13.2 C
Bruxelles
samedi, avril 13, 2024
AccueilFrançaisACTUALITETrafic au Sahel : Sirop contre la toux tueur et faux médicaments

Trafic au Sahel : Sirop contre la toux tueur et faux médicaments

Publié le


Cette rubrique, qui se concentre sur le commerce illégal de médicaments de qualité inférieure et contrefaits, fait partie d’un Série d’actualités de l’ONU explorer la lutte contre la traite au Sahel.

Du désinfectant pour les mains inefficace aux fausses pilules antipaludiques, un commerce illicite qui s’est développé au cours de la COVID 19 La pandémie de 2020 est méticuleusement démantelée par l’ONU et les pays partenaires de la région du Sahel en Afrique.

Des médicaments de qualité inférieure ou contrefaits, comme le sirop contre la toux pour bébé de contrebande, tuent près d’un demi-million d’Africains subsahariens chaque année, selon une évaluation des menaces rapport de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC).

Le rapport explique comment les nations du Sahel, une bande de 6 000 kilomètres de large s’étendant de la mer Rouge à l’Atlantique, qui abrite 300 millions de personnes, unissent leurs forces pour arrêter les faux médicaments à leurs frontières et tenir les auteurs responsables.

Ce combat se déroule alors que les Sahéliens affrontent conflit sans précédent: plus que 2,9 millions de personnes ont été déplacées par les conflits et la violence, les groupes armés lançant des attaques qui ont déjà fermé 11 000 écoles et 7 000 centres de santé.

Une offre mortelle répond à une demande désespérée

Les soins de santé sont rares dans la région, qui compte l’une des plus fortes incidences de paludisme au monde et où les maladies infectieuses sont l’une des principales causes de décès.

« Cette disparité entre l’offre et la demande de soins médicaux est au moins en partie comblée par des médicaments fournis par le marché illégal pour traiter des maladies ou des symptômes auto-diagnostiqués », indique le rapport, expliquant que les marchés de rue et les vendeurs non autorisés, en particulier dans les zones rurales ou zones touchées par le conflit, sont parfois les seules sources de médicaments et de produits pharmaceutiques.

Estimation du taux d’incidence du paludisme pour 1 000 habitants à risque, par pays, 2020

Faux traitements aux résultats fatals

L’étude montre que le coût du commerce illégal de médicaments est élevé, en termes de soins de santé et de vies humaines.

Les médicaments antipaludiques contrefaits ou de qualité inférieure tuent jusqu’à 267 000 Africains subsahariens chaque année. Près de 170 000 enfants d’Afrique subsaharienne meurent chaque année à cause d’antibiotiques non autorisés utilisés pour traiter une pneumonie grave.

Prendre soin des personnes qui ont utilisé des produits médicaux falsifiés ou de qualité inférieure pour le traitement du paludisme en Afrique subsaharienne coûte jusqu’à 44,7 millions de dollars chaque année, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS) estimations.

Médicaments contrefaits sur un marché à Ouagadougou, Burkina Faso.

Trafic hétéroclite

La corruption est l’une des principales raisons pour lesquelles le commerce est autorisé à prospérer.

Environ 40% des produits médicaux de qualité inférieure et falsifiés signalés dans les pays sahéliens entre 2013 et 2021 atterrissent dans la chaîne d’approvisionnement réglementée, selon le rapport. Les produits détournés de la chaîne d’approvisionnement légale proviennent généralement de pays exportateurs tels que la Belgique, la Chine, la France et l’Inde. Certains finissent dans les rayons des pharmacies.

Les auteurs sont des employés de sociétés pharmaceutiques, des fonctionnaires, des agents des forces de l’ordre, des agents de santé et des vendeurs de rue, tous motivés par un gain financier potentiel, selon le rapport.

Les trafiquants trouvent des itinéraires de plus en plus sophistiqués, allant de la collaboration avec des pharmaciens à la diffusion de leurs crimes en ligne, selon un UNODC mémoire de recherche sur la question.

