15.1 C
Bruxelles
vendredi, mai 24, 2024
AccueilFrançaisACTUALITEArgentine, une école de yoga dans l'oeil d'un cyclone médiatique

Argentine, une école de yoga dans l’oeil d’un cyclone médiatique

Publié le


Depuis l’été dernier, l’école de yoga de Buenos Aires (BAYS) a été mise au pilori par les médias argentins qui ont publié plus de 370 nouvelles et articles diffamant l’école pour trafic présumé de personnes à des fins d’exploitation sexuelle.

La réalité d’un grand spectacle monté par un procureur sur la base de faux témoignages d’un ancien membre mécontent de la BAYS émerge aujourd’hui d’une enquête sérieuse récemment menée sur place par des universitaires étrangers. L’un d’eux, Massimo Introvigne, fondateur et directeur général du Centre d’études sur les nouvelles religions (CESNUR), un réseau international de chercheurs étudiant les nouveaux mouvements religieux, vient de publier un rapport de trente pages sur la saga BAYS.

Droits de l’homme sans frontières (HRWF), une ONG basée à Bruxelles au cœur du quartier de l’Union européenne, qui défend la liberté de la presse mais est également connue pour démystifier les informations biaisées et fausses, a également commencé son enquête sous l’angle des droits humains.

La répression policière du 12 août 2022

Le 12 août 2022, dans la soirée, une soixantaine de sexagénaires assistaient à un cours de philosophie tranquille dans un café situé au rez-de-chaussée d’un immeuble de dix étages de l’avenue de l’État d’Israël, dans un quartier bourgeois de Buenos Aires quand tout à coup l’enfer s’est déchaîné.

Des policiers de l’équipe SWAT entièrement armés ont enfoncé la porte du lieu de réunion et sont entrés de force dans le bâtiment qui était le siège de l’école de yoga, 25 appartements privés et les bureaux professionnels d’un certain nombre de ses membres. Ils sont montés dans tous les locaux et sans frapper ni sonner les cloches, ils ont violemment ouvert toutes les portes de force, les endommageant gravement. Certains habitants courant après eux ont tenté de leur donner les clés pour qu’ils puissent entrer sans détruire les entrées, mais leur offre a été ignorée.

Le but était évident : la police voulait filmer chaque partie de l’opération « utile » pour justifier la répression ordonnée par le procureur de PROTEXune agence d’État chargée de la traite des êtres humains, de l’exploitation par le travail et de l’exploitation sexuelle des personnes.

Pendant six à sept heures, ils ont fouillé tous les locaux, mettant tout sens dessus dessous. Lorsque la police est partie, presque tous les résidents se sont plaints que de l’argent, des bijoux et d’autres objets tels que des appareils photo et des imprimantes manquaient mais n’étaient pas mentionnés dans le recherche enregistrements. Comme les victimes de la rafle n’ont jamais été interviewées par les médias, les divers excès commis par la police n’ont pas été rendus publics.

Dehors, des journalistes prenaient des photos des personnes menottées traînées une à une hors du bâtiment. On peut supposer que le bureau du procureur avait divulgué des informations à quelques journalistes sur le raid quelque temps avant qu’il n’ait lieu.

Une vidéo unilatérale avec une déclaration du procureur soigneusement mise en scène a été rapidement divulguée et téléchargée sur YouTube.

Des raids similaires inutilement violents ont été menés dans une cinquantaine d’endroits autour de la capitale pendant toute la nuit.

Les médias argentins ont qualifié l’école de yoga BAYS de « la secta del horreur » ou « le culte de l’horreur » qui aurait exploité un réseau international de prostitution pendant 30 ans. En fait, en 1993, le beau-père d’une femme membre de BAYS a porté plainte contre Juan Percowicz, le fondateur de l’école de yoga, et d’autres personnes gérant l’école. Il les accusait d’exploiter un réseau de prostitution pour financer les BAYS mais ce que les médias ont omis de vérifier et de dire, c’est que tous les accusés avaient été déclarés non coupables de toutes les accusations en 2000.

En 2021, la guerre a de nouveau été menée contre les BAYS et ses dirigeants avec le même genre de plaintes et d’accusations qu’il y a 30 ans alors qu’elles avaient déjà été jugées et déclarées non fondées.

Accusé, arrêté et détenu

Au total, des mandats d’arrêt ont été émis contre 19 personnes, 12 hommes et 7 femmes. Ils ont tous été emprisonnés et soumis à un régime carcéral très sévère.

Douze personnes ont passé 85 jours en prison du 12 août au 4 novembre 2022. Dans deux affaires, la cour d’appel a annulé l’acte d’accusation pour non-fondé.

Trois autres ont été détenus pendant la même période mais sous deux régimes différents. Après environ 20 jours derrière les barreaux, ils ont été placés en détention à domicile. Parmi eux, Juan Percowicz (84 ans) a passé 18 jours en prison à partager une cellule avec neuf autres détenus, et 67 jours en détention à domicile.

Quatre accusés ont été libérés après 28 jours de détention.

Le 4 novembre 2022, la Cour d’appel a libéré tous les accusés restants de prison. Entre-temps, leurs entreprises ont soit été fermées par les autorités, soit ne peuvent plus fonctionner en raison de la mauvaise publicité médiatique. Presque tous sont aujourd’hui sans emploi.

Deux juges de la cour d’appel croyaient toujours qu’il y avait des preuves justifiant la poursuite de l’affaire contre 17 accusés. Un autre juge a écrit dans une dissidence partielle que le tribunal aurait également dû examiner si l’affaire n’aurait pas dû être purement et simplement rejetée.

