7.7 C
Bruxelles
dimanche, mars 3, 2024
AccueilFrançaisACTUALITETraité contre la pollution plastique, une timide victoire

Traité contre la pollution plastique, une timide victoire

Publié le

Du 29 mai au 2 juin, 175 pays sont parvenus à un accord sur un traité international pour lutter contre la pollution plastique.

Parlant Lors de l’ouverture lundi, la chef du PNUE, Inger Andersen, a déclaré sans ambages : «nous ne pouvons pas recycler pour sortir de ce désordre», ajoutant que « seules l’élimination, la réduction, une approche du cycle de vie complet, la transparence et une transition juste peuvent apporter le succès ».

Et dans son discours d’introduction, Emmanuel Macron a qualifié la pollution plastique de « bombe à retardement » : « Aujourd’hui, on extrait des énergies fossiles pour produire du plastique, que l’on brûle ensuite. C’est un non-sens écologique.

Après cinq jours de laborieuses négociations, une première version sera examinée en novembre lors d’une réunion à Nairobi (Kenya), en vue d’un traité définitif d’ici fin 2024.

Lors de la dernière réunion, dirigée par la France et le Brésil, la résolution proposée a été adoptée en séance plénière à Unesco siège à Paris vendredi soir.

Selon le texte, « le Comité international de négociation (CNI) demande à son président de préparer, avec l’aide du secrétariat, un projet de la première version du traité international juridiquement contraignant ».
Les négociateurs, réunis depuis lundi, n’ont pu entrer dans le vif du sujet que mercredi soir, après deux jours de blocage de l’Arabie saoudite et de plusieurs pays du Golfe, de la Russie, de la Chine, du Brésil et de l’Inde. Ce blocage était lié à la question de savoir s’il fallait ou non recourir à un vote à la majorité des deux tiers, en cas d’absence d’unanimité lors de l’examen futur d’un projet de traité. Dans une déclaration de cinq lignes reconnaissant les divergences, le sujet a été reporté.

Les discussions ont révélé des approches contradictoires : d’un côté, les partisans d’un accord ambitieux, qui veulent s’attaquer au plastique depuis sa production jusqu’à son élimination. Ces derniers, menés par la Norvège et le Rwanda et incluant l’Union européenne et le Japon, misent sur des objectifs contraignants de réduction de la production de plastique, et sur l’interdiction des usages les plus problématiques (y compris les plastiques à usage unique). D’un autre côté, un groupe de pays qui sont d’importants producteurs de pétrole et de plastique se concentrent sur la question des déchets et préconisent le recyclage ou d’autres solutions technologiques pour atténuer le problème. Ces pays, dont la Chine et les Etats-Unis, poussent pour un texte moins restrictif.

Selon le journal français Mediapart, 190 lobbyistes ont tenté de freiner le progrès. Ils ont défendu les intérêts de géants mondiaux comme Nestlé, Lego, Exxon Mobil et Coca-Cola, et d’entreprises françaises comme Carrefour, Michelin, Danone et Total Energies.

Ainsi que leurs représentants, notamment l’European Plastics L’Europe  L’association, derrière des structures apparemment vertes comme l’ONG Alliance to End Plastic Waste (fondée par l’industrie pétrolière) était bien représentée à l’Unesco. Mais tous les observateurs professionnels, scientifiques et associatifs venus en nombre n’ont pu accéder chaque jour, faute de place.

Saviez-vous?

Plus que 400 millions de tonnes de plastique est produit chaque année dans le monde, dont la moitié est conçue pour être utilisée une seule fois. Sur ce montant, moins de 10 pour cent sont recyclés.

Environ 19-23 millions de tonnes se retrouvent chaque année dans les lacs, les rivières et les mers. Cela représente environ le poids de 2 200 tours Eiffel au total.

Quelque 11 millions de tonnes de déchets plastiques se déversent chaque année dans les océans. Ce chiffre pourrait tripler d’ici 2040 et plus de 800 espèces marines et côtières sont affectées par cette pollution par ingestion, enchevêtrement et autres dangers.

Microplastiques – de minuscules particules de plastique atteignant 5 mm de diamètre – se retrouvent dans les aliments, l’eau et l’air. On estime que chaque personne sur la planète consomme plus de 50 000 particules de plastique par an, l’équivalent d’une carte de crédit – et bien plus si l’on prend en compte l’inhalation.

Le plastique à usage unique jeté ou brûlé nuit à la santé humaine et à la biodiversité et pollue chaque écosystème des sommets des montagnes aux fonds marins.

Publié à l’origine dans The European Times.

Publicité
spot_img

Autres articles

Les députés améliorent la protection européenne des produits agricoles de qualité

Le Parlement a donné son feu vert définitif à la réforme des règles de...

Une nouvelle étoile de Scientologie se lève à Austin, la capitale des étoiles du Texas

KingNewswire. Austin, Texas (États-Unis) L'ouverture officielle de l'Église Idéale de Scientologie à Austin,...

Journée mondiale des ONG 2024 : l’UE lance une initiative de 50 millions d’euros pour protéger la société civile

Bruxelles, le 27 février 2024 – À l’occasion de la Journée mondiale des ONG,...

Renforcer les réponses à la haine religieuse : un appel à l’action le 8 mars prochain

Dans un monde où l’hostilité à l’égard des minorités religieuses persiste, la nécessité de...

autres articles

Les députés améliorent la protection européenne des produits agricoles de qualité

Le Parlement a donné son feu vert définitif à la réforme des règles de...

Une nouvelle étoile de Scientologie se lève à Austin, la capitale des étoiles du Texas

KingNewswire. Austin, Texas (États-Unis) L'ouverture officielle de l'Église Idéale de Scientologie à Austin,...

Journée mondiale des ONG 2024 : l’UE lance une initiative de 50 millions d’euros pour protéger la société civile

Bruxelles, le 27 février 2024 – À l’occasion de la Journée mondiale des ONG,...