16 C
Bruxelles
jeudi, septembre 21, 2023
AccueilFrançaisACTUALITEExpert : L'article de la CEDH n'est pas conforme aux normes internationales...

Expert : L’article de la CEDH n’est pas conforme aux normes internationales des droits de l’homme

Publié le


L’audition d’experts de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe qui s’est tenue la semaine dernière s’est penchée sur l’idéologie discriminatoire à l’origine des raisons pour lesquelles la Convention européenne des droits de l’homme (CEDH) limite le droit à la liberté et à la sécurité des personnes souffrant de handicaps psychosociaux. En même temps, le Comité a entendu ce que le concept moderne des droits de l’homme promu par les Nations Unies énonce.

La CEDH et les « aliénés »

En tant que premier expert Prof.Dr Marius Turda, directeur du Centre for Medical Humanities, Université d’Oxford Brookes, Royaume-Uni, a décrit le contexte historique dans lequel la Convention européenne des droits de l’homme (CEDH) a été formulée. Historiquement, le notion d’« esprit déficient » utilisé comme terme dans la CEDH Article 5, 1(e) – dans toutes ses permutations – a joué un rôle important dans la formation de la pensée et de la pratique eugéniques, et pas seulement en Grande-Bretagne où elle est née.

Le professeur Turda a expliqué qu’«il a été déployé de diverses manières pour stigmatiser et déshumaniser les individus et également pour faire progresser les pratiques discriminatoires et la marginalisation des personnes ayant des troubles d’apprentissage. Les discours eugéniques sur ce qui constituait des comportements et des attitudes normaux/anormaux étaient centrés autour de représentations d’individus mentalement « aptes » et « inaptes », et ont finalement conduit à de nouveaux modes importants de privation de droits sociaux, économiques et politiques et à l’érosion des droits des femmes. et les hommes étiquetés d’« aliénés d’esprit ». »

Mme Boglárka BenkoRegistre du Cour européenne des droits de l’homme (CEDH)a présenté la jurisprudence de la Convention européenne des droits de l’homme (CEDH). Dans ce cadre, elle a indiqué le problème que le texte de la Convention exempte les personnes considérées comme « aliénées » de la protection régulière des droits. Elle a noté que la Cour européenne des droits de l’homme n’a que très peu réglementé son interprétation du texte de la Convention en ce qui concerne la privation de liberté des personnes souffrant de handicaps psychosociaux ou de problèmes de santé mentale. Les tribunaux suivent en général les avis des experts médicaux.

Cette pratique contraste avec d’autres chapitres de la Convention européenne des droits de l’homme (CEDH), où la Cour européenne a plus clairement examiné la violation des droits de l’homme dans les affaires conformément à la CEDH tout en examinant également d’autres instruments internationaux relatifs aux droits de l’homme. Boglárka Benko a noté que la protection des droits de l’homme pourrait donc être menacée de fragmentation.

Laura Marchetti, responsable politique de Santé mentale Europe (MHE). Photo : THIX Photo

Un autre spécialiste, Laura Marchettiresponsable politique de Santé mentale Europe (SME) a fait une présentation sur la dimension droits de l’homme de la détention des personnes souffrant de handicaps psychosociaux. SME est la plus grande organisation de réseau européen indépendant travaillant pour promouvoir la santé mentale positive et le bien-être ; Prévenir les problèmes de santé mentale; et soutenir et faire progresser les droits des personnes souffrant de troubles mentaux ou de handicaps psychosociaux.

« Pendant longtemps, les personnes ayant des handicaps psychosociaux et des problèmes de santé mentale ont souvent été considérées comme inférieures, inadéquates ou même dangereuses pour la société. C’était le résultat d’une approche biomédicale de la santé mentale, qui a défini le sujet comme une faute ou un problème individuel », a noté Laura Marchetti.

Elle a développé la discrimination historique qui avait été présentée par le professeur Turda. « Les politiques et la législation élaborées selon cette approche ont notamment légitimé l’exclusion, la coercition et la privation de liberté », a-t-elle déclaré au Comité. Et elle a ajouté que « les personnes ayant un handicap psychosocial étaient présentées comme un fardeau ou un danger pour la société ».

Modèle psychosocial du handicap

Au cours des dernières décennies, cette approche a été de plus en plus remise en question, alors que le débat public et la recherche ont commencé à pointer du doigt la discrimination et les défauts d’une approche biomédicale.

Laura Marchetti a souligné que « Dans ce contexte, le soi-disant modèle psychosocial du handicap postule que les problèmes et l’exclusion auxquels les personnes souffrant de handicap psychosocial et de problèmes de santé mentale sont confrontés ne sont pas causés par leurs déficiences, mais par la manière dont la société est organisée et comprend ce sujet.

Ce modèle attire également l’attention sur le fait que les expériences humaines sont variées et qu’il existe une série de déterminants ayant un impact sur la vie d’une personne (par exemple, les facteurs socio-économiques et environnementaux, les événements difficiles ou traumatisants de la vie).

