6.3 C
Bruxelles
mercredi, avril 24, 2024
AccueilFrançaisACTUALITEL'eugénisme a influencé la formulation de la Convention européenne des droits de...

L’eugénisme a influencé la formulation de la Convention européenne des droits de l’homme (CEDH)

Publié le


L’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe s’est penchée cette semaine sur des questions de discrimination et de droits profondément enracinées, discutant des valeurs fondamentales sur lesquelles le Conseil avait été fondé en 1950. Des recherches en cours recherchent les racines du texte dans la partie de la Convention européenne sur Droits de l’homme qui délimitent, mais limitent également le droit à la liberté et à la sécurité de la personne.

La commission de l’Assemblée parlementaire dans un mouvement approuvée en 2022 a souligné que la Convention européenne des droits de l’homme (CEDH) est « le seul traité international relatif aux droits de l’homme à inclure une limitation du droit à la liberté spécifiquement fondée sur l’atteinte, avec sa formulation à l’article 5 (1) ( e), qui exclut certains groupes (individus « socialement inadaptés » au sens de la Cour européenne des droits de l’homme) de la pleine jouissance du droit à la liberté.

Dans le cadre de la recherche dans ce domaine de l’Assemblée Commission des affaires sociales, de la santé et du développement durable Lundi a tenu une audience avec des experts pour en savoir plus et discuter plus avant de la question. Des experts ont présenté des données aux membres du Comité et ont été interrogés à ce sujet.

Audition d’experts

Le professeur Marius Turda discute des conséquences de l’influence de l’eugénisme sur la CEDH. Crédit photo : THIX Photo

Le professeur Marius Turda, directeur du Centre for Medical Humanities, Oxford Brookes University, Royaume-Uni, a décrit le contexte historique dans lequel la Convention européenne des droits de l’homme a été formulée. Expert de l’histoire de l’eugénisme, il a souligné que l’eugénisme est apparu pour la première fois dans les années 1880 en Angleterre et s’est depuis propagé rapidement et largement et est devenu un phénomène mondial en quelques décennies.

Pour vraiment comprendre ce phénomène, il faut comprendre que le but principal de l’eugénisme « était d' »améliorer » la « qualité » génétique de la population humaine par le contrôle de la reproduction et, à ses extrêmes, par l’élimination de ceux qui étaient considérés comme être ‘inapte’, physiquement et/ou mentalement.

« Dès le début, les eugénistes ont soutenu que la société devait être protégée du nombre croissant de ceux qu’ils étiquetaient ‘inaptes’, ‘inadaptés’, ‘malsains d’esprit’, ‘faibles d’esprit’, ‘dysgéniques’ et ‘sous-normaux’ en raison à leurs handicaps physiques et mentaux. Leurs corps étaient eugéniquement marqués, étiquetés comme tels et stigmatisés en conséquence », a noté le professeur Turda.

L’eugénisme a évidemment acquis une notoriété mondiale avec la dénonciation des camps de concentration de l’Allemagne nazie dans les années 1940. Les nazis, dans leurs efforts pour appliquer la biologie, avaient poussé l’eugénisme à l’extrême. Pourtant, l’eugénisme n’a pas pris fin avec la défaite de l’Allemagne nazie. Le professeur Turda a souligné que « les propositions eugéniques ont continué à attirer un soutien politique et scientifique après la fin de la Seconde Guerre mondiale ».

Le terme « aliéné » utilisé dans la Convention européenne des droits de l’homme

En fait, la notion même d’« esprit déficient » a été reformulée dans le concept d’« inadaptation » dans les années d’après-guerre, puis appliquée plus largement pour perpétuer la stigmatisation eugénique de diverses identités sociales.

« Le lien entre handicap mental et inaptitude sociale est resté incontesté. Certes, l’influence croissante des facteurs environnementaux et sociaux sur le développement du comportement humain a réorienté le langage de l’eugénisme ; mais ses principales prémisses, telles qu’exprimées à la fois par des discours normalisateurs sur l’efficacité sociale et des pratiques juridiques centrées sur le contrôle de la reproduction, se sont poursuivies dans la période d’après-guerre », a indiqué le professeur Turda.

