7.1 C
Bruxelles
vendredi, avril 19, 2024
AccueilFrançaisACTUALITEPlus de 100 ahmadis à la frontière turco-bulgare risquent la prison ou...

Plus de 100 ahmadis à la frontière turco-bulgare risquent la prison ou la mort s’ils sont expulsés

Publié le


Plus d’une centaine de membres de la religion ahmadi de la paix et de la lumière, une minorité religieuse persécutée, qui se sont présentés à la frontière turco-bulgare le 24 mai pour demander l’asile risquent d’être expulsés dans les sept à dix prochains jours, une décision qui sera très probablement soumise les condamner à l’emprisonnement ou à la peine de mort dans leur pays d’origine, selon un communiqué publié par le groupe religieux. C’est le cas selon un article publié par Le globe de Sofiaun média bulgare indépendant visant à informer les lecteurs étrangers et locaux sur la Bulgarie, l’Europe centrale et orientale.

Le bureau de la sécurité publique d’Edirne détient actuellement les détenus, selon le communiqué.

La police des frontières turque a refusé l’entrée aux ahmadis

Mercredi, la police des frontières turque leur a interdit l’entrée, les a violemment battus, les a refoulés et les a détenus.

Le communiqué indique que des coups de feu ont été tirés, que les individus ont été menacés et que leurs biens ont été jetés. Les familles, les femmes, les enfants et les personnes âgées composent ce groupe.

Les 104 personnes ont été soumises à des formes extrêmes et systématiques de persécution religieuse dans les pays à majorité musulmane, selon le communiqué.

Il a été déclaré que la raison pour laquelle ils sont persécutés est qu’ils adhèrent à un homme nommé Aba Al-Sadiq, qu’ils considèrent comme le Mahdi attendu.

Ils adhèrent à son message controversé, qui inclut la formation d’une nouvelle alliance après l’islam.

Les enseignements controversés de cette alliance incluent que le foulard n’est pas obligatoire, que le mois de Ramadan tombe en décembre, que les cinq prières quotidiennes sont abolies et que la consommation d’alcool est autorisée. En raison de leurs croyances, ils ont été étiquetés comme « hérétiques » et « infidèles », ce qui représentait un grave danger pour leur vie.

Dans des pays comme l’Iran, l’Irak, l’Algérie, l’Égypte, le Maroc, l’Azerbaïdjan et la Thaïlande, ils ont été battus, emprisonnés, enlevés, humiliés et terrorisés, selon le communiqué.

Ahmadis demandeurs d’asile

Ils s’étaient rassemblés en Turquie et se dirigeaient vers la frontière turco-bulgare pour exercer leur droit fondamental de demander l’asile directement à la police des frontières bulgare, conformément à l’article 58, paragraphe 4, de la loi sur l’asile et les réfugiés, qui stipule que l’asile peut être demandé avec une déclaration verbale présentée à la police des frontières.

En outre, une lettre ouverte a été envoyée par le Réseau européen de surveillance de la violence aux frontières (BVMN) le 23 mai 2023, avec 28 organisations et organismes de défense des droits de l’homme l’approuvant, appelant à la protection du groupe et au respect de son droit de demander l’asile à la frontière conformément au droit international, selon le communiqué.

Après avoir été détenus au bureau de la sécurité publique d’Edirne pendant plus de 24 heures, 83 des membres du groupe ont été transférés dans un centre d’expulsion, les 20 autres membres étant susceptibles de suivre. Les décisions concernant l’expulsion devraient être prises dans les 36 heures.

Ahmadis détenus en Iran

En Iran, en décembre 2022, des membres de la religion ahmadie de la paix et de la lumière ont été détenus à la prison d’Evin en raison de leurs convictions religieuses. Ils ont été menacés d’exécution s’ils ne signaient pas des documents renonçant à leur foi et diffamant la religion. De la même manière, des membres en Irak ont ​​été la cible d’attaques à l’arme à feu contre leurs résidences par des milices armées, et des universitaires ont appelé à leur exécution.

La décision de Türkiye d’expulser ces familles constituerait une violation flagrante du principe fondamental de non-refoulement, qui, en vertu du droit international des réfugiés et des droits de l’homme, interdit le retour d’individus dans un pays où ils seraient exposés à la torture, à des actes cruels, inhumains ou dégradants. traitement ou punition, ou tout autre préjudice irréparable.

« Nous implorons la Turquie de ne pas procéder à la déportation de ces familles vers leurs pays d’origine. Ces familles seraient mises en danger dans leur pays d’origine et la Turquie serait responsable de toute perte de vie si elles étaient renvoyées dans les pays dont elles se sont échappées », indique le communiqué.

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

L’État belge et les organismes nucléaires fédéraux SCK CEN et IRE signent un contrat de gestion

L'État belge ainsi que les deux institutions IRE et SCK CEN s'engagent à tenir...

Évoluer vers des soins de santé guidés par les besoins : temps forts de la conférence de haut niveau belge

Au sein de l’Union européenne, des moyens publics considérables sont investis pour répondre aux...

Le Parlement adopte sa position sur la réforme pharmaceutique de l’UE | Nouvelles

Le paquet législatif, couvrant les médicaments à usage humain, se compose d'une nouvelle directive...

La science des références : tirer parti des logiciels de défense des clients

Imaginez ceci : vous êtes submergé de choix, bombardé de publicités et vous ne savez...

autres articles

L’État belge et les organismes nucléaires fédéraux SCK CEN et IRE signent un contrat de gestion

L'État belge ainsi que les deux institutions IRE et SCK CEN s'engagent à tenir...

Évoluer vers des soins de santé guidés par les besoins : temps forts de la conférence de haut niveau belge

Au sein de l’Union européenne, des moyens publics considérables sont investis pour répondre aux...

Le Parlement adopte sa position sur la réforme pharmaceutique de l’UE | Nouvelles

Le paquet législatif, couvrant les médicaments à usage humain, se compose d'une nouvelle directive...