« Les barrières et les déterminants sociétaux sont donc le problème qui devrait être abordé par les politiques et la législation. L’accent devrait être mis sur l’inclusion et la fourniture d’un soutien, plutôt que sur l’exclusion et le manque de choix et de contrôle », a souligné Laura Marchetti.

Ce changement d’approche est inscrit dans la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées (CDPH), qui a pour objectif de promouvoir, protéger et garantir la pleine et égale jouissance de tous les droits de l’homme par toutes les personnes handicapées.

La CDPH a été signée par 164 pays, dont l’Union européenne et tous ses États membres. Elle inscrit dans les politiques et les lois le passage d’une approche biomédicale à un modèle psychosocial du handicap. Elle définit les personnes handicapées comme des personnes souffrant de déficiences physiques, mentales, intellectuelles ou sensorielles de longue durée qui, en interaction avec divers obstacles, peuvent entraver leur pleine et effective participation à la société sur la base de l’égalité avec les autres.

SME Slide Expert: L'article de la CEDH n'est pas conforme aux normes internationales des droits de l'homme
Diapositive de SME utilisée dans la présentation à la commission de l’Assemblée parlementaire.

Laura Marchetti a précisé que « La CRPD stipule que les individus ne peuvent être discriminés sur la base de leur handicap, y compris le handicap psychosocial. La Convention indique clairement que toute forme de coercition, de privation de capacité juridique et de traitement forcé constitue une violation des droits de l’homme. L’article 14 de la CRPD stipule également clairement que « l’existence d’un handicap ne peut en aucun cas justifier une privation de liberté ».

O8A7780 1 Expert : Article de la CEDH non conforme aux normes internationales des droits de l'homme
Laura Marchetti, Policy Manager de Mental Health Europe (MHE) répondant aux questions des membres de la commission parlementaire. Photo : THIX Photo

Convention européenne des droits de l’homme (CEDH), article 5 § 1 (e)

La Convention européenne des droits de l’homme (CEDH) a été rédigé en 1949 et 1950. Dans sa section sur le droit à la liberté et à la sécurité de la personne, CEDH article 5 § 1 (e), elle note une exception pour « les personnes aliénées, les alcooliques ou les toxicomanes ou les vagabonds ». La singularisation des personnes considérées comme affectées par de telles réalités sociales ou personnelles, ou des différences de points de vue trouve ses racines dans les points de vue discriminatoires répandus de la première partie des années 1900.

L’exception a été formulée par des représentants du Royaume-Uni, du Danemark et de la Suède, menés par les Britanniques. Il était fondé sur la préoccupation que les textes sur les droits de l’homme alors rédigés cherchaient à mettre en œuvre les droits de l’homme universels, y compris pour les personnes souffrant de handicaps psychosociaux ou de problèmes de santé mentale, ce qui était contraire à la législation et à la politique sociale en place dans ces pays. Les Britanniques, le Danemark et la Suède étaient tous deux de fervents partisans de l’eugénisme à l’époque et avaient mis en œuvre ces principes et points de vue dans la législation et la pratique.

O8A7879 Expert : Article de la CEDH non conforme aux normes internationales des droits de l'homme
M. Stefan Schennach, rapporteur de la commission de l’Assemblée parlementaire sur la détention des personnes « socialement inadaptées », qui examine la limitation du droit à la liberté inscrite dans la CEDH. Photo : THIX Photo

Laura Marchetti a conclu sa présentation en déclarant que

« À la lumière de ces changements, le texte actuel de l’article 5, 1 (e) de la Convention européenne des droits de l’homme (CEDH) n’est pas conforme aux normes internationales relatives aux droits de l’homme, car il autorise toujours la discrimination sur la base d’un trouble psychosocial. un handicap ou un problème de santé mentale.

« Il est donc crucial que le texte soit réformé et supprime les sections qui permettent la perpétuation de la discrimination et de l’inégalité de traitement », a-t-elle souligné dans sa déclaration finale.

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

Anvers, une ville portuaire dynamique : entre commerce et histoire

Anvers, une ville portuaire dynamique : entre commerce et histoire Située dans le nord de...

Bruxelles, une destination pour tous : Les activités familiales et les parcs à découvrir

Bruxelles, une destination pour tous : Les activités familiales et les parcs à découvrir Bruxelles,...

Rompre le silence sur les chrétiens persécutés

Chrétiens présécutés – L'eurodéputé Bert-Jan Ruissen a organisé une conférence et une exposition au...

Éthiopie – Les massacres se poursuivent et risque de nouvelles atrocités « à grande échelle »

Le dernier rapport sur l’Éthiopie documente les atrocités perpétrées « par toutes les parties...

autres articles

Rompre le silence sur les chrétiens persécutés

Chrétiens présécutés – L'eurodéputé Bert-Jan Ruissen a organisé une conférence et une exposition au...

Éthiopie – Les massacres se poursuivent et risque de nouvelles atrocités « à grande échelle »

Le dernier rapport sur l’Éthiopie documente les atrocités perpétrées « par toutes les parties...

L’interdiction de l’Abaya dans les écoles françaises rouvre un débat controversé sur la laïcité et de profondes divisions

Comme indiqué dans un bulletin d'information de l'ONG basée à Bruxelles Droits de l'homme...