5.6 C
Bruxelles
samedi, avril 20, 2024
AccueilFrançaisACTUALITEHRWF appelle l'ONU, l'UE et l'OSCE pour que la Turquie arrête l'expulsion...

HRWF appelle l’ONU, l’UE et l’OSCE pour que la Turquie arrête l’expulsion de 103 ahmadis

Publié le


Ahmadis en danger – Aujourd’hui, un tribunal turc a rendu une ordonnance d’expulsion concernant 103 membres de la religion ahmadie de la paix et de la lumière de sept pays. Beaucoup d’entre eux, en particulier en Iran, risquent la prison et peuvent être exécutés s’ils sont renvoyés dans leur pays d’origine.

Human Rights Without Frontiers (HRWF) à Bruxelles appelle

  • les Nations Unies et en particulier la Rapporteuse spéciale des Nations Unies sur la liberté de religion ou de conviction, Mme Nazila Ghanea
  • l’Union européenne et en particulier l’envoyé spécial de l’UE pour la liberté de religion ou de conviction, M. Frans Van Daele, ainsi que l’intergroupe du Parlement européen sur la liberté de religion ou de conviction
  • les envoyés spéciaux pour la liberté de religion ou de conviction nommés au Royaume-Uni et dans un certain nombre d’États membres de l’UE
  • l’OSCE/BIDDH

d’exhorter les autorités turques à annuler en appel la décision d’expulsion d’aujourd’hui. La date limite pour faire appel est le vendredi 2 juin.

Les médias de toute l’Europe soulèvent la question comme une situation d’urgence, comme on peut le voir dans quelques-uns des nombreux autres articles de

De plus, une pétition est en cours de diffusion.

L’avocat et porte-parole des 103 ahmadis est Hadil Elkhouli. Elle est l’auteur de l’article ci-après et peut être rejointe à l’adresse suivante numéro de téléphone pour les entretiens : +44 7443 106804

Des membres religieux minoritaires craignent la mort chez eux pour hérésie présumée

Par Hadil Elkhouli

Membres de la religion ahmadie de la paix et de la lumière. Poste frontalier de Kapikule, la passerelle entre la Turquie et la Bulgarie le mercredi 24 mai 2023. Photos appartenant à Ahmadi Religion of Peace and Light. Utilisé avec autorisation.

Le 24 mai 2023, plus de 100 membres de la religion ahmadie de la paix et de la lumièreune minorité religieuse persécutée, se sont vu refuser l’entrée et ont subi des traitements violents tout en demandant l’asile à la frontière turco-bulgare. Les femmes, les enfants et les personnes âgées faisaient partie des personnes visées par les agressions, les coups de feu, les menaces et la confiscation de leurs biens.

Parmi ces personnes se trouvait Seyed Ali Seyed Mousavi, un agent immobilier iranien de 40 ans. Il y a quelques années, il a assisté à un mariage privé où sa vie a pris une tournure inattendue. Seyed Mousavi s’est retrouvé à la merci d’agents de police en civil qui l’ont brusquement attrapé, l’ont forcé à descendre et l’ont sévèrement battu. Il a été laissé saigner pendant 25 minutes avant que quelqu’un ne demande finalement une assistance médicale.

Le seul « crime » de Seyed Mousavi était son appartenance à cette minorité religieuse, ce qui a conduit à sa persécution par les autorités iraniennes. L’incident l’a forcé à prendre la décision difficile de quitter son pays natal, abandonnant tout ce qu’il sait afin de préserver sa vie.

La religion Ahmadi, à ne pas confondre avec la Communauté musulmane Ahmadiyyaest une communauté religieuse fondée en 1999. Elle a reçu statut de l’église aux USA le 6 juin 2019. Aujourd’hui, cette religion est pratiquée dans plus de 30 pays autour du monde. Il est dirigé par Abdullah Hashem Aba Al-Sadiq et suit les enseignements de l’Imam Ahmed al-Hassan en tant que guide divin.

Persécution parrainée par l’État

Depuis sa création en 1999, la minorité de la religion ahmadie a fait l’objet de persécutions dans de nombreux pays. Pays dont Algérie, Maroc, Egypte, L’Iran,Irak, Malaisieet Turquie les ont systématiquement opprimés, emprisonnés, menacés et même torturés leurs membres. Cette discrimination ciblée est basée sur la croyance qu’ils sont hérétiques.

En juin 2022, Amnesty International a demandé la libération de 21 membres de la religion Ahmadi en Algérie qui ont été accusés d’infractions telles que « participation à un groupe non autorisé » et « dénigrement de l’islam ». Trois individus ont été condamnés à un an de prison, tandis que les autres ont été condamnés à six mois de prison assortis d’amendes.

De même, en Iran, en décembre 2022, un groupe de 15 adeptes de la même religion, dont des mineurs et des femmes, ont été détenus et transféré au notoire Prison d’Evine, où ils ont été contraints de dénoncer leur foi et de diffamer leur religion, bien qu’ils n’aient commis aucun crime ni prêché ouvertement leur foi. Les accusations portées contre eux étaient fondées sur leur opposition à «Wilayat Al Faqih, » (la tutelle du juriste islamique) qui accorde l’autorité aux juristes et aux érudits qui façonnent et appliquent Charia dans le pays. Les autorités iraniennes ont même a diffusé un documentaire de propagande contre la religion à la télévision nationale.

