7.1 C
Bruxelles
vendredi, avril 19, 2024
AccueilFrançaisACTUALITEUkraine. Plus de 1 500 enfants tués ou blessés, l'inquiétude grandit face...

Ukraine. Plus de 1 500 enfants tués ou blessés, l’inquiétude grandit face aux transferts forcés

Publié le


Les attaques russes du jour au lendemain ont tué trois personnes – dont la mère de la jeune fille – et en ont blessé 11 autres, selon les dépêches. Cela fait suite à 17 frappes signalées dans la capitale en mai et la quatrième cette semaine.

Plus de 1 500 tués, blessés

Mme Brown a exprimé sa sympathie aux familles de « plus de 1 500 enfants tués et blessés en Ukraine » depuis le début de l’invasion russe à grande échelle il y a 15 mois.

Mme Brown a ajouté que l’ONU continuait de suivre de près les informations faisant état d’enfants ukrainiens envoyés de force en Russie.

« Prix lourd »

Le chef de la Mission de surveillance des droits de l’homme des Nations Unies en UkraineMatilda Bogner, a déploré jeudi que « les civils, y compris les enfants, continuent de payer un lourd tribut » à la guerre.

« Derrière chaque mort, il y a une tragédie humaine incommensurable. Cela doit cesser maintenant », a-t-elle déclaré.

Selon les observateurs de l’ONU, six enfants ont été tués et 34 ont été blessés au cours du seul mois de mai.

Villes et villes attaquées

La mission a dit qu’au total 535 enfants ont été tués et 1 047 blessés depuis le début du conflit. Une grande majorité – 87 % – des victimes ont été causées par des « armes explosives à large rayon d’action », y compris l’artillerie, les missiles et les frappes aériennes, et les « munitions flottantes », également connues sous le nom de drones suicides.

Les conclusions s’accordent avec avertissements antérieurs de la part de l’ONU Commission d’enquête internationale indépendante sur l’Ukraine sur les forces armées russes menant des attaques avec des armes explosives dans des zones peuplées « avec un mépris apparent pour les dommages et les souffrances des civils, ne prenant pas les précautions requises ».

« Les attaques étaient aveugles et disproportionnées, en violation du droit international humanitaire », a écrit la Commission en mars.

Impact sur la santé

Apportant encore plus de preuves des souffrances des civils pendant la guerre, il y a deux jours à peine, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) vérifié le 1 000e attaque sur les soins de santé en Ukraine depuis l’invasion russe à grande échelle.

L’agence a déclaré qu’il s’agissait du nombre le plus élevé jamais enregistré dans une urgence humanitaire.

La coordinatrice humanitaire de l’ONU, Denise Brown, a également souligné « l’impact dévastateur » de la guerre sur le santé mentale et le bien-être des enfants, « dont des millions qui ont dû fuir pour sauver leur vie ».

Elle a promis le soutien de la communauté humanitaire aux enfants ukrainiens »aussi longtemps que nécessaire.”

De plus en plus de preuves de déportations d’enfants

La Commission d’enquête sur l’Ukraine dit en mars que les cas de transfert et de déportation d’enfants qu’il avait examinés constituaient des crimes de guerre.

Le même mois, la mission de surveillance des droits de l’ONU a publié un rapport documenter les cas d’enfants soumis à des transferts forcés, à la détention arbitraire, à la disparition forcée, à la torture et aux mauvais traitements.

Le rapport appelle la Russie à veiller à ce que toute évacuation, y compris d’enfants, soit menée dans le plein respect du droit international des droits de l’homme et du droit international humanitaire, et à « adhérer aux interdiction de changer le statut personnel des enfants déplacés d’Ukraine, y compris la nationalité, et d’adoption » pendant ou immédiatement après une situation d’urgence, conformément aux normes internationales.

Faisant écho à ces allégations, le 17 mars, la Cour pénale internationale soutenue par l’ONU (CPI) émis des mandats d’arrêt pour le président russe Vladimir Poutine et la commissaire aux droits de l’enfant Maria Lvova-Belova, en lien avec d’éventuels crimes de guerre concernant la déportation et le « transfert illégal » d’enfants d’Ukraine occupée.

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

L’État belge et les organismes nucléaires fédéraux SCK CEN et IRE signent un contrat de gestion

L'État belge ainsi que les deux institutions IRE et SCK CEN s'engagent à tenir...

Évoluer vers des soins de santé guidés par les besoins : temps forts de la conférence de haut niveau belge

Au sein de l’Union européenne, des moyens publics considérables sont investis pour répondre aux...

Le Parlement adopte sa position sur la réforme pharmaceutique de l’UE | Nouvelles

Le paquet législatif, couvrant les médicaments à usage humain, se compose d'une nouvelle directive...

La science des références : tirer parti des logiciels de défense des clients

Imaginez ceci : vous êtes submergé de choix, bombardé de publicités et vous ne savez...

autres articles

L’État belge et les organismes nucléaires fédéraux SCK CEN et IRE signent un contrat de gestion

L'État belge ainsi que les deux institutions IRE et SCK CEN s'engagent à tenir...

Évoluer vers des soins de santé guidés par les besoins : temps forts de la conférence de haut niveau belge

Au sein de l’Union européenne, des moyens publics considérables sont investis pour répondre aux...

Le Parlement adopte sa position sur la réforme pharmaceutique de l’UE | Nouvelles

Le paquet législatif, couvrant les médicaments à usage humain, se compose d'une nouvelle directive...