À propos de la législation

Les personnes arrêtées ont été accusées d’association de malfaiteurs, de traite des êtres humains, d’exploitation sexuelle et de blanchiment d’argent sur la base de Loi n° 26.842 sur la prévention et la répression de la traite des êtres humains et l’assistance aux victimes qui a modifié le 19 décembre 2012 la loi n° 26.364 traitant jusqu’alors de ce type de questions.

L’Argentine ne criminalise pas la prostitution, mais elle criminalise le comportement de ceux qui profitent économiquement de l’activité sexuelle d’une autre personne.

Une nouvelle loi plus sévère, adoptée en 2012 sous des pressions internationales et nationales, contient des dispositions sur les victimes de la traite des êtres humains qui sont discutables et remises en question par des experts juridiques au regard des normes des conventions internationales. Par exemple, la loi 26.842 met dans la catégorie des victimes les prostituées travaillant dans les réseaux de prostitution, bien qu’elles nient leur condition de victimes, mais sont qualifiées comme telles, contre leur gré, par PROTEX.

Cette loi controversée ainsi que sa mise en œuvre ont été critiquées par la procureure adjointe Marisa S. Tarantino dans un livre qu’elle a publié en 2021 sous le titre « Ni víctimas ni criminales : trabajadores sexuales. Une critique féministe un las políticas contra la trata de personas y la prostitución”/ Ni victimes ni criminels : les travailleuses du sexe. Une critique féministe des politiques anti-traite et anti-prostitution. (Buenos Aires : Fondo de Cultura Económica de Argentina).

À propos du cas de neuf femmes membres de BAYS

Dans l’affaire BAYS, neuf femmes membres de l’école de yoga ont porté plainte contre deux procureurs de PROTEX pour avoir abusé de leur pouvoir et les avoir qualifiées de victimes d’exploitation sexuelle par les BAYS, ce qu’elles démentent fermement.

Au cours de son enquête en Argentine en mars 2023, Massimo Introvigne, ledit fondateur et directeur général du CESNUR, a rencontré certains d’entre eux et écrit dans son rapport « Les « victimes » présumées ou les « victimes possibles » que j’ai rencontrées ou interrogées n’ont montré aucun signe d’exploitation. »

De plus, il serait ridicule de considérer ce groupe de femmes comme un gang de prostituées exploitées par les BAYS quand on voit leur profil :

  • un psychologue social et chanteur professionnel de 66 ans;
  • un professeur d’arts visuels et peintre de 62 ans ;
  • une actrice de 57 ans, membre de l’équipe de magie de scène championne du monde en 1997 ;
  • une institutrice de 57 ans et coach philosophique en affaires ;
  • une femme de 50 ans qui était déjà considérée comme « victime » et qui a fait l’objet d’une expertise dans l’affaire précédente, qui a prouvé qu’elle n’était ni victime ni exploitée ;
  • un diplômé en gestion de 45 ans ;
  • un agent immobilier de 43 ans ;
  • un professionnel du marketing numérique de 41 ans;
  • un agent immobilier de 35 ans, concepteur de macromédias et concepteur de sites Web.S’il n’y a pas de prostituées, il n’y a pas de cas et pas d’exploitation sexuelle. S’il était découvert qu’un ou plusieurs membres de BAYS se sont avérés avoir échangé des relations sexuelles contre de l’argent, il faudrait encore prouver qu’il était basé sur la coercition des dirigeants de BAYS, ce que les juges ont reconnu qu’il n’y avait pas dans BAYS.

Toute la question ressemble à une affaire fabriquée visant les BAYS et le système judiciaire devrait facilement établir la justice, mais le fera-t-il ?

Selon Registres PROTEX, 98% des victimes féminines supposées secourues par eux affirment ne pas être des victimes. Beaucoup d’entre eux peuvent donc être considérés comme des cas fabriqués et il y a une raison à cela : le bureau du procureur spécial obtient un budget plus important et plus de pouvoir car il poursuit plus de personnes.

La plainte des neuf dames a été rejetée par un tribunal de première instance et une cour d’appel va bientôt l’examiner. Attendons et voyons.

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

La Régie des Bâtiments dévoile la première partie restaurée de la façade avant du Palais de Justice de Bruxelles et la statue de Minerve

La menuiserie extérieure de la façade avant sera restaurée et repeinte. Des essais de...

Le presse-papiers de Windows est désormais alimenté par l’IA

Imaginez si votre presse-papiers pouvait exploiter la puissance de IA. Ce n'est plus...

Retour sur les grandes tendances 2023 du secteur indépendant

Le nombre d'indépendants en activité principale a augmenté de 0,43 % passant de 795.282...

Guerre des devises : réalité ou fantasme ?

Communiqué de presse // Chaque cycle économique a sa guerre des devises. Dans...

autres articles

La Régie des Bâtiments dévoile la première partie restaurée de la façade avant du Palais de Justice de Bruxelles et la statue de Minerve

La menuiserie extérieure de la façade avant sera restaurée et repeinte. Des essais de...

Le presse-papiers de Windows est désormais alimenté par l’IA

Imaginez si votre presse-papiers pouvait exploiter la puissance de IA. Ce n'est plus...

Retour sur les grandes tendances 2023 du secteur indépendant

Le nombre d'indépendants en activité principale a augmenté de 0,43 % passant de 795.282...