Les membres de la religion ahmadie ont également violences et menaces signalées par des milices parrainées par l’État en Irak, les laissant vulnérables et sans protection. Ces incidents impliquaient des attaques armées visant leurs maisons et leurs véhicules, les assaillants déclarant ouvertement qu’ils étaient considérés comme des apostats méritant la mort, les privant de fait de toute forme de protection.

La persécution de la religion ahmadie découle de ses principaux enseignements qui divergent de certaines croyances traditionnelles au sein de l’Islam. Ces enseignements comprennent la acceptation des pratiques telles que la consommation de boissons alcoolisées et la reconnaissance du choix des femmes concernant le port du foulard. De plus, les membres de la religion remettent en question des rituels de prière spécifiques, y compris la notion de cinq prières quotidiennes obligatoires, et croient que le mois de jeûne (Ramadan) tombe en décembre chaque année. Ils remettent également en question l’emplacement traditionnel de la Kaabale site le plus saint de l’Islam, affirmant qu’il est dans l’actuelle Pétra, en Jordanie, plutôt que Mecque.

La persécution de cette minorité religieuse s’est considérablement intensifiée après la libération de « Le but du sage », l’évangile officiel de leur foi. L’Écriture a été rédigée par Abdullah Hashem Aba Al-Sadiq, le chef religieux qui a affirmé remplir le rôle du promis Mahdi attendu par les musulmans pour apparaître vers la fin des temps.

Braver l’inconnu vers la liberté

Après s’être progressivement rendus en Turquie, plus de 100 membres de la religion ahmadie ont reçu le soutien d’autres membres qui s’y étaient déjà installés, favorisant un sentiment d’unité grâce à leurs connexions en ligne. Malgré les défis auxquels ils ont été confrontés, ils ont persévéré dans leur quête pour trouver un foyer sans persécution au milieu de leurs expériences partagées de traumatisme.

Face à cette situation désastreuse, ils se sont tournés vers le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) en Bulgarie, l’Agence d’État pour les réfugiés (SAR) et le ministère bulgare des Affaires étrangères dans l’espoir d’obtenir un refuge sûr. Malheureusement, leur demande de visas humanitaires a été accueillie avec déception car toutes les voies se sont avérées infructueuses.

À la lumière de leurs circonstances difficiles, le groupe a décidé de se réunir à l’officiel Poste frontalier de Kapikule, la porte d’entrée entre la Turquie et la Bulgarie le mercredi 24 mai 2023, pour demander l’asile directement à la police des frontières bulgare. Leur ligne de conduite s’aligne sur les dispositions énoncées dans Article 58(4) de la loi sur l’asile et les réfugiés (LAR) qui affirme que l’asile peut être demandé en présentant une déclaration verbale à la police des frontières.

Le réseau de surveillance de la violence aux frontières, avec 28 autres organisations, a publié un lettre ouverte exhortez les autorités bulgares et l’Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes (Frontex) à remplir leurs obligations en vertu du droit de l’Union européenne et du droit international des droits de l’homme. Ces lois comprennent l’article 18 de la Charte des droits fondamentaux de l’UEla Convention de Genève de 1951 relative au statut des réfugiés et l’article 14 de la Déclaration universelle des droits de l’homme.

En Bulgarie, plusieurs droits humains organisations se sont coordonnés pour accorder la protection au groupe et lui donner la possibilité de déposer une demande de protection internationale à la frontière bulgare, un effort mené par le Association des réfugiés et des migrants en Bulgarie. De nombreuses autres organisations bulgares ont approuvé cette déclaration, telles que Aile de missions et le Centre d’aide juridique, Voix en Bulgarie.

Leur tentative désespérée de sécurité s’est heurtée à oppression et violencecar ils ont été bloqués de force par les autorités turques, soumis à coups de matraqueet menacé de coups de feu. Désormais détenus, leur avenir reste incertain. Leur plus grande peur est d’être renvoyés chez eux, où la mort pourrait les attendre, en raison de leurs croyances religieuses.

Le voyage périlleux entrepris par ce groupe minoritaire soulève des questions cruciales sur l’intégrité des frontières et l’engagement des États membres de l’UE à faire respecter les droits de l’homme. Leurs luttes rappellent la nécessité de la solidarité pour protéger les droits humains fondamentaux et préserver la dignité de chacun, quelle que soit son appartenance religieuse.

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

Justice : modification concernant l’indexation des indemnités de procédure

Le projet d’arrêté royal vise à modifier l’article 8 de l’arrêté royal du 26...

Composition et fonctionnement du comité de concertation de la BAEC

La loi du 13 septembre 2023 portant des dispositions diverses en matière de modernisation...

Les Ordres sacrés en procès, le système judiciaire français contre le Vatican

Dans un conflit croissant qui révèle les relations entre les institutions gouvernementales, le Vatican...

SpaceX et Northrop Grumman travaillent sur un nouveau système de satellite espion américain

Entreprise aérospatiale et de défense Northrop Grumman collabore avec SpaceX, l'entreprise spatiale dirigée par...

autres articles

Composition et fonctionnement du comité de concertation de la BAEC

La loi du 13 septembre 2023 portant des dispositions diverses en matière de modernisation...

Justice : modification concernant l’indexation des indemnités de procédure

Le projet d’arrêté royal vise à modifier l’article 8 de l’arrêté royal du 26...

Les Ordres sacrés en procès, le système judiciaire français contre le Vatican

Dans un conflit croissant qui révèle les relations entre les institutions gouvernementales, le Vatican...