Historiquement, le concept d’« esprit déficient » – dans toutes ses permutations – a joué un rôle important dans la formation de la pensée et de la pratique eugéniques, et pas seulement en Grande-Bretagne.

Le professeur Marius Turda discutant des conséquences de l'influence de l'eugénisme dans le.
Le professeur Marius Turda discute des conséquences de l’influence de l’eugénisme sur la CEDH. Crédit photo : THIX Photo

Le professeur Turda a expliqué qu’«il a été déployé de diverses manières pour stigmatiser et déshumaniser les individus et également pour faire progresser les pratiques discriminatoires et la marginalisation des personnes ayant des troubles d’apprentissage. Les discours eugéniques sur ce qui constituait des comportements et des attitudes normaux/anormaux étaient centrés autour de représentations d’individus mentalement « aptes » et « inaptes », et ont finalement conduit à de nouveaux modes importants de privation de droits sociaux, économiques et politiques et à l’érosion des droits des femmes. et les hommes étiquetés d’« aliénés d’esprit ». »

C’est à la lumière de cela acceptation généralisée de l’eugénisme comme faisant partie intégrante de la politique sociale de régulation démographique qu’il faut voir dans les efforts des représentants du Royaume-Uni, du Danemark et de la Suède le processus d’élaboration de la Convention européenne des droits de l’homme a suggéré et inclus une clause d’exemption, qui autoriserait la politique du gouvernement à séparer et enfermer « les personnes aliénées, alcooliques ou toxicomanes et les vagabonds ».

Compte tenu de ce contexte eugéniste, il est donc très problématique de continuer à utiliser cette expression dans la Convention des droits de l’homme.

Prof. Dr. Marius Turda, Directeur du Centre for Medical Humanities, Oxford Brookes University, Royaume-Uni

Le professeur Turda a conclu sa présentation que « Compte tenu de ce contexte eugénique, il est donc très problématique de continuer à utiliser cette expression dans la Convention des droits de l’homme ». Et il a ajouté : « Il est important que nous prêtions attention aux mots que nous utilisons car le langage lui-même est utilisé pour maintenir la discrimination. Depuis des décennies, ce descripteur eugénique est resté non marqué et incontesté. Le temps est venu de revoir l’ensemble de ce problème et de confronter l’adhésion persistante à l’eugénisme après la Seconde Guerre mondiale.

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

Expulsions vers le Rwanda : tollé après l’adoption de la loi britannique

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak a salué l'adoption, dans la nuit du lundi...

Le premier médicament qui ralentit la maladie d’Alzheimer existe déjà, mais pourquoi les médecins sont sceptiques ?

Neuf mois après son introduction aux États-Unis, le médicament contre la maladie d'Alzheimer d'Eisai...

La Régie des Bâtiments investit dans des laboratoires de l’Institut national de Criminalistique et de Criminologie

Étant donné la vétusté du complexe, la Régie des Bâtiments prévoit une nouvelle construction...

Les nouvelles règles budgétaires de l’UE approuvées par les députés | Nouvelles

Les nouvelles règles, approuvées mardi, ont été provisoirement convenu entre le Parlement européen et...

autres articles

Expulsions vers le Rwanda : tollé après l’adoption de la loi britannique

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak a salué l'adoption, dans la nuit du lundi...

Le premier médicament qui ralentit la maladie d’Alzheimer existe déjà, mais pourquoi les médecins sont sceptiques ?

Neuf mois après son introduction aux États-Unis, le médicament contre la maladie d'Alzheimer d'Eisai...

La Régie des Bâtiments investit dans des laboratoires de l’Institut national de Criminalistique et de Criminologie

Étant donné la vétusté du complexe, la Régie des Bâtiments prévoit une nouvelle construction...