15.3 C
Bruxelles
jeudi, septembre 21, 2023
AccueilFrançaisACTUALITELe chef de l'AIEA énonce cinq principes pour éviter une "catastrophe" nucléaire...

Le chef de l’AIEA énonce cinq principes pour éviter une « catastrophe » nucléaire en Ukraine

Publié le


Présentant sa dernière mise à jour, AIEA Le directeur général Rafael Mariano Grossi a indiqué que la situation à la centrale nucléaire de Zaporizhzhya (ZNPP) – la plus grande d’Europe – demeure extrêmement fragile et dangereux.

Les opérations militaires se poursuivent dans la région « et pourraient bien augmenter très considérablement dans un avenir proche », a-t-il prévenu.

Lancer les dés

L’usine de Zaporizhzhya a été la cible de tirs pendant la guerre. Il a perdu l’alimentation hors site Sept fois et devait compter sur générateurs diesel d’urgence – « la dernière ligne de défense contre un accident nucléaire », a-t-il dit.

« Nous avons de la chance qu’un accident nucléaire ne se soit pas encore produit », a déclaré M. Grossi aux ambassadeurs.

« Comme je l’ai dit au Conseil des gouverneurs de l’AIEA en mars dernier, nous lançons un dé et si cela continue, alors un jour, notre chance tournera. Donc, nous devons tous faire tout ce qui est en notre pouvoir pour minimiser les chances que cela se produise.

Rafael Mariano Grossi, directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), informe les membres du Conseil de sécurité de l’ONU sur la protection de la centrale nucléaire de Zaporizhzhia en Ukraine.

Une demande spécifique

M. Grossi a rappelé que la crise ukrainienne marquait la première fois dans l’histoire qu’une guerre se déroulait dans les installations d’un grand programme nucléaire. Il a déclaré que plusieurs des cinq centrales nucléaires et autres installations du pays ont été bombardées directement et que toutes les centrales nucléaires ont perdu leur électricité hors site à un moment donné.

L’AIEA a maintenu une présence à la centrale nucléaire de Zaporizhzhya depuis septembre. Le site a été occupé par les forces russes au début du conflit, avec un personnel ukrainien « considérablement réduit » effectuant les opérations.

Tout au long du conflit, le chef de l’AIEA a promu à plusieurs reprises sept piliers indispensables à la sûreté et à la sécurité nucléaires, qui comprennent le maintien de l’intégrité physique des installations et la garantie d’une alimentation électrique hors site sécurisée.

« Le moment est venu d’être plus précis quant à ce qui est requis. Nous devons empêcher un rejet dangereux de matières radioactives », a-t-il déclaré.

Cinq principes concrets

À la suite de consultations approfondies, y compris avec les parties, M. Grossi a élaboré cinq principes concrets indispensable pour éviter « un incident catastrophique » à l’usine de Zaporizhzhya.

« Il ne devrait y avoir aucune attaque de quelque nature que ce soit depuis ou contre la centrale, en particulier visant les réacteurs, le stockage du combustible usé, d’autres infrastructures critiques ou le personnel », a-t-il déclaré, soulignant le premier point.

La centrale nucléaire ne doit pas non plus être utilisée comme stockage ou comme base pour des armes lourdes, telles que des lance-roquettes multiples, ou du personnel militaire qui pourrait être utilisé pour une attaque émanant de celle-ci.

L’alimentation hors site de la centrale ne doit pas être mise en danger et tous les efforts doivent être faits pour s’assurer qu’elle reste toujours disponible et sécurisée, a-t-il déclaré.

En outre, toutes les structures, systèmes et composants essentiels au fonctionnement sûr et sécurisé de la centrale doivent être protégés contre les attaques ou le sabotage. Enfin, aucune mesure ne devrait être prise qui porte atteinte aux principes.

« Permettez-moi de dire quelque chose très clairement : Ces principes ne nuisent à personne et profitent à tous. Éviter un accident nucléaire est possible. Le respect des cinq principes de l’AIEA est la bonne façon de commencer », a déclaré M. Grossi.

Les principes sont alignés : Russie

L’ambassadeur russe Vasily Nebenzya a déclaré que son pays avait tout mis en œuvre pour prévenir les menaces à la sécurité de l’usine de Zaporizhzhya, qu’il a attribuées à l’Ukraine et à ses « bailleurs de fonds occidentaux ».

« Les bombardements effectués par l’Ukraine sur la centrale électrique sont absolument inacceptables, et les propositions de M. Grossi pour assurer la sécurité de la centrale nucléaire de Zaporizhzhya sont conformes aux mesures que nous mettons déjà en œuvre depuis longtemps, conformément à avec des décisions prises au niveau national », a-t-il déclaré.

Il a ajouté qu’aucune attaque n’avait jamais été menée depuis le territoire de l’usine. De plus, des armes lourdes ou des munitions n’y ont jamais été placées, et il n’y a pas non plus de personnel militaire présent qui pourrait être utilisé pour mener une attaque.

« Dans les conditions actuelles, la Russie a l’intention de prendre toutes les mesures possibles pour renforcer la sûreté et la sécurité de la centrale électrique conformément à notre législation nationale et à nos obligations en vertu des instruments juridiques internationaux pertinents auxquels notre pays est partie », a-t-il déclaré.

Retrait de l’usine : Ukraine

L’ambassadeur ukrainien Sergiy Kyslytsya s’est également adressé au Conseil.

Il a déclaré que la Russie continuait d’utiliser la centrale nucléaire à des fins militaires et y avait déployé environ 500 militaires et 50 unités d’armes lourdes, ainsi que des équipements, des munitions et des explosifs.

« Nous réaffirmons qu’en occupant illégalement la ZNPP et en en faisant un élément de sa stratégie militaire, la Russie a violé tous les principes internationaux clés de sûreté et de sécurité nucléaires et la grande majorité de ses obligations en vertu des traités internationaux », a-t-il déclaré.

M. Kyslytsya a recommandé que les principes de l’AIEA incluent également le retrait des troupes et du personnel russes présents illégalement dans la centrale, des garanties d’alimentation électrique ininterrompue de l’installation et un couloir humanitaire pour assurer la rotation sûre et ordonnée du personnel.

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

Anvers, une ville portuaire dynamique : entre commerce et histoire

Anvers, une ville portuaire dynamique : entre commerce et histoire Située dans le nord de...

Bruxelles, une destination pour tous : Les activités familiales et les parcs à découvrir

Bruxelles, une destination pour tous : Les activités familiales et les parcs à découvrir Bruxelles,...

Rompre le silence sur les chrétiens persécutés

Chrétiens présécutés – L'eurodéputé Bert-Jan Ruissen a organisé une conférence et une exposition au...

Éthiopie – Les massacres se poursuivent et risque de nouvelles atrocités « à grande échelle »

Le dernier rapport sur l’Éthiopie documente les atrocités perpétrées « par toutes les parties...

autres articles

Rompre le silence sur les chrétiens persécutés

Chrétiens présécutés – L'eurodéputé Bert-Jan Ruissen a organisé une conférence et une exposition au...

Éthiopie – Les massacres se poursuivent et risque de nouvelles atrocités « à grande échelle »

Le dernier rapport sur l’Éthiopie documente les atrocités perpétrées « par toutes les parties...

L’interdiction de l’Abaya dans les écoles françaises rouvre un débat controversé sur la laïcité et de profondes divisions

Comme indiqué dans un bulletin d'information de l'ONG basée à Bruxelles Droits de l'homme...