontés à un gouffre financier », a-t-il déclaré.

Le déficit de financement s’élevait à 2,5 billions de dollars avant la pandémie de COVID, mais s’élève désormais à 4,2 billions de dollars, selon l’OCDE.

En faisant comprendre aux États membres la nécessité d’une relance des ODD d’au moins 500 milliards de dollars par an, le chef de l’ONU a également noté que le système des coordonnateurs résidents de l’ONU était « encore chroniquement sous-financé ».

Armes vs développement

Étant donné que l’investissement relativement « infime » de 85 milliards de dollars soutiendrait la stabilité du système de développement des Nations Unies, il a mis cela en contraste avec les plus de 2 000 milliards de dollars par an dépensés pour les budgets militaires.

« Il n’est tout simplement pas crédible de s’engager à soutenir la paix s’ils ne sont pas prêts à investir une infime partie de ce montant dans le développement durable – le meilleur outil de prévention dont nous disposons », a déclaré le chef de l’ONU.

En conclusion, il a déclaré que le Sommet des ODD de septembre « doit être un moment d’unité pour donner un nouvel élan et une action accélérée pour atteindre les ODD », qui débouche sur des progrès concrets et « un engagement clair à refondre l’architecture financière internationale actuelle ».

Cet appel a été repris par la vice-secrétaire générale, Amina Mohammed, qui a déclaré que ce n’était « pas une année ordinaire » pour la bataille pour atteindre les ODD.

« Et ce n’est pas un segment ordinaire des activités opérationnelles de l’ECOSOC. C’est une étape importante dans nos efforts de réforme et un arrêt de bus critique sur notre chemin vers septembre« , elle a ajouté.

Le sauvetage des ODD, « plus important que jamais »

Le vice-président de l’ECOSOC chargé des questions de développement, Albert Chimbindi, a déclaré à la réunion que le segment clé du développement se déroulait « pendant l’une des périodes les plus difficiles de l’histoire« , avec COVID 19 « se fait encore sentir dans le monde entier », au milieu de nouveaux conflits tels que la guerre en Ukraine, qui continue de perturber les marchés de l’énergie, attisant l’insécurité alimentaire et la malnutrition.

« Dans le même temps, la crise climatique et les catastrophes naturelles continuent d’imposer des dommages économiques massifs, générant des crises humanitaires dans de nombreux pays« , il ajouta.

Seule une action collective qui s’attaque aux crises interconnectées sera efficace, a-t-il averti, sous la forme de politiques intégrées et bien conçues « avec des effets multiplicateurs dans et entre les pays ».

« Dans un monde en crise, secourir les Objectifs de développement durable est plus important que jamais», a-t-il poursuivi, ajoutant que pour l’instant, la plupart des 17 buts reculaient.

Les sauver et les dynamiser « doit être notre priorité commune la plus élevée », et le moteur des progrès de l’ensemble du système des Nations Unies pour le développement lors des réunions de l’ECOSOC dans les semaines à venir.

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

Anvers, une ville portuaire dynamique : entre commerce et histoire

Anvers, une ville portuaire dynamique : entre commerce et histoire Située dans le nord de...

Bruxelles, une destination pour tous : Les activités familiales et les parcs à découvrir

Bruxelles, une destination pour tous : Les activités familiales et les parcs à découvrir Bruxelles,...

Rompre le silence sur les chrétiens persécutés

Chrétiens présécutés – L'eurodéputé Bert-Jan Ruissen a organisé une conférence et une exposition au...

Éthiopie – Les massacres se poursuivent et risque de nouvelles atrocités « à grande échelle »

Le dernier rapport sur l’Éthiopie documente les atrocités perpétrées « par toutes les parties...

autres articles

Rompre le silence sur les chrétiens persécutés

Chrétiens présécutés – L'eurodéputé Bert-Jan Ruissen a organisé une conférence et une exposition au...

Éthiopie – Les massacres se poursuivent et risque de nouvelles atrocités « à grande échelle »

Le dernier rapport sur l’Éthiopie documente les atrocités perpétrées « par toutes les parties...

L’interdiction de l’Abaya dans les écoles françaises rouvre un débat controversé sur la laïcité et de profondes divisions

Comme indiqué dans un bulletin d'information de l'ONG basée à Bruxelles Droits de l'homme...