6.1 C
Bruxelles
mardi, avril 16, 2024
AccueilFrançaisACTUALITELa zone de libre-échange africaine pourrait stimuler une croissance durable (chef de...

La zone de libre-échange africaine pourrait stimuler une croissance durable (chef de l’ONU)

Publié le


M. Guterres s’exprimait le dernier jour de l’assemblée annuelle Série de dialogues sur l’Afrique à New York, où l’accent a été mis cette année sur accélération de la mise en œuvre de la zone de libre-échange continentale africaine (AfCFTA) – devrait être le plus grand du monde.

Exploitez le potentiel

Il a déclaré que la pandémie a entraîné des prix élevés des aliments et de l’énergie, aggravés par l’invasion russe de l’Ukraine, exacerbant la pauvreté, les inégalités et l’insécurité alimentaire.

Les gouvernements ont également dû faire face à une hausse des taux d’intérêt, augmentant le potentiel d’endettement, tandis que le changement climatique a provoqué des inondations et des sécheresses meurtrières, contribuant au risque de famine.

« Guidé par le Agenda 2030 pour le développement durable et l’Agenda 2063 de l’Union africaine, nous devons intensifier nos efforts et exploiter tout le potentiel du commerce et de l’industrialisation pour faire progresser une croissance durable et inclusive », a déclaré le chef de l’ONU aux participants.

Des millions pourraient échapper à la pauvreté

Il a déclaré que l’AfCFTA devrait être un moteur de cette croissance.

« Sa mise en œuvre complète pourrait générer gains de revenu pouvant atteindre 9 % d’ici 2035, selon les dernières estimations. Cela permettrait de sortir jusqu’à 50 millions de personnes de l’extrême pauvreté et de réduire les inégalités de revenus », a-t-il ajouté.

Le Secrétaire général a souligné que la réalisation de la promesse de l’AfCFTA exige une action dans quatre domaines critiques, à commencer par l’amélioration de l’accès aux ressources financières et aux investissements.

« Nous avons besoin d’un réforme fondamentale du système financier mondial afin que l’Afrique soit représentée au plus haut niveau », a-t-il déclaré.

Les obstacles qui freinent le commerce intra-africain et les capacités de production doivent également être éliminés, notamment en éliminant les droits de douane, en créant des chaînes d’approvisionnement « fabriquées en Afrique » et en harmonisant les réglementations qui favoriseraient les investissements.

Tirez parti de la technologie

Son troisième point portait sur infrastructures énergétiques et numériquesqui sont vitaux pour que les pays africains renforcent leurs capacités de fabrication et exploitent tout le potentiel de l’innovation et de l’entrepreneuriat.

« Nous devons le faire propulser l’industrialisation de l’Afrique et tirer parti de la technologie pour dépasser les infrastructures obsolètes et se diriger directement vers la quatrième révolution industrielle », a déclaré M. Guterres.

Le continent est également doté de ressources qui pourraient en faire un leader de l’énergie propre, a-t-il ajouté, et le secteur pourrait générer plus de six millions d’emplois au milieu du siècle. Pourtant, l’Afrique n’a reçu que 2 % des investissements mondiaux dans les énergies renouvelables au cours de la dernière décennie.

Investir dans les gens

Son dernier point a souligné l’investissement dans le « capital humain », avec l’Afrique population dynamique, jeune et innovante représentant à la fois une main-d’œuvre dynamique et un marché massif.

« Créer des emplois décents, surtout pour les femmeset la promotion de l’éducation, de la formation et de l’apprentissage tout au long de la vie est le meilleur moyen de garantir que les Africains contribuent pleinement à la révolution numérique et à la croissance durable du continent », a-t-il déclaré.

Conversation annuelle

La série de dialogues africains rassemble des décideurs politiques, des experts, des universitaires, des représentants de la société civile, des jeunes et d’autres parties prenantes pour examiner les défis et les opportunités qui ont un impact sur le continent.

Il est organisé par le Bureau des Nations Unies Conseiller spécial sur l’Afrique (OSAA) et partenaires.

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

Dette de l’Etat fédéral à fin mars 2024

Communiqué de presse de l'Agence fédérale de la Dette:   A la fin mars 2024, la...

Invitation de presse: présentation du Centre d’analyse des risques climatiques et environnementaux

La création du nouveau centre belge d’analyse des risques climatiques et environnementaux vise à...

Un candidat de trou noir inhabituellement léger repéré par LIGO

En mai 2023, peu après la remise en marche du LIGO (Laser Interferometer Gravitational-wave...

Le modèle d’IA a le potentiel de détecter le risque de trouble de stress post-traumatique lié à l’accouchement

Les chercheurs ont adapté un programme d'intelligence artificielle (IA) pour identifier les signes de...

autres articles

Dette de l’Etat fédéral à fin mars 2024

Communiqué de presse de l'Agence fédérale de la Dette:   A la fin mars 2024, la...

Invitation de presse: présentation du Centre d’analyse des risques climatiques et environnementaux

La création du nouveau centre belge d’analyse des risques climatiques et environnementaux vise à...

Un candidat de trou noir inhabituellement léger repéré par LIGO

En mai 2023, peu après la remise en marche du LIGO (Laser Interferometer Gravitational-wave...