Alors que les groupes terroristes et les groupes armés non étatiques sont généralement associés au trafic de produits médicaux au Sahel, cela tourne principalement autour de la consommation de médicaments ou de la perception de « taxes » sur les expéditions dans les zones sous leur contrôle.

Coupez l’offre, répondez à la demande

Des efforts sont en cours pour adopter une approche régionale du problème, impliquant toutes les nations de la région. Par exemple, tous les pays du Sahel, à l’exception de la Mauritanie, ont ratifié un traité portant création d’une agence africaine des médicaments, et l’initiative africaine d’harmonisation de la réglementation des médicaments, lancée par l’Union africaine en 2009, vise à améliorer l’accès à des médicaments sûrs et abordables.

Tous les pays du Sahel ont mis en place des dispositions légales relatives au trafic de produits médicaux, mais certaines lois sont obsolètes, selon les conclusions de l’ONUDC. L’agence a recommandé, entre autres, une législation révisée ainsi qu’une meilleure coordination entre les parties prenantes.

Les agents des douanes et des forces de l’ordre empêchent d’énormes quantités de contrebande d’entrer sur les marchés des pays de destination.

Les États agissent

L’application de la loi et les efforts judiciaires qui protègent la chaîne d’approvisionnement légale devraient être une priorité, a déclaré l’ONUDC, soulignant la saisie de quelque 605 tonnes de faux médicaments entre 2017 et 2021 par les autorités de la région.

L’opération Pangea, par exemple, coordonnée par le partenaire de l’ONU INTERPOL dans 90 pays, ciblait la vente en ligne de produits pharmaceutiques. Les résultats ont vu les saisies d’antiviraux non autorisés augmenter de 18 % et la chloroquine non autorisée, pour traiter le paludisme, de 100 %.

« Les groupes criminels organisés transnationaux profitent des lacunes de la réglementation et de la surveillance nationales pour vendre des produits médicaux de qualité inférieure et falsifiés », a déclaré la directrice exécutive de l’ONUDC, Ghada Waly. « Nous devons aider les pays à renforcer leur coopération pour combler les lacunes, renforcer les capacités d’application de la loi et de justice pénale, et sensibiliser le public pour assurer la sécurité des personnes. »

Suite au décès de 70 enfants en Gambie en 2022, l'Organisation mondiale de la santé a identifié quatre médicaments pédiatriques contaminés dans ce pays d'Afrique de l'Ouest.

Suite au décès de 70 enfants en Gambie en 2022, l’Organisation mondiale de la santé a identifié quatre médicaments pédiatriques contaminés dans ce pays d’Afrique de l’Ouest.

Crime in a box : le PCC lutte contre le crime organisé transnational en améliorant la sécurité du commerce conteneurisé

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

Pérenniser votre entreprise : le rôle de l’IA dans les services cloud

Imaginez votre entreprise comme une machine bien huilée, s’adaptant continuellement aux changements du marché...

La Régie des Bâtiments restaure la façade arrière du bâtiment du Conseil d’État à Bruxelles

Le siège du Conseil d’État se trouve depuis 1948 dans le quartier européen à...

Rendre à la nature plus que ce que nous prenons

Rassemblant des orateurs inspirants et des participants de divers États membres et institutions de...

Décharge : les députés approuvent le budget de l’UE pour 2022

Le Parlement européen a accordé jeudi la décharge à la Commission, à toutes les...

autres articles

Pérenniser votre entreprise : le rôle de l’IA dans les services cloud

Imaginez votre entreprise comme une machine bien huilée, s’adaptant continuellement aux changements du marché...

La Régie des Bâtiments restaure la façade arrière du bâtiment du Conseil d’État à Bruxelles

Le siège du Conseil d’État se trouve depuis 1948 dans le quartier européen à...

Rendre à la nature plus que ce que nous prenons

Rassemblant des orateurs inspirants et des participants de divers États membres et institutions de...