7.3 C
Bruxelles
mardi, avril 16, 2024
AccueilFrançaisACTUALITECatastrophe des inondations en Ukraine: les besoins augmentent alors que les impacts...

Catastrophe des inondations en Ukraine: les besoins augmentent alors que les impacts à long terme se profilent

Publié le

S’adressant aux journalistes de Bilozerka, une ville sur le fleuve Dnipro à environ 20 kilomètres à l’ouest de Kherson et à cinq kilomètres de la ligne de front, Mme Brown, la coordonnatrice résidente et humanitaire, a déclaré que vendredi, l’ONU a fait venir un convoi de cinq camions dans les zones touchées, avec de l’eau potable, de la nourriture et du matériel dont on a désespérément besoin pour aider à réparer les maisons endommagées.

Population « désemparée »

Mme Brown s’est rendue dans les zones touchées et a déclaré que les gens avaient été complètement surpris par les inondations, qui se sont produites au milieu de la nuit mardi après que le barrage a subi une brèche massive. L’Ukraine et la Russie se sont mutuellement accusées de sa destruction.

Elle a souligné que les gens étaient « désemparés » par la dernière catastrophe qui les a frappés, mais qu’ils restaient résilients, même s’ils fait face à des « bombardements quotidiens » – y compris il y a juste un jour.

Besoins croissants

Dans de nombreux endroits, les eaux n’ont pas reculé pourtant, c’est pourquoi l’impact est resté difficile à évaluer et l’imagerie satellite était « critique », a déclaré Mme Brown. Le bureau de coordination de l’aide des Nations Unies (OCHA) a déclaré jeudi que les inondations dureraient encore « pendant au moins une semaine ».

Pour l’instant, on estime 17 000 personnes ont été touchées dans la zone inondée selon Mme Brown. Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) porte-parole Shabia Mantoo, a ajouté que ce nombre pourrait atteindre 40 000 à mesure que la situation évoluait.

‘Faire de mon mieux’

Invitée à commenter les critiques antérieures du président ukrainien Volodymyr Zelenskyy concernant l’effort de secours de l’ONU, Mme Brown a déclaré que le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) et le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) avait apporté fournit « dès le premier jour » avec des véhicules utilitaires et que HCR et l’agence des Nations Unies pour les migrations (OIM) étaient également au sol.

« J’ai posé cette question aux autorités ukrainiennes, ‘Sommes-nous arrivés à l’heure ? Et la réponse était oui, » dit-elle.

Mme Brown a expliqué que la situation actuelle était très difficile et évoluait rapidement, et que le fait que les agences des Nations Unies ont apporté des secours avec des transporteurs commerciaux peuvent les avoir rendus moins visibles pour les autorités.

Elle l’a également rappelée conversation avec le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kuleba, jeudi, sur « ce que nous pouvons faire de plus ensemble ».

« Je fais de mon mieux pour que nous fassions notre travail », a-t-elle insisté.

Appel à l’accès aux zones occupées par la Russie

OCHA dit jeudi que l’ONU était « extrêmement préoccupée » par le sort des civils zones sous contrôle militaire russe et qu’il avait pas d’accès à ces zones de la région de Kherson.

Bureau des droits de l’ONU (HCDH) le porte-parole Jeremy Laurence, a déclaré vendredi aux journalistes que tout comme les acteurs humanitaires, les observateurs des droits de l’homme ne peuvent pas entrer dans les territoires occupés par la Russiela Russie ayant rejeté les demandes répétées de l’Office à ce sujet.

Il a réitéré l’appel urgent à l’accès, ainsi qu’un appel à une enquête indépendante sur les circonstances exactes de la destruction du barrage de Kakhovka.

Les maladies hydriques en hausse

Les humanitaires ont insisté sur le fait que l’eau stagnante dans les zones inondées était un problème de santé « majeur »porteurs de risques de choléra et de diarrhée.

Le HCR a également souligné que les eaux usées, le pétrole lourd et les pesticides se mélangeaient aux eaux de crue et créaient des risques sanitaires supplémentaires.

L’Organisation mondiale de la santé des Nations Unies (OMS) a mis en garde jeudi contre les impacts des inondations sur les systèmes d’assainissement et les services de santé publique. OMS le chef Tedros Adhanom Ghebreyesus a tweeté que OMS soutient les autorités pour prévenir les maladies hydriques et pour améliorer la surveillance des maladies.

OMS les équipes sont sur le terraineffectuant des évaluations des besoins en matière de santé, et le bureau de l’agence en Ukraine a déclaré que dans les prochains jours, des fournitures supplémentaires pour renforcer l’accès aux services de santé seront livrées.

Menace des mines terrestres

Avec des mines terrestres flottant en aval avec les eaux de crue, Mme Brown a déclaré qu’un service d’action contre les mines des Nations Unies (UNMAS) un expert des mines avait été déployé travailler avec le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) pour évaluer les risques et qu’une carte des zones les plus minées avait été établie.

Jeudi, Mme Brown a discuté de la situation avec la première vice-première ministre ukrainienne, Yulia Svyrydenko, point focal du gouvernement sur les mines terrestres.

Elle a déclaré qu’il avait été demandé à l’ONU de travailler en étroite collaboration avec Mme Svyrydenko pour communiquer à la population les risques liés aux munitions non explosées dans les eaux de crue et d’impliquer spécifiquement l’UNICEF dans la diffusion de l’information dans les écoles.

Denise Brown, résidente et coordinatrice humanitaire des Nations Unies en Ukraine (au centre), visite Bilozerka, l’une des communautés les plus touchées par les inondations causées par le barrage de Kakhovka.

De nouvelles inquiétudes pour l’avenir

Alors que l’impact immédiat de la destruction du barrage est stupéfiant, Mme Brown a exprimé ses inquiétudes quant à « ce que l’avenir nous réserve », au milieu de la destruction de maisons, de terres agricoles et de bétail, de l’impact dramatique sur l’approvisionnement en eau et en énergie et du risque sérieux de contamination de l’environnement. .

Pour planifier les effets à long terme de la catastrophe, le vétéran de l’aide a déclaré que jeudi, l’équipe de l’ONU avait rencontré des représentants du gouvernement ukrainien, de l’Union européenne et de la Kyiv School of Economics pour examiner les images satellite disponibles et continuer l’évaluation des besoins.

Source link

Publicité
spot_img

Autres articles

Dette de l’Etat fédéral à fin mars 2024

Communiqué de presse de l'Agence fédérale de la Dette:   A la fin mars 2024, la...

Invitation de presse: présentation du Centre d’analyse des risques climatiques et environnementaux

La création du nouveau centre belge d’analyse des risques climatiques et environnementaux vise à...

Un candidat de trou noir inhabituellement léger repéré par LIGO

En mai 2023, peu après la remise en marche du LIGO (Laser Interferometer Gravitational-wave...

Le modèle d’IA a le potentiel de détecter le risque de trouble de stress post-traumatique lié à l’accouchement

Les chercheurs ont adapté un programme d'intelligence artificielle (IA) pour identifier les signes de...

autres articles

Dette de l’Etat fédéral à fin mars 2024

Communiqué de presse de l'Agence fédérale de la Dette:   A la fin mars 2024, la...

Invitation de presse: présentation du Centre d’analyse des risques climatiques et environnementaux

La création du nouveau centre belge d’analyse des risques climatiques et environnementaux vise à...

Un candidat de trou noir inhabituellement léger repéré par LIGO

En mai 2023, peu après la remise en marche du LIGO (Laser Interferometer Gravitational-wave...